www.planeur.net | www.netcoupe.net | www.volavoile.net
Jump to content

delta217

Membres
  • Posts

    598
  • Joined

  • Last visited

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Localisation
    Sisteron, Seyne

Profil pilote

  • NetCoupeur
    Oui
  • Badge FAI
    Aucun
  • Région de vol
    PACA
  • Instructor
    FE(S)
  • Voltige
    Non
  • Planeurs préférés
    LS3a

Recent Profile Visitors

1219 profile views
  1. Salut, Ayant des problèmes de date avec XCSoar ("le week number rollover" bug du système GPS), je vais sans doute passer sur SeeYou, où je me retrouve avec des problèmes d'altitude ! Illustration : N'importe quoi dans les altitudes, - 77m quand je suis dans mon jardin ! Seul le 828m est correct. En cherchant partout dans les paramètres, je trouve (Galaxy S10) la fonction "améliorer la précision de la localisation" (par Google), et je la désactive. Et là, miracle, toutes les altitudes sont correctes : Conclusion : se méfier de Google..., qui n'est pas toujours notre ami.
  2. Un truc à dormir debout : extrait : et donc, la faute à Samsung : En attendant, il y a des machines de caisse qui ont sorti des dates de paiement qui avaient 20 ans de retard à cause de ce truc !
  3. Trouvé çà sur le github de XCsoar...: Je ne peux pas dire que je sois convaincu, j'utilise mon téléphone pour randonner à ski, et les dates sont correctes !
  4. Merci, Mes fichiers sont donc bien là où je les cherchais. J'y ai donc la liste de mes vols 2023(-xx-yy-XCS-AAA-01.igc), et j'ai un fichier tout seul de 2004 ! Par curiosité, je l'ai ouvert, et c'est mon fichier d'hier !? Auquel XCsoar a attribué une date bidon (mon téléphone est en date et heure automatique). Et sur la ligne 2 dudit fichier, je retrouve bien HFDTE190804. Donc XCSoar se plante complètement sur la gestion de la date ! Je vais aller voir su côté des forums d'XCsoar...
  5. Salut, J'ai changé de téléphone récemment. Je suis maintenant sous Android10. Auparavant, je trouvais les fichiers dans android/data/org.xcsoar/files/log. Aujourd'hui, je ne trouve mon fichier nulle part ? Une idée ? ,
  6. Le plan B, c'est de bricoler le fichier .txt autour de ta zone de vol... Mais c'est vrai que je trouve que XCSoar tarde à mettre en oeuvre la solution définitive.
  7. Hier après-midi dans le Trièves, sous le col de la Croix Haute : Le conducteur est indemne. D'après un témoin, il s'est réveillé au cours des tonneaux de la voiture (3 !?). Remorque allemande et véhicule d'un autre pays (Espagne ? RU ?), on peut imaginer un imbroglio au niveau des assurances (la ligne électrique était endommagée, voire un poteau cassé ?). Donc : état des remorques (pneus...), situation administrative de l'attelage, état du conducteur,... A méditer.
  8. confirmé par notre RPF, le FI peut ne pas être déclaré dans un DTO pour les "2 vols dans les 24 mois".
  9. Sûr ? Une licence périmée revient de fait à reprendre une formation. J'ai entendu un chef pilote dire qu'un vol avec FI non déclaré dans le DTO ne pouvait être comptabilisé dans les "2 vols avec FI dans les 24 mois". Mais peut-être à tort ? En d'autres termes, un FI peut-il exercer en dehors d'un DTO ? J'espère que tu as raison sur ce point...
  10. Attention, je ne connais pas les privilèges de Klaus : est-il FI, et si oui, déclaré dans quel DTO ? édit du 19/3 : non, voir ci-dessous. Selon la réponse, les vols que tu feras avec lui seront soit des vols d’entraînement inscrits sur ton carnet de vol (et émargés par le FI) comme tels, soit des vols comme "sac de sable". Dans le second cas, le FE pourrait hésiter à engager sa responsabilité en l'absence de re-entraînement officiel. Cette une situation que j'ai vécue personnellement pour mon PPL, ré-entraînement officiel avec un FI, suivi par un contrôle de compétences par un FE.
  11. 2 points - le décompte des voix par club : il me semble que nous sommes en présence d'une usine à gaz, et auquel le principe "le diable se cache dans les détails" s'applique plutôt bien, avec des discussions de "chiffonniers" sur le nombre de voix du club A par rapport au club B. Dans le passé, il y avait un système plus simple qui accordait une prime aux "petits" : je me rappelle, moyennant 2 procurations, que je pesais autant que Vinon à l'époque où je présidais un "tout petit club". - le scrutin par liste : je suis très dubitatif, constatant que cela mène à une fracturation de notre mouvement, et considérant que cela lui est nuisible. Nous sommes trop petits pour nous permettre le luxe de nous étriper (plus ou moins) gentiment. Si l'on tire un parallèle avec les scrutins municipaux, le scrutin par liste est applicable aux communes de plus de 1000 habitants. Et nous sommes 150 clubs (à peu près). A contrario, il me semble judicieux de présenter des candidatures par liste, notamment pour savoir qui sont les têtes de liste (et donc le futur bureau), mais en laissant un droit de panachage. A noter pour l'anecdote : un club a adopté (dans des conditions réglementaires certes, mais très discutables) une élection par liste, mais à l'américaine : "winner takes all". C'est à dire qu'il n'y a plus d'opposition du tout une fois l'élection passée. Pour le coup, cela me semble totalement antidémocratique.
