www.planeur.net | www.netcoupe.net | www.volavoile.net
Jump to content

Renaud

Membres
  • Posts

    98
  • Joined

  • Last visited

About Renaud

  • Birthday 01/31/1990

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Localisation
    Toulouse - St Gaudens

Profil pilote

  • NetCoupeur
    Oui
  • Badge FAI
    Badge Argent
  • Région de vol
    Sud Ouest, Chartres
  • Instructor
    Non
  • Voltige
    Non
  • Planeurs préférés
    LS4, Pégase
  1. Salut, Suite à l'audit de notre DTO hier, la DSAC (sud) confirme que ce qui a été dit à l'ATO CNVV n'est en fait pas correct, et il faut bien déclarer ses bases secondaires. Dans notre cas, nous comptons ajouter les aérodromes sur lesquels il est probable que nous fassions un stage. Par exemple, en tant que FI j'ai fait voler des pilotes en formation campagne à Jaca. C'est juste un moyen de ne pas avoir à refaire la déclaration au dernier moment, notamment si l'on délocalise temporairement une partie de l'activité. Il en est de même pour les machines utilisées: Nous ne sommes pas à l'abri d'utiliser une machine d'un club voisin si nous délocalisons une partie de l'activité. Dans le doute, nous ajouterons les biplaces les plus répandus, encore une fois afin d'éviter d'avoir à le refaire au dernier moment.
  2. Merci Florent pour cette info. Effectivement la question se pose de savoir si on doit déclarer les bases secondaires. Attendons les recommandations de l'ATO pour le nouveau formulaire, en espérant que les choses restent "simples".
  3. Salut! Félicitations pour cette subvention! Pour info, le club de St Gaudens met en vente un pégase, il a 4000 HDV et en bon état général. Il est vendu avec sa remorque dont la bâche a été refaite à neuf il y a quelques années. N'hésite pas à me contacter si tu veux plus d'infos. Renaud
  4. Le recrutement et la fidélisation, ce sont des problèmes universels! Au club, nous avons fini par constater que nous avions "trop" d'élèves, je mets des guillemets car c'est presque un luxe. Oui, mais... une partie de ces élèves sont des personnes qui viennent essayer une activité, comme ils iraient essayer le kite surf ou le padel tennis. Du coup, on les voit 3-4 mois, ils font une dizaine d'heures, ils reviennent peut-être l'année d'après... Nous avons plus d'élèves qu'à Angers, nous en refusons régulièrement, mais nous n'arrivons pas à les "transformer" en vélivoles. En plus de la fidélisation des pilotes brevetés, il faut en plus trouver les élèves qui sont vraiment motivés et impliqués dans leur formation car le nombre et la disponibilité des instructeurs va en diminuant. Nous avons opté pour un système de paiement en "forfait", c'est à dire que l'élève paie une sorte de forfait brevet dès son inscription en 3x. C'est dommage d'en arriver là mais pour le pilote motivé, cela ne change rien, mais ça fera réfléchir celui ou celle qui viendrait en dilettante. Reste le souci de fidéliser et de faire progresser les pilotes brevetés. Quand on a 3 ou 4 élèves d'inscrits au planning, c'est difficile de leur dire de ne pas venir pour faire voler un pilote breveté en montagne par exemple. Et pourtant, je pense que du point de vue fidélisation, c'est beaucoup mieux!
  5. Petit souvenir du CDF Juniors de 2015 à Tours. Epreuve n°3, un AAT de 2h45 en classe STD est prévu sous un ciel proche de 8/8e. Une des activités favorites quand ça ne vole pas de quelques pilotes incluant ma pomme étant d'aller à la pêche, je décide de mettre ma ligne dans le planeur, au cas-où. Je finis vaché au 2e point de virage, Loudun aéro. Pas l'ombre d'une rivière à côté, et pas le temps de pêcher car le remorqueur est en route pour un dépannage air. Deux jours après, on nous envoie pour un joli 500. Je traîne un peu en route et en fin d'après-midi, je me rends à l'évidence que je bouclerai pas le circuit. Cap vers le Louroux en suivant le cours de l'Indre. Les champs vachables sont légion dans ce secteur et à cette période de l'année, je décide d'avancer le plus possible tant que j'ai un champ vachable en dessous. Finalement, vers 300m sol, je repère un beau champ près d'un petit lac du côté de Chatillon sur Indre. Posé sans souci, le temps que mes dépanneurs chartrains attèlent la remorque, je vais vers le lac, trouve un morceau de bois et commence à pêcher. Sans succès. Finalement, je décide de pêcher dans le petit ruisseau qui descend du lac. Un morceau de blé de la barre céréales qui me restait en guise d'appât fera l'affaire. Quelques minutes d'attente, l'utopie d'une prise dans ce contexte amusant commence à s'évanouir quand, tout d'un coup, le bouchon s'enfonce. Ferrage, et un joli gardon se retrouve pendu au bout de l'hameçon. Photo souvenir et le gardon qui n'avait rien demandé retourne à l'eau pour couler des jours paisibles dans un endroit qui, je suis sûr, ne reverra pas l'ombre d'un pêcheur avant un bon bout de temps. L'organisation me récompensera d'un prix évoquant la pêche aux cumulus. Mais il paraît que c'est la première fois qu'un pilote pêche un poisson lors d'une épreuve de championnat de France, et ça, j'en suis très fier
