www.planeur.net | www.netcoupe.net | www.volavoile.net
Jump to content

Suivi De Navigabilité


Jean-Paul BERRY

Recommended Posts

Dans une revue (unique en français) sur le VAV nous lisons que pour nous mettre à l'EASA on aurait projeté que le suivi de navigabilité soit pris en charge par la FFVV. Dans le même temps on apprend que nos instances jettent l'éponge au profit "au sens propre" du GSAC, que les propriétaires mécaniciens déclarant hors cadre agréé ne seraient plus des Grands Péres à partir de septembre 2008 et que la moindre intervention nécessitant la déconnexion d'une bielle de commande deviendrait du ressort des UEA (évidemment moyennant finance). Cela pose question. Pour les "privés" serait-ce un moyen de les "faire rentrer au bercail"?

Cela ne rejoindrait-il pas un autre sujet sur le traitement trés mercantile des "privés" dans certains clubs? Ah l'Europe-Frenchies nous en réserve de belles. En tout cas mon futur planeur pourrait bien être en D. Merci d'apporter des informations fiables à ce sujet.

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 72
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Bonsoir,Je suis actuellement, modestement responsable de l'UEA D'aire sur Adour.

Modestement, car je ne prétends surtout pas tout connaitre,loin de là. Notre mécano nous ayant quittés, pour différentes raisons trop longues à expliquer, il a fallu reprendre le flambeau.

On m'a un peu désigné volontaire pour ce faire. (Je l'ai bien voulu...)

Est-il besoin de préciser que je suis, comme tant d'autres,BENEVOLE...

Effectivement, le rouleau compresseur Européen arrive. Les UEA deviendront, sans doute, des ateliers "sous- part F,sous-part G"Que vous le vouliez, ou non...

Donc, deux solutions: on résiste, ou on s'adapte....

De par le fait, un propriétaire "hors cadre agréé" aura plus de contraintes. Il ne pourra "légalement" plus faire d'opérations d'entretien complexes. (genre GV, applications de CN, etc...). Il faudra effectivement passer par l'intermédiaire d'un atelier"agréé".

Monsieur Jean-Paul Berry, j'ai eu le plaisir de te connaitre un peu, à l'occasion de l'inter-régional 2004 d'aire sur Adour.J'apprécie ta gentillesse, et ton honnêteté.

Permet-moi donc de te faire observer que:sauf à rester un privé consumériste intégral, qui donc ne fonctionne que sur du "service", auquel cas il ne faudra pas t'étonner de payer tout du début à la fin, les ateliers, en tout cas celui d'Aire sur Adour, seront heureux de travailler avec toi, afin de t'apporter le meilleur service, dans les meilleures conditions, dans l'esprit associatif qui nous régit depuis des lustres.

En d'autres termes, je me sens personnellement vexé que tu puisse dire:"(évidemment moyennant finance)"

Nous ne sommes pas la pour "faire du pognon"Simplement pour faire vivre le vol à voile, dans la mesure de nos modestes moyens.

Je t'invite à prendre contact avec un atelier qui fait la transformation "EASA". (moi,si tu veux, ou quiconque).Nous nous ferons un plaisir de t'expliquer tous les méandres de cette nouvelle loi, les inconvénients, comme les avantages, qui sont loin d'être négligeables.

En espérant te ramener à un point de vue moins abrupt.

Bonne soirée.

Pascal Saquet.

Responsable Technique UEA Aire sur Adour

 

 

 

P.S. D'autre part, que tu sois en F, en D ou quoique ce soit, la loi est européenne... CQFD

Edited by Leche Pascual

Quand on voit ce qu'on voit, et qu'on entend ce qu'on entend...

Link to comment
Share on other sites

De par le fait, un propriétaire "hors cadre agréé" aura plus de contraintes. Il ne pourra "légalement" plus faire d'opérations d'entretien complexes. (genre GV, applications de CN, etc...). Il faudra effectivement passer par l'intermédiaire d'un atelier"agréé".

La plupart des propriétaires de planeur que je connais me semblent trés compétents, avoir de l'expérience pour l'entretien des planeurs et connaître mieux que quiconque les particularités de leurs machines: ils en sont les spécialistes. Nous avons depuis des lustres appliqué et actualisé des programmes, effectué des déposes de gouvernes, débranché et rebranché des commandes à l'occasion de GV ou ID...Il suffit de regarder nos machines dans le détail pour être convaincu que ce sont les mieux entretenues du parc. Par contre si mon planeur est entretenu par quelqu'un d'autre ma confiance va baisser. De plus les "privés" dans leur trés grande majorité n'ont pas une attitude "consummériste" et sont trés impliqués dans l'entretien des machines "club".

