www.planeur.net | www.netcoupe.net | www.volavoile.net
Jump to content

Yurek

Membres
  • Posts

    1355
  • Joined

  • Last visited

About Yurek

  • Birthday 04/04/1953

Contact Methods

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Localisation
    Strasbourg
  • Intérêt(s)
    Vol à voile, vol moteur, plongée, voile.

Profil pilote

  • NetCoupeur
    Non
  • Badge FAI
    Badge Argent
  • Région de vol
    Alsace, Vosges, Forêt Noire
  • Instructor
    Non
  • Voltige
    Niveau 1 : voltige positive
  • Planeurs préférés
    SZD-55, Junior, Pégase et... ASH-25 (pour l'instant en double)
  1. DSX c'était ça : DSX - SaFly et T-Advisor J'ai dit "c'était", car ça n'existe plus. Il fut un temps (il y a 12 ou 13 ans), où c'était un concurrent du Flarm, mais c'était avant...
  2. La solution c'est clairement un plieur professionnel. Daniel Alonso de l'Atelier du Parachutiste (dans le 77), ou Philippe Reffet (dans le 74)
  3. Ce n'est pas pour défendre un tel, ou un autre parachute (là, je ne serais forcement pas objectif), mais ce que dit un fabricant, cela n'engage qui lui. Car, il se peut que notre chère administration ait un autre avis... Par exemple, pour son SK-94, Air-Pol prévoit aussi une table de pliage campagne (oui, vous avez bien lu). Or, jusqu'à nouvel ordre, en France on doit plier exclusivement dans une salle agrée... Bref, pour avoir cœur net, je poserais la question à la DGAC.
  4. Fait. Je ne pense pas que le cas d'Oyonnax-Arbent soit comparable à Angers : c'est un point de dégagement sur le Jura.
  5. ULM veut dire Ultra-Léger Motorisé... Je sais : c'est d'une banalité... Mais dans l'Arrêté du 24 juin 2019 (JO du 30/06/2019) ne sont traités que des ULM. Or, le Cavok n'est pas motorisé... L'ouverture existe réellement (il faut lire entre les lignes), et elle est ici : Résolution législative du Parlement européen du 12 juin 2018 (pdf). Dans ce texte, il est précisé que l'EASA ne s'occupera plus des avions et des planeurs en-dessous des MTOM (ou MTOW) précisés. En ce qui concerne les planeurs, à la page 390 et 391 on trouve des valeurs de 250 kg pour les monoplaces (c'est le cas du Cavok), et de 400 kg pour les biplaces. L'ennui est que - comme je viens de dire - aucun texte n'est sorti à ce sujet de notre administration nationale, l'arrêté susvisé ne traitant que des motorisés... Or, les décisions du PE et des directives de la CE ne sont obligatoires que pour les Etats-membres, et non pour leurs citoyens. Autrement dit, mystère et boule de gomme.
  6. A cette liste, il faudrait ajouter le PW-6U à 88650 €TTC (ou 73875 €HT), hors options, bien sûr. Sexy ou pas, les deux clubs qui en possèdent en France, en sont très contents. Mais c'est "pas assez cher, mon fils" !
  7. Aujourd'hui, le planeur le moins cher, toutes catégories confondues, c'est le PW-5... Le problème : personne n'en veut. Depuis que la Classe Mondiale a été supprimée, l'usine n'a reçu aucune commande. Conséquence : pour lancer la production, il faut désormais cinq commandes... Si vous voulez un PiWi (PW-5), il faudrait trouver quatre autres clients avec la même ambition... Pour les autres, l'inflation, dont nous répète sans cesse quelle n'existe pas, est évidente, et les prix d'aujourd'hui n'ont rien à voir avec ceux d'il y a ne serait-ce que dix ans.
  8. Depuis janvier 2018, je n'entretiens aucun rapport avec la société Allstar PZL Glider, le TCH (propriétaire du certificat) du Perkoz, Junior, Acro, et Nexus (plus souvent connu comme SZD-55). Le communiqué est ici : http://www.volavoile.net/index.php?showtopic=12910&p=112609 Logiquement, je ne puis donc vous donner aucune information commerciale au sujet de ces planeurs, ni - cela va de soi - au sujet de cette entreprise. Le fait que je les ai proposé, montré, et essayé de vendre pendant plus de dix ans, n'y change rien.
