www.planeur.net | www.netcoupe.net | www.volavoile.net
Jump to content

Euroglider Au Salon Du Bourget


aedevv
 Share

Recommended Posts

Euroglider.png

Le salon du Bourget 2017 a été l’occasion de présenter un point d’étape sur les derniers développements du projet EUROGLIDER lors d’une conférence de presse commune organisée dans le cadre du programme de coopération enseignement recherche entre l’AEDEVV (Association Européenne pour le Développement du Vol à Voile), les 4 écoles d’ingénieurs du Groupe ISAE (Estaca – Ensma – Isae Sup Aéro – Ecole de l’Air Salon de Provence) et la société Dassault Aviation.

L’Euroglider est conçu d’abord par des vélivoles de terrain pour être un outil de réponse concret et opérationnel à un triple enjeu pour les structures de formation : la réduction de la durée de la formation, la simplification de la pratique et la réduction des coûts.

La conception et la conduite du projet fortement novateur porté par l’AEDEVV adossé aux importantes ressources techniques et de recherche de ses partenaires permettent de relever les nombreux défis technologiques avec une suite industrielle répondant aux besoins d’emploi des futurs utilisateurs de clubs européens.

 

Lien sur un extrait de presse : https://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/transports/au-bourget-une-maquette-du-planeur-biplace-electrique-euroglider-devoilee_114130

 

L’équipe
Aedevv,

LogoAEDEVV200pixels.png

Pour prendre connaissance des publications de l'AEDEVV , visitez notre site http://www.aedevv-egda.net/

Pour suivre l'actualité du projet Euroglider, rejoignez-nous sur Facebook en suivant le lien suivant https://www.facebook...edevvEuroglider

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 88
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

 

On dirait un "Marianne " à winglet...

dans ce cas j'espère que la place AR est plus confortable, ergonomie un point trop souvent négligé alors que c'est critique pour la sécurité et la performance des pilotes

 

 

+1, en tout cas au moins pour la version sans réglage des palonniers en place arrière…

Edited by marcterrier
Link to comment
Share on other sites

La formule retenue semble permettre d'électrifier un planeur biplace d'école existant ayant déjà fait ses preuves en terme d'ergonomie et de qualités de vol (ASK21, etc) sans avoir besoin de modifications structurales profondes. Est-il vraiment prévu de refaire une stucture complète?

- vinch -
Heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse
s'élancer vers les champs lumineux et sereins;
Celui dont les pensers, comme des alouettes,
Vers les cieux le matin prennent un libre essor,
-Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
Le langage des fleurs et des choses muettes!

(Charles Baudelaire, Elévation)

Link to comment
Share on other sites

Comme projets innovants, j'en verrai bien deux :

 

- relancer la construction du Twin II

- relancer la construction du Rallye

 

et zou !

Bah rigole pas afro, y en a déjà qui sont passés à l'acte avec le Piper Cub (bon il est un peu boosté c'est vrai...). Et il parait que ça se vend bien!

- vinch -
Heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse
s'élancer vers les champs lumineux et sereins;
Celui dont les pensers, comme des alouettes,
Vers les cieux le matin prennent un libre essor,
-Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
Le langage des fleurs et des choses muettes!

(Charles Baudelaire, Elévation)

Link to comment
Share on other sites

 

Comme projets innovants, j'en verrai bien deux :

 

- relancer la construction du Twin II

- relancer la construction du Rallye

 

et zou !

Bah rigole pas afro, y en a déjà qui sont passés à l'acte avec le Piper Cub (bon il est un peu boosté c'est vrai...). Et il parait que ça se vend bien!

Ha ! mais c'est que je rigole pas tant que ça ou alors jaune comme le Piper Cub.

Link to comment
Share on other sites

Ah oui, comme pour le remorqueur fédéral, on pourrait récupérer les moteurs de rallye pour les monter en CNRA sur le carbon cub EX réalisable en kit ,ça doit bien monter !!!! ,

Challes c'est de la balle !!!
Link to comment
Share on other sites

Je comprends pas trop en quoi un nouveau planeur peut réduire la durée de la formation ???

+1

 

L'offre biplace de formation à bas cout existe déja. Perkoz en est l'exemple. OK il lui manque un moteur .

 

Je me demandais., pourquoi AIRBUS avec la renommée , les moyens techniques développés avec les composites ils ne se lanceraient pas dans un projet de JS1 à la francaise ? ca doit être une paille de développer pour eux . Ca serait un moyen de com sympa. ?

Link to comment
Share on other sites

Avec moteur et spécifiquement prévu pour l'écolage, il y a l'ASK-21Mi. Equipé du kit de ballasts de queue, il peut même servir pour la vrille. Il permet de faire de l'écolage sur rendez-vous comme pour le vol moteur. D'où possibilité de raccourcir le laps de temps entre premier vol et lâché. Du moins en théorie. Je ne sais pas combien ils en ont vendu depuis les vols du proto en 2005...

Stéphane Vander Veken
Link to comment
Share on other sites

Comme projets innovants, j'en verrai bien deux :

 

- relancer la construction du Twin II

- relancer la construction du Rallye

 

et zou !

