www.planeur.net | www.netcoupe.net | www.volavoile.net
Jump to content

Gui PAP

Membres
  • Posts

    12
  • Joined

  • Last visited

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Localisation
    Sud Est

Profil pilote

  • NetCoupeur
    Non
  • Badge FAI
    Aucun
  • Région de vol
    Sud Est
  • Instructor
    Non
  • Voltige
    Non
  1. Bonsoir Nous avons un modèle "fait maison" dans notre club sur le même principe avec vérin hydraulique. La différence réside surtout dans une plaque montée sur un axe qui remplace le rouleau arrière (comme une pelle). Très pratique une fois installé pour déplacer le planeur dans toutes les directions. Deux réserves toutefois : - la mise en place délicate selon les planeurs (attention aux trappes de train ou au dessous du fuselage, ça passe parfois à quelques cm près) - attention à ne pas trop incliner le planeur du coté du bras de pompage car là encore, ça peut toucher... Guillaume
  2. Merci beaucoup pour ces liens, notamment le site j2mcl et sa base documentaire numérisée qui est une mine d'infos passionnantes sur l'histoire de notre discipline. J'ai du boulot en perspective...
  3. Quels que soient les résultats, merci pour votre aide à tous les deux
  4. Bonjour à tous, Je réalise des recherches sur l'histoire du vol à voile sur le terrain d'Avignon-Pujaut. J'ai pu obtenir la seconde partie d'un article sur le Centre militaire de vol sans moteur de Pujaut édité sur le numéro 10 de la revue "Vieilles plumes" (merci JNV ) et je suis donc à la recherche de la première partie vraisemblablement éditée dans le numéro 9 (période 1999). Je fais donc appel à tous les vélivoles collectionneurs ou pas qui auraient conservé ce numéro et qui pourraient me faire parvenir un scan de l'article concerné. Sinon, certains sauront peut-être si l'on peut encore se procurer le numéro quelque part, on ne sait jamais... Je vous remercie de votre aide Vélivolement Guillaume PS : Bien entendu, si vous avez des informations, documents, photos ou quoi que ce soit concernant le planeur et ce terrain entre 1920 et nos jours (avec une forte activité durant les années 30), je suis preneur
  5. Salut, Sur le terrain d'Avignon-Pujaut, nous cohabitons nous aussi avec un des plus gros centre de parachutisme de France. Des règles de bonne entente/sécurité ont été établies. Nous décollons au treuil. Globalement, nos contraintes sont les suivantes: -un "partage" du terrain entre les deux activités (qui a des dimensions suffisantes) avec une zone d'atterrissage pour les paras bien définie. -annonce du largueur para 2mn avant largage ce qui entraîne: -pas de treuillées (sauf déjà annoncées) de ce moment jusqu'au posé des voiles -dégagement de l'axe de largage pour les planeurs en vols. De manière générale, ça fonctionne bien, même s'il peut y avoir parfois des couacs sans conséquences majeures (retardement d'une treuillée, voile qui pose du mauvais côté...). Le plus difficile pour nous c'est lorsque nos voisins organisent une manifestation spécifique avec une grosse activité voire plusieurs avions largueurs: il devient pour nous très compliqué de trouver des créneaux pour lancer nos treuillées, un largage étant annoncé avant même que le précédent soit arrivé au sol. A noter aussi, lorsque le vent est trop fort (je crois que c'est au delà de 40km?!), ils ne sautent pas. Amicalement
  6. Salut, A Pujaut, le terrain est scindé en deux. En gros l'ouest pour les paras et l'est pour les vélivoles. La zone d'attérissage para est bien définie, à l'écart des pistes que l'ont utilise. En pratique, les treuillées sont interrompues deux minutes avant largage (annonce radio de l'avion largueur) jusqu'à l'arrivée au sol du dernier para. Ca nous pose parfois problème les jours de grosse activité para lorsque plusieurs largueurs tournent en même temps (lorsque le dernier para arrive au sol le second avion annonce les deux minutes). Néanmoins, c'est devenu rare depuis qu'ils ont acheté un gros avion (cessna caravan) et ça ne concerne plus que qques évènements annuels (compétitions...). De manière générale, quand chacun fait attention à l'autre, ça fonctionne pas mal, même si ça nécessite parfois des ajustements et qu'il est parfois pénible d'attendre l'arrivée du dernier tandem qui descend en prenant son temps, en plein mois de Juillet sous la verrière par 40°!
  7. Mais aussi dans la pub!!! Des images rares à la télé http://www.dailymotion.com/video/xchj4h_pu...e-2010_creation
  8. Merci pour vos réponses, je vais aller chercher tout ça. :lol:
  9. Salut, En faisant des recherches sur l'aerodrome où je vole, je suis tombé sur ce post et y répond avec un peu de décalage dans le temps: Il existe aussi l'aérodrome d'Avignon-Pujaut qui a été créé en 1919 (officiellement?) en tant qu'aérodrome de secours des premières lignes aériennes Paris-Marseille et Paris-Narbonne. Selon mes infos, un club de vol à voile est créé en 1930 et la pente de pujaut verra passer quelques grands noms tels que KRONFELD, ROGER et NESSLER ainsi que quelques records jusqu'en 1940. En 1935 y apparait le premier centre militaire de parachutisme et il semble que dans le même temps, le terrain accueillait un centre militaire de vol à voile dirigé par le lieutenant Wernert. Il était équipé d'un Morane-saulnier 315 en remorqueur de planeurs dits "aiglons" (??? si quelqu'un sait de quel type de planeur il s'agit). A titre d'infos, j'ai trouvé la plusparts de ces infos sur le site de la bibliothèque nationale de france dans les archives "Gallica" ( http://gallica.bnf.fr/ ) où l'on trouve quelques vieilles revues aéronautiques du début du XXème siècle numérisées et accessibles gratuitement en pdf. Poursuivant mes recherches, je suis preneur de toute info concernant ce terrain et l'activité aeronautique qui peut le concerner de près ou de loin, notamment une éventuelle activité antérieure à 1919 et une activité de vol à voile avant la création du club en 1930 (essais etc...). De même, comment se procurer cet atlas des terrains d'aviations de la DGAC dont je n'ai pu trouver que des extraits? A l'heure actuelle, le terrain est en usage restreint pour un club de parachutisme, d'aéromodélisme et le club des Planeurs d'Avignon Pujaut qui grâce à notre bonne vieille pente peut voler toute l'année :lol: a+ Guipap
  10. Tu es juste un peu hors sujet, puisqu'il s'agissait des avantages que les clubs accordent aux bénévoles qui treuillent et non de l'avantage qu'il y a à décoller au treuil. Mais tant qu'on en est là, dis nous un peu où est ce merveilleux endroit ou l'on monte a 600 m et où on a la pente juste a coté. Oups, désolé, effectivement, mais les messages de ce post avaient tendance à dériver aussi dans ce sens... Quant à ce merveilleux endroit où je vole, c'est l'aérodrome d'Avignon-Pujaut. La mise en l'air se fait à l'aide d'un treuil équipé de cable kévlar sur une piste de treuillée de plus d'1 km axées sur le vent dominant Nord-Sud (le mistral). Les treuillards sont bénévoles et n'ont à ce jour pas de compensations, la politique du club est de former le plus de treuillards possible afin qu'un roulement satisfaisant puisse se mettre en place (ce qui n'est pas encore le cas, mais c'est un long travail...). Pour les altitudes de largage, elles sont comprises dans leur très grande majorité entre 400 et 600 m, quelques fois moins mais aussi parfois plus ( suivant les qualités de la treuillée, du pilotage et bien sûr de la météo, mono ou biplace etc...). Pour la pente, c'est une falaise bordant le plateau qui sépare la plaine de l'aérodrome et le Rhône. Elle s'étend sur environ 4 Km perpendiculairement à l'axe Nord-Sud, à moins de 2 Km du terrain et permet donc de se faire plaisir toute l'année dès que le Mistral est présent (et c'est assez fréquent). Voilà, j'espère avoir répondu à la question tout en remarquant mes efforts pour recoller au sujet du post :lol: a+
  11. Bonjour à tous Je profite de ce post pour me présenter et vanter par la même les vertues du treuil. En effet, je réalise depuis 1an et demi mon rêve de gamin: voler. Jusqu'à maintenant, il est évident que ce qui me bloquait, c'était les moyens financiers, car ne nous voilons pas la face, une année de vol à voile représente une somme conséquente. A proximité de chez moi, deux clubs; l'un tournant avec un remorqueur, l'autre au treuil. Pour le premier, impossible d'assumer correctement une activité régulière. Les tarifs du second, un petit club qui marche grâce à l'énorme énergie des bénévoles, me permettent de me lancer, sans aucun regret. Au résultat, je vole toute l'année grâce à la pente voisine et souvent même une petite "ondulette" en hiver, les thermiques l'été... Et puis, franchement, se retrouver en quelques secondes entre 500 et 600m est toujours pour moi sources de sentations intenses. Bref pour conclure, même si je peux concevoir que le remorqueur peut être utile sur certains sites ou certaines activités particulières (comme la voltige), il me semble que l'activité treuil généralisée est ce qui permettra à notre activité, si ce n'est de croître, de perdurer en attirant un plus large public. Voilà, c'était une manière aussi d'apporter un témoignage dans cette discussion à bientôt dans les airs!