  9. Mais laquelle ? Il y a le SZD-56-2 Diana-2, un planeur pur de classe course (15 m) certifié, avec un délai de livraison de 6 à 8 mois (le délai ferme est confirmé par l'usine à la commande). Pour le tarif détaillé, il suffit de m'envoyer un courriel. Il y a ensuite le SZD-56-3 Diana-2/FES, c'est-à-dire, le turbo électrique, dont je ne puis communiquer un délai, car le STC (pour équiper ce planeur certifié d'un FES, certifié également) a déjà pris 18 mois... et ce n'est pas encore fini. Des livraisons sont donc en cours à destination de pays extra-européens (lire : qui n'ont pas besoin d'un CDN d'EASA), comme les USA, ou l'Australie. Il y aura enfin les Diana-3 le 18 m, dont pour l'instant seul le prototype vole, et qui participera dans les compétitions de la classe 18 m, mais dont la certification prendra encore... un certain temps. Tout le monde comprendra que je ne vais pas m'aventurer à donner une date... Tout ceci n'a toutefois rien à voir avec les "planeurs Allstar", car les Diana sont fabriqués par la société Avionic.
  10. Ben non, afro, ton espoir de relation est vain, car il ne peut pas y avoir une quelconque relation avec une machine... Le site ANTS n'est qu'un logiciel, un algorithme, il n'y aucune personne humaine derrière, à part les programmeurs qui l'ont conçu, et ceux qui en font la maintenance. Ce n'est pas prévu pour avoir de contacts, ni des échanges d'arguments. Et ce n'est même pas la faute à Macron, même s'il en fait aujourd'hui le service après-vente... Depuis 2003 et l'idée lumineuse de Sarko sur les PV automatiques (à l'époque personne, au parlement ni dans les médias, n'a protesté contre ce coup porté au principe de présomption d'innocence), on automatise les décision d'administration. On avait trop de fonctionnaires, trop de coûts de fonctionnement pour des décisions "pinailleuses" et sans aucun bon sens ? On les remplacera par des algorithmes. Tiens-toi bien : les lendemains qui chantent, c'est déjà aujourd'hui...
  11. En 2005, La Poste a pris la décision stratégique de changer son logo. Même pas le nom, ni do son oiseau bleu sur le fond jaune, non. Juste de remplacer le fond jaune carré par le fond jaune ovale. C'était - disaient ses représentants à l'époque - indispensable pour la visibilité de la vénérable institution... Cela a entraîné le changement de tous les panneaux d'affichage, des enseigne lumineuses et ordinaires de 17 000 bureaux et points de contact, des papiers en-tête, des cartes de visite, 550 camions, 15 000 scooters, 30 000 vélos, et que sais-je encore... Le coût de la création du nouveau logo était de 70 000 €, et le budget prévu de mise en œuvre et de communication associé, de 10 millions d'euros. Il faudrait faire une enquête, pour savoir, combien cela coûtait vraiment... en tout cas, l'agence qui était en charge de cette communication à l'époque, A & Co, a simplement disparu. Certes, la FFVV n'a pas les 17 000 bureaux de La Poste... Un article des Echos situe les dépenses d'un changement de nom, selon la taille de l'entreprise, entre 10 000 et 500 000 euros... en ajoutant que les coûts définitifs de mise en œuvre peuvent faire doubler, voir tripler la dépense. Le changement de nom de l'Areva, devenue Orano, coûtera ainsi au bas mot 5 millions d'euros. Mais il s'agit d'une très grande entreprise internationale...
  12. Ce n'est pas étonnant, Vinch, que tu ne savais pas, car le Diana-3 (18 m) n'a été officiellement présenté que la semaine dernière : dimanche, le 21 janvier. Avant, le sujet était bien gardé, nous le considérions comme confidentiel. Mais Diana c'est une autre sujet, et je ne voudrais pas que le communiqué ci-dessus soit accusé de crypto-publicité.
  13. C'est exact ! http://www.yankee-romeo.com/Media/EASA-TCDS-A_446-SZD48-Jantar_Std_2-&-Brawo-ZSJ.pdf Les deux entreprises possèdent chacune un certificat EASA pour le Jantar Std... Si ça intéresse encore quelqu'un...