www.planeur.net | www.netcoupe.net | www.volavoile.net
Jump to content

ch4mp

Membres
  • Posts

    168
  • Joined

  • Last visited

About ch4mp

  • Birthday 10/31/1978

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Localisation
    Vinon

Profil pilote

  • NetCoupeur
    Oui
  • Badge FAI
    Aucun
  • Région de vol
    Alpes
  • Instructor
    Non
  • Voltige
    Non
  • Planeurs préférés
    ASW20L
  1. Je prévoie partir pour un long voyage à l'automne (tour du monde à la voile). Ma machine étant invendable en l'état (ASW-20L avec un gelcoat HS), quels sont vos conseils pour un stockage au moins deux ans à moindre coût ?
  2. Mes cartes tiennent très bien couvertes de scotch d'emballage transparent. C'est pas si compliqué à poser (proprement) et pas cher.
  3. Comment se comportent les composites lors d'exposition brève à une température élevée ? A partir de combien de temps à quelles températures observe-t-on des dégâts ? Il existe une technique assez "sauvage" employée par certains propriétaires de bateau pour faire sauter le gelcoat : un chalumeau comme ceux employés par les couvreurs. Les vieux bateaux poly-ester / verre semblent accepter le traitement sans broncher. Vus les échantillonnages sur les bateaux en question, je ne suis pas trop surpris. Bon, ce n'est pas la technique la plus répandue non plus : la plupart des traitement de coques osmosées sont faits avec un rabot électrique qui rogne un peu le composite (d'une épaisseur probablement comparable à celle de la peau d'une aile de planeur...) J'imagine que si la technique n'est pas employée en aéronautique, c'est que çà pose des soucis sur la structure sur les composites fins, mais je suis curieux de savoir ce qui se passe. Quelqu'un a déjà essayé pour voir sur les ailes d'un planeur au potentiel expiré ?
  4. A la différence près que si tu fais un sondage dans la rue, le gens ont une idée assez précise de ce qu'est un vélo ou une raquette. En ce qui concerne le planeur, comme mentionné plus haut dans le fil, c'est beaucoup plus flou. A mon avis c'est même pire. Quand je parle de vol à voile autour de moi (boulot, amis d'amis, etc.), les gens ne sachant clairement pas ce que c'est demandent. Si j'utilise le terme planeur, il font l'association avec parapente / delta et en restent là alors qu'ils sont souvent intéressé (et épatés) par les performances d'un planeur. Essayez, vous verrez c'est édifiant.
  5. Donnez-vous tous la peine de lire la suite de l'article (pas en entier, juste les deux pages suivantes). Avant 1945, on parle bien de vol en planeur, c'est après que le terme Vol à Voile est entré dans les mœurs (grosso modo, à l'émergence de notre très chère fédération). Et si revenir à une formulation d'avant guerre devait être synonyme de "progrès", alors je n'ai plus qu'à brûler mes dictionnaires... Mais bon, puisque nos chers élus sont de véritables précurseurs, nous devrions voire apparaître rapidement les fédérations françaises de : ballon de footballboule de pétanquevélocipèderaquette de tennisBon vol à voile à tous (plus que 3 mois à tenir)! merci
  6. A mon avis, quelqu'un qui cherche une fédération, connaît déjà l'activité. En général, quand on veut découvrir le "planeur", on va chercher un aérodrome où on sera dirigé vers le bon club, pas une fédé...
  7. On est dans le grand n'importe quoi... La fédé, un organisme public... Il n'y a pas plus privé qu'une association loi 1901 ! (bon j'exagère, il y en a plein d'autres...) Tu as déjà eu des cours d'éducation civique ? Il me semble que les associations 1901 reconnues d'utilité publique ont quand même des obligations de transparence (même si je ne sais plus bien lesquelles, çà semble assez logique qu'un organisme qui perçoit des subventions publiques rende compte au public de ce qu'il en fait). Dans les questions, pour l'instant sans réponse dans ce thread, portant sur les conditions d'attribution du marché et les raisons du choix, on peu observer que lors du lancement d'un projet informatique, il y a souvent tentation de faire table rase du passé et de repartir "from scratch" mais que c'est souvent une mauvaise idée. Ici, il semble difficilement concevable qu'un re-lifting de l'interface (nouvelle appli plus orgonomique / sexy) justifie un investissement dispendieux pour implémenter les même fonctionnalités qu'un soft existant et adopté par ~70 clubs (je me fie aux chiffres avancés plus haut). Vu de l'extérieur, la piste d'un relationnel "compliqué" entre les maîtrises d'ouvrage et d'oeuvre semble plus probable, mais ne connaissant ni les uns, ni les autres je ne peux que supputer en constatant les gâchis de temps (celui des développeurs) et d'argent (en parti le mien, sic)