Je salue tes scrupules au niveau mercantilisme mais crains que nombre de Clubs qui "taxent" abusivement dore et déjà les-dits privés, n'en profitent pour alourdir la facture en douce.

 

La question portait sur l'incohérence des informations publiées ici, véhiculées là par ...téléphone (radio aéro).

Pour l'heure je me réfère au papier qui me permet d'entretenir mon Ventus2b hors cadre agréé et à l'importateur SCAP en cas de problème sérieux ce qui vient d'être le cas pour le remplacement des entonnoirs de commande d'AF.

Enfin annecdotiquement j'ai eu à appliquer une CN sur la commande de direction de mon Mosquito et j'ai du le faire en atelier agréé. J'ai fait le travail moi-même selon les instructions de Strefennader mais le-dit atelier m'a facturé la main d'oeuvre pour le temps que j'y avais consacré...Voilà comment nous allons être traité!

Link to comment
Share on other sites

Jean Paul,

 

L'autre solution (la seule ?) pour les privés qui veulent continuer à maintenir leur planeur, est de participer à l'atelier du club, sous une forme ou une autre. Tu pourras même obtenir le droit "APRS".

 

Ne te méprends pas, il s'agit d'une révolution de papier à l'échelle européenne. Je ne suis pas sûr que la position avantageuse des planeurs en "D" persiste.

 

 

Ceux qui ne se seront pas adaptés vont disparaître.

Le marché du planeur d'occasion va être intéressant, l'hiver prochain.

Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à se tromper qu'ils ont raison.

Link to comment
Share on other sites

Jean Paul,

 

L'autre solution (la seule ?) pour les privés qui veulent continuer à maintenir leur planeur, est de participer à l'atelier du club, sous une forme ou une autre. Tu pourras même obtenir le droit "APRS".

C'est à mon avis déjà ce qui se passe dans beaucoup de clubs avec nombre de propriétaire de planeurs privés. L'adaptation se fera naturellement.

C'est vrai aussi que le problème est plus délicat pour les motoplaneurs...

Link to comment
Share on other sites

Jean Paul,

 

L'autre solution (la seule ?) pour les privés qui veulent continuer à maintenir leur planeur, est de participer à l'atelier du club, sous une forme ou une autre. Tu pourras même obtenir le droit "APRS".

Depuis de nombreuses années je participe à l'atelier de clubs assiduement et j'ai remarqué que nombre de propriétaires de planeurs faisaient de même. Ainsi nous entretenons les machines du club avec bon coeur pour être utile au dit club. Par contre nombre de ceux qui volent avec disparaissent en période hivernale...et tiennent certains propos à l'égard des "privés" assez négatifs (nous serions des profiteurs).

Mais je remarque que les "ateliers" en question ont une capacité d'acceuil limitée pour les visites des planeurs "clubs". Or il y a dans mon club autant de privés. Si on devait tous y passer, en pleine saison on n'aurait pas terminé.

En ce qui concerne le "droit APRS" ça sent l'arbitraire. Déjà qu'on se demande ou commence le mélange entre entretien club et entretien machine perso. On a même un membre qui s'est porté candidat au CA en disant texto qu'il voulait profiter de l'UEA pour entretenir sa machine. Il a été élu...Ou commence l'abus de pouvoir sinon l'abus de bien social?

Link to comment
Share on other sites

Jean Paul,

 

 

Le marché du planeur d'occasion va être intéressant, l'hiver prochain.

Insinuerais-tu que ceux qui auront su "maffioter" le système UEA à temps pourraient faire de bonnes affaires en rachetant à vil prix les planeurs de ceux qui ne seraient pas passés sous leurs fourches caudines?

 

Je propose que les responsables d'UEA ne soient en aucun cas propriétaires d'une machine pour des raisons évidentes. Sinon il y aura peut-être du grain à moudre pour les tribunaux!

Link to comment
Share on other sites

Jean Paul,

 

L'autre solution (la seule ?) pour les privés qui veulent continuer à maintenir leur planeur, est de participer à l'atelier du club, sous une forme ou une autre. Tu pourras même obtenir le droit "APRS".

