www.planeur.net | www.netcoupe.net | www.volavoile.net
Jump to content

[2015] 1St World 13,5 M Class Championships


Recommended Posts

Le 1er championnat du Monde de la classe 13,5m aura lieu du 1er au 15 Août 2015 à POCIUNAI (Lituanie).

 

http://www.wgc2015.lt/

 

http://www.soaringspot.com/en_gb/135-wgc2015/results

 

Link to comment
Share on other sites

On va pouvoir voir la différence de perfo entre les ULM et des prototypes développés pour ce championnat...

Par contre pas de trace du diana 2 recoupé à 13,5m évoqué dans le dernier numéro de gliding international.

Bons vols à tous!

http://planeur.phpnet.org/images/flarm_pixel.png
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

vision un peu limitée désolée, les pilotes se font certainement plaisir à être en l'air quand meme, et c'est l'emergence d'une nouvelle classe qui n'aura rien à voir avec les Piwis justement. Et à la clé il y a qd meme des planeurs de 45 de finesse, train rentrant, peut être meme ulm, neufs à 50 000 euros.
Dans ce cas le cricri electrique n'a vraiment aucun interet non plus, ou le premier planeur des frères wright, ils ne faisaient meme pas 20m de vol..

D'ailleurs c'est pas des ulm les sparrowhawk et le gp 14?

Link to comment
Share on other sites

Hello

Mon propos est le suivant : il y a pléthore de wgc et celui-ci me semble prématuré car la classe 13.5 est tout juste émergente.

Je parlais de l aspect sportif, mais je reconnais évidemment son utilité "expérimentale".

Bonne journée

O brialmont

Link to comment
Share on other sites

oui c'est sur que c'est pas l'émulation d'un rieti ou autre pour l'instant, mais combien de personnes pensaient voir ces genre de machines tourner des 300 à 100 de moyenne ou plus. C'est une jolie vitrine, ça montre aussi que la classe ulm ne se limite pas aux silent, c'est le début des technologies à résines hautes températures, des planeurs en fibres un peu plus coloré, de motoplaneurs électriques performants avec un autre budget que l'antares, des ailes qui pèsent 40kg, des remorques plus petites etc etc.

En fait je vois mal quoi d'autre que cette compétition peut lancer cette émulation, et je vois la bien une possibilité d'évolution pour nos clubs. C'est la première fois depuis longtemps qu'on a l'impression qu'il peut y avoir aussi bien, plus simple, et moins cher.. Enfin c'est mon avis, je reve peut être un peu, et c'est vrai que j'aime l'idée de se rapprocher un peu plus de l'idée du vol libre dans sa simplicité comme avec les parapentes les deltas et autres ailes rigides..

 

Mais oui, cette compèt aujourd'hui reflète plus la machine que le pilote, tant mieux j'ai envie de dire, il devrait se passer des choses interessantes dans l'avenir proche..

Link to comment
Share on other sites

Vraiment sans intérêt ce wgc !! Planeurs ulm contre 15m rabotes. C était couru d avance.

Un monotype semble indispensable, mais lequel ?...

Mon cher Olivier,

Je vois que tu n'as pas tiré profit des leçons de l'histoire. Tu es sans doute trop jeune pour la connaître, celle ci n'a d'ailleurs pas encore été écrite. En voici un morceau.

La classe 13,5m n'est autre que la renaissance de la classe mondiale libérée du carcan "monotype", lequel a montré toutes les limites de ce concept dans le monde aéronautique, figé à mort par les règlements, EASA ou autres.

Pourquoi?

 

Il faut revenir à la naissance de la classe mondiale, dans les années 80. Je peux en parler car j'ai participé aux premières réunions. L'idée vient du Prof. Piero Morelli, avec lequel j'ai travaillé pendant plusieurs années, et que je fréquentais avec le plus grand plaisir quand je vivais à Turin.

Piero était un formidable théoricien de l'aérodynamique, d'une gentillesse infinie, très influent au niveau de la FAI. Lui et son frère Alberto ont conçu dans les années 70 au sein du Polytechnique de Turin un planeur absolument révolutionnaire, le M300, dont le prototype fut malheureusement détruit dans un atterrissage aux vaches aux mains d'un pilote inexpert (grave erreur stratégique de leur part).