  6. Salut Maxence, Je serais preneur de ton quizz! Nous allons aussi faire des session théoriques via Google Meet pour les pilotes de St Gaudens. Ca commence mercredi soir et visiblement pas mal de pilotes sont intéressés! Renaud
  7. Bonjour et bonne année ! Effectivement ce sujet est un vaste débat. Lors de ma dernière virée au club de 2019 la semaine dernière, j'ai fait: 200km en voiture (aller/retour au terrain) soit 33kg de CO2 30mn d'ULM soit 8kg de CO2 4 vols en planeur avec remorqués environ 6mn soit 10kg de CO2. Donc au total 51kg, soit l'équivalent de 21000km en TGV. Allez, je retourne à la pêche ! (A pieds!)
  8. Salut, Comme dit plus haut, il existe déjà différents carnets de vol en lige avec des fonctionnalités assez avancées. De plus, entre les Gessasso, GIVAV, Vulcain, carnet de vol, clicknglide, etc... il y a déjà beaucoup d'outils qui deviennent indispensables et apprendre à tous les utiliser correctement est déjà compliqué. Ces outils regroupent grosso modo les fonctions que tu proposes. Il faut cependant garder à l'esprit que ce qui intéresse un vélivole ce n'est pas d'accumuler les heures de vol en suivant son compte pilote de près, mais d'accumuler des expériences variées et enrichissantes (campagne, montagne, onde, compétition, etc.). Un aspect intéressant serait de développer ton outil en ce sens. Mais je crois que la fédé planche sur une application de fiche de progression en ligne. Bonne chance Renaud
  9. Effectivement, à Saint Gaudens nous avons organisé des stages au profit des mirauds volants. Une super expérience pour eux, et pour nous aussi. Je dois dire qu'en tant qu'instructeur, je ne savais pas trop quoi leur faire faire. Et j'ai vite compris qu'ils étaient là pour apprendre à piloter. Leur boitier sonore est d'une précision bluffante. Il permet d'entendre l'assiette et l'inclinaison avec des sons plus ou moins aigus et avec la stéréo. Du coup, il suffit d'adapter un peu son langage et l'on peut presque faire des leçons de pilotage standard. Affaire à suivre en août prochain!
  10. Bonjour, Pour le transpondeur, le règlement SERA.6005 point b dit la chose suivante: Zone à utilisation obligatoire de transpondeur (TMZ) 1) Tous les vols effectués dans un espace aérien désigné par l’autorité compétente comme étant une zone à utilisation obligatoire de transpondeur (TMZ) emportent et utilisent des transpondeurs SSR capables de fonctionner en mode A et C ou en mode S, sauf application d’autres dispositions prescrites par le PSNA pour cet espace aérien spécifique. Je n'ai pas recherché, mais j'imagine que les TMZ correcpondent grosso modo aux espaces de classe D, C et A. C'est défini par les autorités nationales. Si tel est le cas (j'ai tenté une recherche dans l'AIP mais c'est long...), cela ne changerait rien aux conditions d'utilisation du transpondeur. On pourra noter le point SAO.IDE.125 pour l'emport d'équipement de SAR: SAO.IDE.125 Life-saving and signalling equipment — search and rescue difficulties Sailplanes operated over areas in which search and rescue (SAR) would be especially difficult shall be equipped with such life-saving and signalling equipment as appropriate to the area overflown.
  11. Merci pour vos réponses! Je vais donc en prendre bien soin, et scanner les pages qui m'intéressent. Ce sera mieux que de tout abîmer! Bonne journée Renaud
  12. Bonjour à tous, Pas grand chose à voir avec le vol à voile, ou en planeur, mais ma famille a retrouvé des numéros du magasine Icare, entre 1966 et 1968. Ils sont en bon état, et l'on peut y trouver des publicités pour le futur Orly Sud et le Boeing SST, l'avion supersonique. Mais aussi des articles sur Guillaumet, l'ONEMA et les essais soufflerie de la maquette A300, etc. Savez-vous si ces magasines ont de la valeur? Pas que je veuille les revendre, mais je ne voudrais pas qu'on m'accuse de massacre si je découpe 1 ou 2 publicités pour mettre sous verre! Merci!
  13. Bonsoir, Sans prendre aucun parti, j'ai joué le jeu de renseigner mes informations dans gessasso. Il faut se creuser un peu les méninges mais ce n'est pas insurmontable (la preuve, j'ai réussi!). J'ai créé plusieurs lignes avec les heures totales et le nombre de vols minimum réglementaires pour chaque catégorie, à la dernière date de chaque vol (je suis en règle sur tous les points): - Date / heures totales / nombre de vols (mini réglementaire) / catégorie (instructeur, pilote, stagiaire) / planeur / moyen d'envol. Attention pour la gestion des qualifs moyens d'envol, il faut faire une ligne pour le treuil et une ligne pour le remorquage. Bon courage!
  14. 100% d'accord avec toi. Ceci dit, pour le grand public, que ce soit localement ou au niveau national, le terme "planeur" est plus parlant que "vol à voile" ou "association vélivole". Nous avons changé le nom du club en ce sens il y a quelques années. Ca n'apporte certainement pas plus de membres mais ca améliore la visibilité sur l'activité du club.
  15. Merci pour vos réponses! Effectivement c'est ce qui semble le plus logique et ce qu'on m'a dit aussi dans mon club.
×
×
  • Create New...