www.planeur.net | www.netcoupe.net | www.volavoile.net
Jump to content

mik-mik

Membres
  • Posts

    32
  • Joined

  • Last visited

Profil pilote

  • NetCoupeur
    Oui
  • Badge FAI
    Aucun
  • Région de vol
    alpes
  • Instructor
    Non
  • Voltige
    Non
  1. Ecoutez, je suis absolument désolé si j'ai blessé quelqu'un et je le prie de m'en excuser. J'ai mes obsessions personnelles sur le comportement de mes compatriotes en temps de crise dans le passé et, je le crains, possiblement dans l'avenir, mais il est clair que nous en sommes encore loin. Je répète mon respect absolu pour la loi, pour les forces de l'ordre, et même pour le gouvernement de mon pays, surtout quand ça va mal. Et je condamne, en mon for intérieur, ceux qui ne les respectent pas. Mais ça n'empêche pas de penser un peu. Il est simplement faux de dire que le vol à voile est interdit pour économiser les services de sécurité et de santé. Je vous rappelle que la pèche à la ligne dans l'étang d'à côté est interdite tout autant que la descente de la Meije en jump-suit. Pas plus, pas moins. Par contre j'accepte tout-à-fait l'argument : Autre chose, quel est l'image que l'on renvoit quand on demande aux gens d'être confinés et que l'on voit des planeurs voler !! Bonjour la perception du quidam. Faudra pas se plaindre que l'on soit classé ds les intouchables,nantis... dans la perception des gens. c'est la vraie raison qui motive les décisions administratives prises, et je me garde bien de les critiquer, dans le contexte de notre pays. Mais on peut rêver. En Corée (du sud, bien sûr), sévèrement et précocement touchée par le virus, il n'y a aucune mesure de confinement, et le développement de la maladie est très inférieur à ce qu'il est en Europe. Question de comportement individuel. Là-bas il n'y a pas eu besoin de décrets et de policiers pour que la circulation des voitures (par exemple) soit divisée par deux. Chacun sait ce qu'il doit faire et ce qu'il peut faire, et personne ne verrait de problème à ce que son voisin s'isole (se confine ?) pendant huit heures dans son planeur perso sans jamais se rapprocher à moins de 60 mètres d'aucun être humain. Mais nous ne sommes pas coréens.
  2. Bonjour à tous, Je suis absolument d'accord sur le fait qu'en période de crise, des contraintes parfois très lourdes sont imposées à tous et chacun doit accepter les siennes sans discuter. C'est le prix de la solidarité. Mais de là à : 1. Reprendre sans critique la justification, au sommet de l'hypocrisie, que les planeurs ne doivent pas voler pour éviter d'encombrer les salles de réanimation, et 2. aller faire la queue à la Kommandantur pour dénoncer les voisins, il y a une marge dont le franchissement me choque profondément.
  3. "Départ sur la route avec petite montée à seulement 4000 m dans une convergence dans la vallée du Japon." Trop fort, Jean-Marie...
  4. Je l'ai depuis le mois de mai. Mon avis : zéro bidouillage, zéro casse-tête. Tout est dans la boîte. Il suffit d'appuyer sur le bouton ON et ça marche immédiatement. Juste trouver une source d'alimentation pour faire plus de deux heures de vol. Pas besoin d'autre connection (le flarm, si vous y tenez vraiment...) Si l'informatique vous gonfle, c'est ça qu'il vous faut. Cela dit l'écran est grand, mais pas miraculeux.
  5. " Y a des mecs, ils sont tellement intelligents, quand ils ont fini de te répondre, tu comprends plus la question que t'avais posée". C’est du Coluche, et c’est Courtillot qui me fait penser à ça. Toute cette histoire de réchauffement ne doit pourtant pas être si compliquée que ça. Arrhénius en 1896, en quatre pages et à la règle à calcul a su non seulement prévoir l’effet de serre dû à l’augmentation du CO2 mais le calculer, et ses résultats sont cohérents avec ce qui est observé aujourd’hui. Pas d’histoire de tâches solaires, de champ magnétique, de precession des orbites etc, juste un bilan de ce qui rentre et de ce qui sort, comme pour calculer le niveau de l’eau dans la baignoire. Le bon scientifique c’est celui qui rend simple ce qui est compliqué, pas le contraire. Bon. Courtillot trouve (depuis longtemps) que le GIEC fait du mauvais travail (pour quelqu’un qui dit ne s’intéresser au climat que depuis 3 ou 4 ans, c’est déjà audacieux) et qu’il ne retient que les résultats qui servent sa thèse. Autrement dit, qu’il manque de rigueur scientifique et éthique. On attend donc de lui une rigueur irréprochable. Pas de pot, il a gagné internationalement (avec son comparse Claude Allègre) le joli surnom de "chevalier de l'Ordre de la Terre Plate" en négligeant de tenir compte de la rotondité de la terre. Et pour ce qui est de l’éthique, il suffit sans doute de dire que quatre ans après sa bourde, il continue à utiliser les chiffres grossièrement faux dans ses conférences (vers la fin de la conférence de Strasbourg, et sans doute dans son récent livre.) Tout ça ne prouve pas vraiment qu’il ne dit que des bêtises mais ça ne lui donne pas non plus une évidente supériorité de compétence et d'honnêteté qui l’autoriserait à dézinguer d'un coup les trente ans de travail de ses collègues contribuant au GIEC. Alors comme inconditionnel et obscurantiste adorateur du GIEC, je cite Valérie Masson Delmotte, corédactrice du rapport et initiatrice de l’appel des scientifiques répondant à Allègre : "nous voulons simplement que la même exigence de rigueur s'applique à tous". Ca me parait une exigence assez raisonnable.