Piero avait la capacité de convaincre son entourage plus par son charisme que par ses arguments. C'est ainsi qu'il a réussi à convaincre les différentes instances de l'époque que le véritable frein au développement du VàV était le prix des planeurs. Qu'il fallait lancer un appel d'offre international sur un cahier des charges spécifique. Je me suis personnellement toujours opposé à cette thèse, mais j'étais le seul à l'époque. Parce que construire des protos, voyager de par le monde, permettait à certains de se faire plaisir avec l'argent des autres (refrain connu!). Ils ont tous disparus, paix à leur âme. Les PW5, Russia, Velino, ont eux aussi disparu. Et notre argent, qui a financé ces inepties, aussi. Piero était un fervent communiste, convaincu que l'argent était le mal absolu, que tout le monde devait pouvoir voler pour quatre sous. Lui et tous les autres du même bord ont emporté leurs convictions dans leurs tombes.

 

Il avait juste oublié une chose fondamentale: dans la nature, la stabilité n'existe pas. Il n'existe que deux états: la croissance et la décroissance. Or la croissance n'existe que s'il y a progrès, et le progrès (technique) n'existe que s'il y a marché. Qui mettrait ses deniers dans une machine médiocre, qui s'est avérée par la suite presque aussi coûteuse qu'une machine performante? J'ai posé la question en réunion plénière, personne n'a levé la main. Machine donc destinée à mourir. J'ai même suggéré d'aller demander à M. Agnelli d'utiliser une de ses chaînes (FIAT est à Turin, comme Morelli, tout était possible) pendant quelques jours pour sortir quelques milliers d'exemplaires d'un planeur simple, type Schweizer 1-34 américain ou autre à définir. Rien. A partir du moment où la construction était celle classique par stratifié et moule, la bataille était perdue. Il faut autant d'heures et de plastique pour construire un bon et un mauvais planeur. La FAI a donc choisi un modèle, qui ne correspondait d'ailleurs pas au cahier des charges, lequel était lui-même erroné.

 

Pas de marché, pas de clients. Par contre, il y a deux ans d'attente pour les machines de 300.000 € (le prix d'une maison).

Mais voici que grâce à l'opiniâtreté et la vision stratégique de certains (dont le maître absolu vient de nous quitter il y a 2 mois), l'ULM prend le dessus. La règle est simple: pas de règle. Chacun est responsable de ce qu'il fait. J'avais entrevu cela en 78 en montant un moteur sur un Quick Silver (planeur pur), le premier ULM en Europe! Idée abandonnée pour responsabilités familiales et professionnelles prioritaires. Avec l'arrivée de l'EASA et l'adoption aveugle des pires règles, nous y revoilà. Et la liberté de construire, d'utiliser des matériaux et des techniques nouvelles, permet la naissance de projets qui peuvent sembler fous mais sont le véritable moteur du progrès: l'innovation. Comme la FAI ne demande pas de certificat de navigabilité, au pire un laisser-passer (que tout ULM possède sur une base purement déclarative), alors la porte s'ouvre et les esprits les plus brillants s'y engouffrent.

 

En quoi cela te gêne-t-il que Leonardo Brigliadori, ex champion du monde en "vrai" planeur, avec son copain Beretta, aient eu l'idée géniale de projeter et construire (entièrement avec leurs deniers personnels, nous sommes pas en France, pas de subventions mais des idées) le Silent, un planeur de 40 de finesse qui n'a pas de besoin de brevet ni de visite médicale et encore moins de CDN-COA-ARC, j'en passe et des meilleures?

 

En quoi cela te gêne-t-il que Stefano Ghiorzo, également ex champion du monde en "vrai" planeur, aujourd'hui directeur de la société qui fabrique le Silent, ait raboté les ailes de son Diana2, dont la version d'origine, jamais certifiée et qui ne le sera jamais au sens EASA, n'est plus construite?

 

En quoi cela te gêne-t-il que Greg Cole ait utilisé les techniques de la construction aérospatiale pour construire un planeur de 45 de finesse, dont tu prends les ailes sous le bras pour les poser sur le toit de ta voiture? Et qui va faire exploser tous les records du monde avec son moteur électrique (sois attentif fin 2016). Et là aussi, aucune règle, pas de visite médicale absurde: si tu ne te sens pas bien, tu ne voles pas. Tu n'attends pas que quelqu'un décide pour toi.

La compétition est donc à nouveau ouverte, et pour la première année, c'est un succès. C'est la preuve que la liberté est bien la source du progrès et du développement. Et les surprises ne manqueront pas, pourvu que les instances gouvernementales (EASA, DGAC, etc.) laissent vivre et se développer le monde de l'ULM sans autres restrictions.