... Ainsi nous entretenons les machines du club avec bon coeur pour être utile au dit club. Par contre nombre de ceux qui volent avec disparaissent en période hivernale...et tiennent certains propos à l'égard des "privés" assez négatifs (nous serions des profiteurs).

...On a même un membre qui s'est porté candidat au CA en disant texto qu'il voulait profiter de l'UEA pour entretenir sa machine. Il a été élu...Ou commence l'abus de pouvoir sinon l'abus de bien social?

le consumérisme prend de l'ampleur, c'est la maladie du siècle, il atteint toutes les activités, hélas...

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

 

Je suis surpris par la tournure que prennent les interventions concernant le sujet de départ de Jean-Paul Berry. En effet il parle avoir entendu que la FFVV abandonnerait le projet de gestion de navigabilité au profit du GSAC. A ce jour , il me semble que cette information est fausse et qu'au contraire, beaucoup de personnes au sein de la fédération mouillent encore leur chemise pour que la version finale de la nouvelle règlementation appliquée à nos planeurs et remorqueurs colle aux mieux des intérêts des privés et des clubs.

IL est aussi à noter que peu de pilotes semblent s'intéresser à ces changements qui maintenant sont imminents; je m'attendais à beaucoup plus de contributions sur ce site concernant un sujet aussi vital pour notre loisir.

 

Je pense qu'il y a mieux à faire que de se lamenter. D'abord chercher les bonnes informations, se préparer et s'organiser pour intégrer les nouvelles règles de l'EASA qui ne seront pas forcément toutes négatives.

 

Bons vols

 

Henri Fussner

Edited by lima charlie
Link to comment
Share on other sites

Depuis de nombreuses années je participe à l'atelier de clubs assiduement et j'ai remarqué que nombre de propriétaires de planeurs faisaient de même.

 

 

Dans ces conditions, tu ne devrais pas avoir de soucis, pour un peu que l'atelier en question passe en F ou FG FGI.

La liste des APRS'seurs fait partie du MOM, et est donc l'une des caractéristiques de l'atelier.

 

Ne cherche aucune logique technique dans ces évolutions, s'il y en a une, elle est bien cachée. C'est avant tout une histoire d'avocats.

 

Je pense que tu as typiquement le profil d'un "Responsable Entretien" au sens EASA.

Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à se tromper qu'ils ont raison.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

 

Je suis surpris par la tournure que prennes les interventions concernant le sujet de départ de Jean-Paul Berry. En effet il parle avoir entendu que la FFVV abandonnerait le projet de gestion de navigabilité au profit du GSAC. A ce jour , il me semble que cette information est fausse et qu'au contraire, beaucoup de personnes au sein de la fédération mouillent encore leur chemise pour que la version finale de la nouvelle règlementation appliquée à nos planeurs et remorqueurs colle aux mieux des intérêts des privés et des clubs.

 

 

Henri Fussner

Merci de cette confirmation. Je me demande pourquoi au cours de notre AG on a prétendu que le projet était abandonné, se réfèrant à des informations prises directement auprés de la direction de la FFVV selon lesquelles le coût du projet serait prohibitif et que l'on aurait décidé de laisser la totalité du suivi au GSAC puisqu'il avait de gros moyens pour le suivi de tous les aéronefs...

Link to comment
Share on other sites

et que l'on aurait décidé de laisser la totalité du suivi au GSAC puisqu'il avait de gros moyens pour le suivi de tous les aéronefs...

 

De gros moyens administratifs! Notre inspecteur du GSAC est seulement équipé de stylos et de dossiers... :pinch:

J'espère qu'ils ont quand même à leur bureau un ordinateur avec un programme pour suivre la navigabilité du parc sous leur responsabilité mais j'en doute: tous les ans il nous repose la même question: "pourquoi l'anémomètre n'a pas la même date de JJA que les autres instruments?" et tous les ans on lui répond qu'on l'a fait réviser car l'aiguille bloquait et tous les ans (enfin ça fait trois fois de suite) il demande à revoir la JJA Form one et à en garder une photocopie...

La fédé manque peut être de placard pour garder les photocopies?

Si c'était à refaire notre planeur serait en D.

Link to comment
Share on other sites

Si c'était à refaire notre planeur serait en D.

 

Pour l'histoire des "D" (ce qui est le cas du mien).

Meme changement en principe, on doit faire l'entretien dans un environnement contrôlé (ce qui s'appelle CAMO, et je savais un de ces jours ce qui voulait dire ce mot...)