  6. Je pensais que tu avais admis que la terre n'était pas plate et que Courtillot trichait. Mais tu es libre de t'informer auprès de qui tu le souhaites. Bons vols.
  7. Les variations haute fréquence (= cycliques et à court terme) qui auraient une importance sur le réchauffement climatique à l'échelle du siècle ???? Ce n'est plus de la confusion, c'est de la mauvaise foi caractérisée.
  8. Ben oui, mais c'est faux, tellement grossièrement faux que tout le monde va comprendre : On ne parle pas des mêmes m². Le flux radiatif du soleil se mesure par unité de surface incidente normale, alors que le bilan de l'effet de serre se compte par m² de surface terrestre. Comme la surface de la sphère est de 4pi.r², il y a un coefficient 4 entre les deux, et comme il faut aussi, paraît-il, tenir compte de l'albédo, le bon coefficient serait 6. Quand le GIEC publie des résultats erronés sur un point de détail, tout le monde attend et obtient bien normalement des excuses en 35 langues dans la semaine qui suit. Mais quand Courtillot persiste à faire comme si la terre était plate avec le soleil au zénith en permanence (et des deux côtés à la fois !), on n'entend pas ses regrets. Dernier point : Allègre adore rappeler que Galilée tout seul avait raison contre les autres tous ensemble. Mais lui et Courtillot sont en fait dans la situation contraire. Galilée avait fait tout le travail. Des années consacrées uniquement à inventer les moyens d'observations, à faire des mesures et des calculs avant de se forger une conviction. Il avait raison parce que sa conclusion procédait d'un travail scientifique rigoureux. Aujourd'hui qui fait le travail scientifique rigoureux ? Allègre-Courtillot ou l'ensemble des laboratoires de climatologie du monde entier ? Je m'arrête là. Je ne veux pas avoir l'air d'avoir un compte à régler avec AFox, à qui j'adorerai offrir une bière en parlant de vol-à-voile. De toutes façons, quoi qu'on en pense, on y changera pas grand chose. Le jour continuera à se lever assez longtemps. PS petite correction pour être plus précis : l'erreur d'un coefficient 6 ne s'applique pas au flux total de 342 W/m², qui est bien mesuré au sol, mais à la variabilité de 1W/m² qui concerne elle le flux total à haute altitude.
  9. Variation de l'énergie reçue du soleil : 0.1 W/m² Augmentation anthropique de l'effet de serre : 4 W/m² On aimerait beaucoup que Courtillot ait raison, mais il n'a pas fait les calculs et ceux qui les ont fait trouvent tous à peu près la même chose. Les chiffres sont têtus. Pour décoder les thèses de Courtillot : Commentaires des 604 scientifiques avec la Liste des signataires
  10. La Meije, 14 août 09, 18 heures 01. (je sais, très en retard...) http://img406.imageshack.us/img406/5012/planeur23.jpg Ca fait tard pour redescendre au refuge...
  11. Une suggestion : Ne pourrait-on pas demander aux équipes de secours de prendre l'habitude de marquer largement les épaves à la bombe fluo ? On n'hésiterait plus quand on voit une épave : Si elle n'est pas marquée, il faut toujours appeler les secours.
  12. L'aéroport est entièrement clôturé et les deux portails d'accès sont fermés à double tour. Il n'y a personne sur le terrain. La route est à 500m et peu fréquentée. Avec un peu de chance en criant très fort, mieux si tu as des fusées de secours (j'en ai toujours dans la pochette), les Carabiniers viendront te saluer et te dresser un PV pour utilisation d'un aérodrome fermé. Meilleur plan: notes le N° de téléphone du zident du club (voir post précédent) et appelle le, il se débrouillera pour faire venir quelqu'un qui a la clé, car il ne l'a pas (aéroport privé). Happy landing! Merci. Si j'arrive à me traîner jusque là après 70 km en radada au fond du val d'Aoste, c'est sûr que le landing sera happy, même si je dois dormir dans le planeur...
  13. C'est bien ça le problème... Le planeur qui a un déplacement apparent, c'est celui qui n'est pas dangereux. On rappelle : gisement visuel constant = collision. Des planeurs on en voit plein : au-dessus c'est facile, ils se détachent sur le ciel. En dessous c'est facile, ils se détachent sur les champs. Sur l'horizon, beaucoup, beaucoup plus difficile. Surtout si il est fixe. Alors, ne pas se faire d'illusions. On peut être très bon pour repérer les planeurs qui se baladent très loin, ça ne prouve pas qu'on verra celui qui est dangereux.
×
×
  • Create New...