Bons vols, dans n'importe quelle machine!

jm

 

PS: Pour te donner une idée de ma conception de la liberté, au cas où tu n'aurais pas lu mon bouquin, je suis aussi co-fondateur de la fédération italienne de vol libre (74), champion national en 77, membre de la FFPLUM et propriétaire d'un ULM. J'ai l'impression que mon Nimbus va rapidement se trouver couvert de toiles d'araignées…jusqu’à la prochaine expédition patagonienne.

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir Jean-Marie,

Comme précise dans mon second post, je parlais de l'intérêt purement sportif de ce championnat du monde, et je maintiens mon propos.

L'intérêt expérimental est évident, et, pour répondre à tes interrogations, je n'ai aucune gène vis à vis de tous ces vélivoles qui font avancer notre sport, que du contraire, et j'ai autant de plaisir à voler, que ce soit en 29 ou en backseat d'un k13!

Mais ce championnat, à ce stade de developpement de la classe, crée une confusion : c est quoi exactement la classe 13,5M ?

Des planeurs ULM existants?, des planeurs 15M raccourcis?, des nouveaux proto conçus exclusivement pour cette classe, ...car il s'agit tout de même d'un WGC officiel, et non d'une rencontre amicale.

 

Bons vols également

 

olivier brialmont

Link to comment
Share on other sites

Les débuts de la classe 13,50 m semblent modestes vu le nombre de participants. La première compétition est venue sans doute trop vite par rapport à l'offre machines. L'avantage principal réside dans la présence de (moto)planeurs ULM dont l'utilisation n'est pas soumise aux dictats de l'usine à gaz de Cologne. Il semble cependant que les planeurs purs "rétrécis" à 13,50m soient plus performants. Les constructeurs allemands vont-ils marquer de l'intérêt pour la nouvelle classe ? Il serait bien qu'ils le fassent.

Au vu des performances en vitesse moyenne de ces machines on ne peut que se réjouir. Je pense que les pilotes compétiteurs n'auraient pas de crainte de s'embêter à les piloter. Dans l'avenir il faudrait peut-être combiner les championnats 13,50m et classe club. Cette classe club qui à mon avis est ce qui est arrivé de meilleur au vol-à-voile depuis longtemps. Le vol-à-voile pour progresser ou simplement survivre n'a pas besoin de machines d'un prix mirobolant que seul une poignée d'élus peuvent se payer.

Edited by jme
Link to comment
Share on other sites

Il avait juste oublié une chose fondamentale: dans la nature, la stabilité n'existe pas. Il n'existe que deux états: la croissance et la décroissance. Or la croissance n'existe que s'il y a progrès, et le progrès (technique) n'existe que s'il y a marché.

C'est toi qui oublie les leçons d'histoire de dame nature, pour que la chaine alimentaire fonctionne il faut qu'elle reste équilibrée .

Si une espèce augmente de façon trop importante, elle finit par ce réguler faute de nourriture...

Il n'y a que l'homme pour croire qu'il faut une croissance permanente pour vivre...

Dis moi si l'homme croît de façon permanente comme tu suggère, a 30 milliard d’être humains tu pense que ça va encore bien ce passer?

Edited by Thierry
Ils ne savaient pas que c'était impossible, ils l'ont fait.....
Link to comment
Share on other sites

D'autant plus qu'il existe au moins un contre-exemple en vol à voile: la classe "Schweizer 1-26". Près de soixante ans après son premier vol, ce planeur basique de finesse 23 (les bons jours) construit en 700 exemplaires continue à attirer assez de pilotes pour un championnat national US monotype. D'accord, leur nombre diminue aussi (seulement 15 cette année), mais il faut croire que l'idée du monotype n'est pas incompatible avec le vol à voile. Schweizer avait d'ailleurs développé un successeur plus performant (le 1-36 Sprite), mais la firme a jeté l'éponge peu après et cessé de produire des planeurs.

Stéphane Vander Veken
Link to comment
Share on other sites

Sport: Gliding
Title: 1st FAI World 13.5m Class Gliding Championship
Type : World
Date: 01.08 - 15.08.2015
Location: Pociunai, Kaunas (Lithuania)


Final Results :

Overall
1st : Stefano Ghiorzo ITA
2nd : Vladas Motuza LTU
3rd : François G. Pin USA



FAI congratulates the Winners and thanks the Organisers of the

Championship.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
 Share

×
×
  • Create New...