Par contre, on a droit de le faire soi-même en demandant l'autorisation du LBA (gratuit pour l'instant, car ils n'ont pas encore duement refléchi à la taxe du tampon). Il suffit de remplir une demande de suivre le SIHP du planeur (programme d'entretien standard) en citant le model, no de série - pas besoin d'y joindre le programme.

En gros, on promet sur la tête de sa mère q'on suiverat les instructions du fabricant, et le LBA met son tampon. Il était prévu que le contrôleur met chaque année un avis favorable pour l'établissement du certificat de contrôle annuel, qui serait ensuite établi par le LBA. Ces derniers ont alors vite compris que établir que tts les ans un certificat pour les 6000 planeurs D, ça risque de faire sauter la pause-café... donc délégation au Prüfer :sick:

En gros, on remplit cette demande de SIHP moyennant 1 minute et une timbre, et puis on continue comme d'hab. :pinch:

 

Par contre, un peut bien sûr conclure un contrat avec un atelier agrééé qui sera alors responsable du cirque (mais c'était de toute façon plus au moins possible).

Bert

Link to comment
Share on other sites

Si c'était à refaire notre planeur serait en D.

 

Meme changement en principe, on doit faire l'entretien dans un environnement contrôlé (ce qui s'appelle CAMO, et je savais un de ces jours ce qui voulait dire ce mot...)

Continuing Airworthiness Management Organisation

 

Source: European Aviation Safety Agency PART M chap Subpart G

 

Bonne lecture

Link to comment
Share on other sites

Merci de cette confirmation. Je me demande pourquoi au cours de notre AG on a prétendu que le projet était abandonné, se réfèrant à des informations prises directement auprés de la direction de la FFVV selon lesquelles le coût du projet serait prohibitif et que l'on aurait décidé de laisser la totalité du suivi au GSAC puisqu'il avait de gros moyens pour le suivi de tous les aéronefs...

Bonjour,

Avant de raconter n'importe quoi, il eut été préférable de se renseigner, par exemple en étudiant la documentation de la Commission Navigabilité de la FFVV.

Quelque soit l'opinion des uns et des autres au sujet de notre fédération, il ne sert à rien de s'énerver à partir de informations visiblement fausses qu'il serait juste de qualifier de rumeurs. Le chantier de navigabilité est en cours à la FFVV, et même s'il n'est pas terminé, il me semble que ça avance bien... Par exemple, le recrutement d'un responsable navigabilité est en cours, il ne s'agit donc plus des réflexions théoriques, mais des mesures concrètes et réelles.

Ceci ne veut pas du tout dire que l'on peut se rendormir tranquillement, mais au contraire qu'il faut s'intéresser et participer. Mais, de grâce, renseignez-vous ne serait-ce qu'un peu, SVP, avant de répéter de ragots...!

Notre débat sur le forum en gagnerait en pertinence et, par conséquent, en efficacité.

Bonne fin des travaux (en Alsace c'est déjà printemps).

Edited by Yurek

Yurek
http://www.yankee-romeo.com
If God meant man to fly, He'd have given him more money.
Honni soit qui mal y pense ! http://informatiquefrance.free.fr/sms/sms_04.gif

Link to comment
Share on other sites

Et pas un seul des 15 membres de cette commission ne peut nous donner des infos complementaires ou nous informer sur l'avancement du dossier ?

 

Il faut peut etre poser la question sur le forum de la FFVV ?

Difficile de donner des infos en cours de negociation avec une administration. C'est sujet à des interpretations qui risquent d'être erronées fautes d'être complètes ou pas encore validées...amha.

Laissons faire les spécialistes qui y travaillent et soutenons les.

PS Je n'en suis pas mais c'est du simple bon sens.

Link to comment
Share on other sites

Non, rien n'est terminé !

Le recrutement signifie que la tâche est telle que les bénévoles n'y arrive(ro)nt pas.

Il est précisé (dans le texte de l'annonce fédérale) que le Responsable Navigabilité aura pour mission :

 

"* Finaliser le processus d'habilitation de la FFVV auprès de l'autorité compétente, en concertation étroite avec la Commission Navigabilité en charge de ce dossier ;

 

* Mettre en place le Bureau Fédéral de la Navigabilité (à terme 3 permanents et 20/25 vacataires) ;

 

* Organiser le suivi de navigabilité en s'appuyant sur les organisations régionales mises en place pour la réalisation :

- Des examens de navigabilité, pour les renouvellements des CEN,

- Des audits des ateliers en environnement contrôlé pour renouvellement de leurs agréments ;

* Gérer les dossiers de modification et réparation majeures dans le cadre des Procédures Alternatives à l'Organisme de Conception (APDOA) ;

 

* Assurer l'archivage des travaux réalisés."