  12. Propos intéressants, mais qui me semblent un brin utopistes, voire irréalistes, et éventuellement contre-productifs... Ne pas oublier que la France est un pays centralisé, où "Paris décide de tout" (ou presque). Le sport n'échappe pas à cette règle, et nous sommes (beaucoup l'oublient !) une fédération sportive (soumis en fait à une double tutelle : les sports, et l'aviation civile). Mais l’état n'a pas envi de de s'emm... avec les sports, donc il délègue (via une DSP) aux fédérations sportives le soin de gérer l'activité : la formation, la formation des cadres, les compétitions, etc... C'est tellement vrai que quand un nouveau sport apparaît (le kite-surf par exemple), il n'a de cesse que de trouver une fédération à laquelle il puisse le rattacher. Il délègue (et finance aussi, accessoirement) en se permettant d'avoir un œil (cf. l'avis de la cour des comptes sur le salaire "anormal" de l'ancienne directrice de la FFT, actuelle ministre des sports). Dans ces conditions, on peut comprendre que l'état soit bien content d'avoir UN SEUL interlocuteur, et non pas 36. Concernant un possible conflit d’intérêt en matière d’examen, il faut avoir en tête qu'un FE n'exerce pas ses responsabilités vis à vis de la FFVP, mais vis à vis de la République (et même de l'EASA), ce dont témoigne l'en-tête des documents associés (d'ailleurs, la possibilité du conflit d’intérêt a été intégré dans les textes). Si on suit ton raisonnement, l'arbitre désigné par la FFF qui officie pour la finale de la coupe de France de football est juge et partie... Si tu veux "ségréger" totalement les choses, la seule solution consisterait à embaucher une brochette de fonctionnaires, ce qui engendrerait des coûts et des impôts supplémentaires, alors que le boulot est aujourd'hui fait par une armée de bénévoles. Pas sûr que ce soit à l'ordre du jour par les temps qui courent..., et totalement contre-productif pour nous (et les contribuables...). A l'inverse, le fait - par exemple - que la FFVP ait réussi à garder la main sur le théorique est un beau succès, ce qui nous évite de nous retrouver avec 2 ou 3 sessions d'examen par an dans un bureau DGAC quelconque, avec à la clef un potentiel chèque à déposer au nom du comptable du trésor public ! A l'époque où j'ai passé passer le FI ULM, le CNVV n'avait pas d'examinateur en interne, et ceux qu'ils avaient trouvés en externe demandaient 400 € par test ! C'est ce qui nous attend si tu dilues les différentes prérogatives de notre actuelle fédération (une forme de privatisation, qui prendra à tous les coups un caractère commercial). J'admire le boulot qui a été fait par nos fédéraux (bénévoles pour la plupart) en matière de formation et de sécurité, qui est tout à fait remarquable, dans un environnement réglementaire complexe et évoluant sans cesse (un fonctionnaire du bureau des licences : "vous savez, nous aussi on s'y perd"). Dernier point : nous sommes une petite fédération, et la parole de notre président pèse pour le nombre d'élèves et de licenciés qu'ils peut afficher dans le bureau du ministre. Notre fédération est sans doute imparfaite, les idées novatrices sont bienvenues, mais autant les faire aux sein des commissions ad-hoc (comités régionaux, formation et sécurité, etc...), et en faire ainsi profiter - le cas échéant - l'ensemble du mouvement qui est le nôtre. Bonnes réflexions en attendant les vols.
  13. Tu regardes ta fiche Gesasso, et tu vois ce qui manque. A condition qu'elle soit à jour... A part çà, la fiche sur le site de l'ATO-CNVV est très claire (merci la FFVP pour le boulot formidable qui a été fait dans la domaine formation et sécurité) :
  14. Pour ma part, XCSoar sur un écran 5.2" me semble parfait. Alimentation par la LIFePO4 du planeur, secours par une batterie externe au cas où. Si le téléphone a une prise de pression, c'est encore mieux (check calage alti avant atterrissage). Un inconvénient cependant : l'utilisation prolongée crame l'écran AMOLED (carré blanc du radar FLARM + incrustation des chiffres des infobox - en négatif : chiffres blanc sur fond noir). Je songe à dédier le vieux téléphone uniquement à cet usage pour cette raison. Un point délicat est la surchauffe potentielle avant décollage. Je n'avais pas pensé au bob de secours pour cette utilisation...
×
×
  • Create New...