  8. Je n'ai pas fait voler mon planeur depuis trois ans pour des raisons budgétaires. Tout ce que j'ai pu me payer c'était la licence et l'inscription à un club pour la RC et le stationnement de la machine dans sa remorque sur un terrain. J'aurai le budget pour faire voler mon ASW-20 en 2018 grâce à ... une indemnité de licenciement. Donc si quelqu'un a un moyen d'adoucir la douloureuse de ces salauds de riche propriétaires çà m'intéresse aussi.
  9. Tu peux aussi attendre d'être au point de virage pour le déclarer, c'est plus simple :super: Pourquoi pas les déclarer la veille pendant qu'on y est. Voir carrément déposer en début de saison la liste des circuits qu'on a l'intention de tenter ? La déclaration avant le départ me semble la seule solution acceptable raisonnable (je continue à accepter un règlement que je considère bancal sur d'autres aspects, notamment l'impossibilité d'utiliser le largage treuil et le posé aéro comme points de départ / arrivée comme prévus, mais c'est un autre sujet). Comment sinon traiter les circuits multiples dans un même vol (par exemple un 300 comme prévu suivi d'une tentative de vitesse sur un 90 en local), les compétitions avec validation du circuit entre mise en l'air et départ (voile qui va peut être rentrer, vent qui va peut-être s'établir à 12h ou à 14h, ...) etc. ?
  10. J'avais, il y a quelques années, pris çà pour un bug. Du coup je relançait XCSoar en vol après avoir changé de circuit. Il prend le décollage immédiatement après la remise en route et voilà. J'ai donc fraudé à l'insu de mon plein gré. Bonne chances aux commissaires sportifs pour vérifier çà Pas démarré le PDA avec le bon circuit avant de décoller (par exemple pour gratter un peu sur la batterie ou pour éviter qu'il ne chauffe trop au starter) ? c'est pas grave, je me pose, je refais la queue, je me fait remettre en l'air et je prend le départ (pour un circuit plus petit par ce qu'avec une heure ou deux en moins...). En plus çà fait du bien aux finances du club ! En cas de challenge sur de multiples petits circuits de vitesse là çà devient carrément rigolo
  11. Je ne comprend pas l'intérêt de cette règle (déclaration avant décollage). Si quelqu'un embarque des traceurs avec des déclarations différentes, il le fera probablement avant le décollage. Il m'est arrivé par contre de choisir un circuit une fois en l'air en fonction du côté de la vallée où j'ai fait mon accrochage et de là où les premiers cumulus naissaient.
  12. Je parle bien de classements nationaux et pas de ceux d'une compèt en un lieu donné. Ca vaut aussi pour le classement international (le 456ème mondial a-t-il participé aux mêmes compétition que le 457ème ?). Non les classements nationaux sont établis en participant a des compétitions ou tu te confronte à d'autres compétiteurs sur le même terrain de jeu, ce qui te donne un classement à la fin de la compétition et tu peux voir ton classement national sur igc ranking list. Et pour définir qui est 456 ou 457 c'est un bareme de pts sur des compétitions qui ont une certaine valeur de points. Pour être premier Kawa doit participer aux compétitions qui rapportent le plus de points et il y est confronté aux autres meilleurs mondiaux.... Pour le départ au treuil c'est une ligne de départ (dans un comme prévu) donc si tu ne la franchis pas..... La ligne sur le treuil et perpendiculaire à la 1ère branche c'est pas mal relou : suivant le sens du vent, le point à utiliser peut être à un petit km de ceux figurant dans les bases "standard" et pour peu que la 1ère branche soit à 90° de la piste en service, la porte est facile à rater sans un détour qui n'aide pas franchement à accrocher. Sur un terrain avec une seule piste il faut 2 points, sur un terrain en "L" il en faut 3 et en "X" 4 C'est un peu pareil à l'atéro: en cas d'arrivée directe, il est fréquent de ne pas franchir une ligne souvent centrée sur le club-house. Les "directes" ne figurant pas vraiment au rang des bonnes pratiques en matière de sécurité, je comprend que le règlement ne les encourage pas. Pour le départ au treuil, je comprend moins. Notons au passage que les cylindres de départ et d'arrivée palliaient à l'absence de clauses spécifiques pour respectivement le treuil et la directe.
  13. La NP4.2 me semble assez limpide sur ce point : Il me semblait que dans le cas particulier d'un décollage au treuil avec l'aérodrome comme point de départ, le largage comptait comme prise de départ (quels que soient piste en service et point de référence GPS pour l'aérodrome). Je confond avec un autre règlement ou c'est une règle qui a disparu ?
  14. Je parle bien de classements nationaux et pas de ceux d'une compèt en un lieu donné. Ca vaut aussi pour le classement international (le 456ème mondial a-t-il participé aux mêmes compétition que le 457ème ?).