Pour les Twin, je sais pas, mais pour les Rallye, il paraît qu'il s'en retape pas mal, en ce moment.

Serait-ce encore un bon remorqueur, malgré tout ?

Quand on voit ce qu'on voit, et qu'on entend ce qu'on entend...

Link to comment
Share on other sites

Le monde change.

(?)

 

En 2001, la production du SNC34C Alliance cessait après la fabrication du 43ème exemplaire (d'ailleurs ultime planeur produit par la Centrair). Pourtant, le coût après subvention, était de l'ordre de 40K€, opération qu'un certain nombre de clubs pouvait réaliser. Pourtant, l'échec commercial était évident.

 

Aujourd'hui, plus aucun constructeur traditionnel ne se lance dans la conception de biplace de début (ni de monoplace d'ailleurs), car, compte tenu de la diminution mondiale de l'activité vol à voile, à commencer par nos voisins allemands, le marché de l'occasion suffit pour offrir aux clubs des biplaces de début, dans une fourchette de prix entre 15K€ l'ASK13 ou le Twin, et 60K€ l'ASK21 ou le DG500.

 

La clientèle des constructeurs, c'est le privé qui est prêt à faire un chèque entre 100 et 300K€, pour un appareil le plus souvent motorisé.

 

Et cependant, dans nos clubs à la trésorerie pas évidente, on continue à s'extasier devant des appareils qui pourront difficilement se vendre en dessous de 150K€, et dont la maintenance sera délicate, on s'en doute.

 

Il est vrai que de temps en temps, une activité centenaire comme la nôtre a besoin de subir un dépoussiérage, mais, ces nouveaux venus me semblent avoir des concepts un peu décalés par rapport à nos besoins, à commencer, effectivement par l'absence de crochet. En particulier de crochet treuil, système qui, mis à part le lancement au sandow, se révèle encore le moins coûteux.

 

Si l'Euroglider voit le jour, il y a fort à parier qu'il se retrouve lui aussi dans le parc des planeurs privés, et non dans les clubs, échappant ainsi à la vocation qu'il prétend avoir.

 

L'économie pour la formation des pilotes de planeurs, il faudra la prouver.

 

 

 

http--,,--//293604pourcentbriquestasplusrien.jpg

Link to comment
Share on other sites

un gros problème actuel est le manque de personnes disponible.

Et là le planeur autonome électrique prend tout son sens.

- pas besoins de treuilleur ou de remorqueur. => gain de personnel

- pas besoin de sortir le treuil ou le remorqueur => gain de temps et d'usure marginale

- manipulation du groupe propulseur simplissime donc pas ou très peu de formation complémentaire nécessaire.

- entretien moteur réduit lui aussi au minimum

 

en bref 1 élève + 1 instructeur + 1 heure de disponible et on peut faire de l'instruction.

sinon c'est au moins une personne de plus, une heure de plus, des cout en plus.

 

je suis convaincu qu'un planeur autonome d’école elec + des planeur autonome elec type silent pourraient assurer 80% de nombre des vols dans beaucoup de club.

Link to comment
Share on other sites

Je comprends bien ton raisonnement, rimaroc.

 

On est obligé de noter tout de même qu'actuellement, pour les propriétaires d'Antarès, le coût de maintenance moteur est très élevé et astreignant.

Je serais par ailleurs intéressé de connaître le coût de maintenance du système FES, qui pourtant me séduit bien.

 

Il est vrai que la motorisation électrique est tentante et tout a volé au moins à titre expérimental avec moteur électrique : avions, ULM, autogires, hélicos, modèles réduits, drones, et même prochainement voitures volantes, puisqu'Airbus abandonne l'E Fan et se tourne vers la Pop.Up, voiture du futur.

Alors pourquoi pas des planeurs autonomes ?

 

Maintenant pour le concept qui nous intéresse des planeurs biplaces école, si tu supprimes le treuilleur et son treuil, le pilote remorqueur et son avion, et à supposer que la maintenance devienne effectivement enfantine, il restera donc à mettre en place l'instructeur et ses élèves évoluant dans une structure peut-être proche de celle des clubs avion, et plus vraisemblablement des ULM : Je vous forme sur mon appareil et ensuite, achetez-en un.

Et pourquoi pas un instructeur autoentrepreneur qui dispenserait de l'école sur un appareil qu'il se chargerait d'amortir et de rentabiliser ?

Mais alors, à quoi bon un club ?

 

Réduction de la durée de formation.

Simplification de la pratique

Réduction des coûts.

 

Nous verrons si le concept aboutit en respectant en particulier le troisième terme de ce contrat.

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Pour vous rassurer, Euroglider est bien né de la volonté de membres de clubs, instructeurs et présidents de club... donc beaucoup des points évoqués plus haut sont au coeur du projet!

 

Euroglider est aussi une tentative de rupture de l'attitude "on verra...". Non! Vous êtes tous acteurs et vous pouvez contribuer à l'émergence de nouveaux projets... et le vol à voile vivra!