Mais le "processus d'habilitation" n'est pas terminé. Avis aux amateurs (et aux compétences)...

 

A part une poignée des salariés, le gros du travail des instances fédérales est l'œuvre des bénévoles. Alors, au lieu de leur reprocher qu'ils ne font rien, ou pas assez, on peut très bien aller sur la page de ladite commission (c'est ce que j'ai fait), lire ce que l'on y trouve et même y participer. Ensuite on peut discuter cela ici, sur ce forum, pourquoi pas ? Mais en utilisant des informations et des arguments, au lieu des rumeurs et des soupçons... :rolleyes:

Et comme ça, on pourra peut-être faire avancer le schmilblick. :)

Yurek
http://www.yankee-romeo.com
If God meant man to fly, He'd have given him more money.
Honni soit qui mal y pense ! http://informatiquefrance.free.fr/sms/sms_04.gif

Link to comment
Share on other sites

Il est précisé (dans le texte de l'annonce fédérale)

 

Cela fait presque 3 mois que cette annonce est parue ...

Si il n'y a rien de neuf dans cette affaire depuis 3 mois, on peut imaginer que cela aboutira en 2036 ...

 

à terme 3 permanents et 20/25 vacataires

c'est à dire plus de 200_000 euros de charges annuelles pour les permanents et

x00_000 euros pour les vacataires ... à diviser par environ 1000 planeurs ...

Ceux qui trouvaient le tarif GSAC de 200/300 euros trop cher vont finir par avoir des regrets ...

 

 

Cela va finir par couter plus cher que le GSAC ...

Link to comment
Share on other sites

Non, rien n'est terminé !

Le recrutement signifie que la tâche est telle que les bénévoles n'y arrive(ro)nt pas.

Il est précisé (dans le texte de l'annonce fédérale) que le Responsable Navigabilité aura pour mission :

 

"* Finaliser le processus d'habilitation de la FFVV auprès de l'autorité compétente, en concertation étroite avec la Commission Navigabilité en charge de ce dossier ;

 

* Mettre en place le Bureau Fédéral de la Navigabilité (à terme 3 permanents et 20/25 vacataires) ;

 

* Organiser le suivi de navigabilité en s'appuyant sur les organisations régionales mises en place pour la réalisation :

- Des examens de navigabilité, pour les renouvellements des CEN,

- Des audits des ateliers en environnement contrôlé pour renouvellement de leurs agréments ;

* Gérer les dossiers de modification et réparation majeures dans le cadre des Procédures Alternatives à l'Organisme de Conception (APDOA) ;

 

* Assurer l'archivage des travaux réalisés."

Mais le "processus d'habilitation" n'est pas terminé. Avis aux amateurs (et aux compétences)...

 

A part une poignée des salariés, le gros du travail des instances fédérales est l'œuvre des bénévoles. Alors, au lieu de leur reprocher qu'ils ne font rien, ou pas assez, on peut très bien aller sur la page de ladite commission (c'est ce que j'ai fait), lire ce que l'on y trouve et même y participer. Ensuite on peut discuter cela ici, sur ce forum, pourquoi pas ? Mais en utilisant des informations et des arguments, au lieu des rumeurs et des soupçons... :rolleyes:

Et comme ça, on pourra peut-être faire avancer le schmilblick. :)

 

 

Faux

 

C'est un job à plein temps. Des bénévoles avec une activité salariée autre que dans ce domaine ne peuvent pas s'en sortir.

 

Je le sais, je participe au passage EASA de l'atelier de mon club. Ce qui nous est demandé en terme documentaire/contrôle qualité est SCANDALEUX par rapport à la réalité technique de l'activitée.

 

Pas la peine de se leurrer.

On pourra peut être limiter la casse par endroits, mais les dégats vont être énormes. Ceux qui ne se sont pas encore penchés sur le pb (au moins lancement de la procédure ,Form 2, Form 4, MoM et MGN auprés du GSAC) sans attendre les décisions de la fédé seront MORTS en Septembre prochain.