 

Bon vol

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous,

Comme beaucoup ici, j'espère que les vélivoles pourront longtemps continuer de pratiquer leur activité favorite, avec des contraintes qui n'iront pas toujours en augmentant. Et la propulsion électrique, à l'étude ici sur un planeur école, me paraît toute indiquée pour contribuer à lever quelques-unes de ces contraintes, comme relevé justement par rimaroc.

L'image présentée plus haut suggère que l'Euroglider comporterait une motorisation avec déploiement et repliage immédiat et automatique des hélices, et je trouve cela très bien choisi. C'est simple, fiable, sécurisant (pas de risque de se retrouver avec un mât-sorti-qui-ne-veut-pas-rentrer et la traînée associée).
J'ai la chance d'être l'heureux propriétaire d'un Silent 2 Electro équipé du FES (Front Electric Self-launcher sur le Silent, Front Electric Sustainer sur des 18m nettement plus lourds) qui a cet avantage. Le moteur que l'on peut mettre en route et arrêter immédiatement, c'est vraiment un des plus importants progrès qu'a permis la motorisation électrique. Ca fait pile 4 ans que j'exploite cette machine, je peux donc apporter un témoignage basé sur un peu d'expérience:

 

L'utilisation est presque déroutante de simplicité. Une fois l'instrument de pilotage et le contact puissance allumés, c'est à l'aide d'un simple bouton au tableau de bord qu'on dose la puissance.

Pour répondreà THEO au sujet du coût de maintenance du système FES, dans le manuel de vol et de maintenance du Silent 2 Electro, il est écrit :

 

Le groupe motopropulseur électrique qui équipe le Silent 2 Electro est exempt d'entretien.

Toute la maintenance de la partie motorisation consiste à inspecter visuellement les vis de fixation du moteur, et, après avoir déposé le cône de nez, à passer l'aspirateur pour enlever la poussière. La description complète tient en 12 (douze) lignes du manuel, au format A5!

En 4 années, je n'ai eu à subir aucun autre coût pour la maintenance de la motorisation. La recharge après un vol consomme une quantité raisonnable d'électricité, fonction de l'état de décharge. Sur une trentaine de cycles, une campagne de mesure m'a permis d'établir un profil des besoins d'énergie pour recharger: entre 0,5 et 1,9 kWh par vol. Typiquement 1,3 kWh. Si on prend le coût "français" de 0.18 € T.T.C., ça fait 23,4 centimes par mise en l'air.

 

Pour en revenir à Euroglider, j'espère vraiment que ce projet débouchera sur une construction en série, et abordable. Il le mérite, et nous en avons besoin!

Edited by André
Link to comment
Share on other sites

Salut,

Heureux de voir que ce projet commence à faire bouger quelque peu.

Pour ma part je pense que c'est certes un marché de niche, mais un vrai besoin au sein des clubs.

On se bat pour réussir à aligner un instructeur et un treuilleur autant de jours que possible. Malgré tout, il faut voir le nombre de journées en semaine où les cumulus sont là mais que personne ne viens au club en se disant : "bof, y a pas de treuilleur. A quoi bon venir même si je n'ai envie que de faire 1 heure ou 2..." et bien ce planeur permet de répondre à ce besoin!

 

Ca permet l'école sur RDV en dehors des périodes de grosse activité.

Ca permet aux chanceux avec un peu de temps hors week-end de venir se faire un petit vol sympa sans avoir besoin de la certitude de trouver un treuillard/remorqueur qui se sacrifie.

Ca permet de décoller les copains au remorqueur/treuil et que personne ne reste au sol car le dernier prend le planeur électrique autonome.

 

Bref : 1 planeur comme ça dans un club ouvre des perspectives énormes!!

Il ne s'agit pas d'un SF25 ou 28 poussif et pas sexy à piloter!

Il ne s'agit pas d'un motorisé au pilotage lourd ou au pylône en forme d'épée de Damoclès si fausse manip ou panne. Quand à l'entretien d'un motorisé thermique : dans un club mieux vaut éviter (dixit un paquet de proprio de ce genre de machine).

 

Il s'agit d'un planeur aussi facile et agréable à utiliser qu'un K21, autonome, électrique et fiable. Certes, ça c'est sur le papier, mais si on n'essaye pas...

 

Bons vols

Etienne

(président, instructeur et responsable technique qui regarde de près ce projet)

mes photos aéro sur EchoMike.free.fr

Parceque le ciel est merveilleux

Pour que voler soit toujours un plaisir

Link to comment
Share on other sites

Merci, André pour tes infos.

 

Il y aurait donc de bonnes chances pour que le coût d'entretien moteur soit réduit. :)

 

A-t-on une idée, même approximative, de l'ordre de prix de vente de l'appareil ?

Le nerf de la guerre ...

Link to comment
Share on other sites

Un peu trop tôt/sujet sensible pour en discuter en public mais c'est un sujet central à la reflexion globale du projet. Des vues complémentaires, réalistes et constructives, seraient les bienvenues...

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
 Share


×
×
  • Create New...