Ne rêvez pas avec les rapprochements d'ateliers. La charge sera bien trop lourde.

SI ON A DE LA CHANCE, l'action fédérale (que je ne condamne pas, loin s'en faut) offrira aux survivants de belles perspectives d'avenir, avec la prise en charge des dossiers de réparation majeures.

 

 

Allez, juste un exemple : dans notre atelier, le dirigeant responsable sera le président de l'asso (logique, je trouve). Or, le président est un élu, qui peut changer à chaque AG. Nous devons modifier nos statuts pour que le Président devienne systèmatiquement le DR, quel qu'il soit. Tout ça pour éviter d'avoir (potentiellement) tous les documents de l'atelier à refaire chaque année. Donc, convocation de l'AG extraordinaire et dépot des nouveaux statuts en préfecture.

Qui a anticipé de coup là ?

 

Une autre ?

Lors du dernier renouvellement, les CDN sont devenus des CEN. Or, les CEN, s'ils sont valables 3 ans, doivent être "tamponnés" tous les ans. Seul un organisme I peut le faire. Et pour ça, il faut envoyer le doc 185b au GSAC, qui réédite le CEN. Donc, pour les CDN encore valides, pas de soucis, pour les nouveaux CEN, il faut lancer l'action. Combien de planeurs arrêtés cet été à cause de ça ?

 

Tremblez, vélivoles, la tempête EASA arrive. La traîne s'annonce sympa, mais combien serons nous pour en proffiter ?

Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à se tromper qu'ils ont raison.

Link to comment
Share on other sites

Faux

C'est un job à plein temps. Des bénévoles avec une activité salariée autre que dans ce domaine ne peuvent pas s'en sortir.

Ca doit être un malentendu (ou plutôt un mallu). Si on embauche, c'est bien parce que ce n'est pas faisable uniquement avec des bénévoles.

Mais la préparation de ce grand changement EST fait par des bénévoles, et si tous les gens intéressés participaient, au lieu de se plaindre, ça irait certainement mieux.

Je le sais, je participe au passage EASA de l'atelier de mon club. Ce qui nous est demandé en terme documentaire/contrôle qualité est SCANDALEUX par rapport à la réalité technique de l'activitée.
Justement ! La direction que le dossier de navigabilité de l'aviation générale a pris à la naissance de l'EASA, nous menait droit dans le mur.

Heureusement pour nous, l'EASA s'est aperçu, semble-t-il, qu'elle aussi n'arriverait pas à gérer sa part de ces dossiers. D'où l'idée de tout alléger, un retour à la "normalité" en quelque sorte. Ce changement de cap n'est pas tout à fait accompli, il est entamé à peine, et l'EASA est très grande, tout dure donc très longtemps...

Un autre aspect, très franco-français celui-là, c'est que nos chères administrations aiment bien mettre sur le dos de l'Europe toutes leur c... (et des exemples j'en ai à la pelle !). Alors, la mise en place des régulations européennes est souvent perturbée (pour ne pas dire : sabotée) par ceux que ces changements menacent à terme... :blink:

Où tu as parfaitement raison, c'est en appelant tout le monde à la vigilance et à l'action. Ce n'est pas parce que la Fédération est en train de négocier un changement du système, qu'il n'y aurait plus des dangers imminents ! En effet, avant que ce virage s'opère, il peut y avoir de la casse...

Tremblez, vélivoles, la tempête EASA arrive. La traîne s'annonce sympa, mais combien serons nous pour en proffiter ?
Il y a quelques temps, on aurait même pas parlé d'une "traîne sympa" ! On était classés à la même case "aéronef" que les 777 et A380...

Mais ça change !

L'inconvénient des processus à l'EASA est, qu'ils sont lents et longs, l'avantage en est, qu'ils sont consensuels et participatifs. C'est une grosse et lourde machinerie, certes, mais ce n'est pas tout à fait "deus ex machina".

Il est vrai cependant, qu'en attendant la mise en place du nouveau système (il n'est même pas encore complètement défini, que dire de sa mise en place !), d'aucuns peuvent tomber sur le champ de la bataille. Mais celle-là n'est pas nécessairement perdue !

Yurek
http://www.yankee-romeo.com
If God meant man to fly, He'd have given him more money.
Honni soit qui mal y pense ! http://informatiquefrance.free.fr/sms/sms_04.gif

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...

×
×
  • Create New...