www.planeur.net | www.netcoupe.net | www.volavoile.net
Jump to content

jeanmi75

Membres
  • Posts

    11
  • Joined

  • Last visited

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Localisation
    Paris
  • Intérêt(s)
    Pêche, rando et vol à voile

Profil pilote

  • NetCoupeur
    Non
  • Badge FAI
    Aucun
  • Région de vol
    Centre
  • Instructor
    Non
  • Voltige
    Non
  • Planeurs préférés
    discus 2
  1. C'était la règle pour les compétitions organisées par la FFVV ou l'une de ses associations, ça n'a jamais été le cas pour les championnats internationaux, pour lesquels seule une journée de repos est obligatoire (sur 14 jours de vols). La règle a été malheureusement abandonnée par la FFVV il y a 4 ans pour s'aligner sur l'IGC. L'inverse eût été préférable, ou, à défaut, le statu quo. Ceci dit, rien ne permet d'affirmer que tout étant égal par ailleurs l'accident ne se serait pas produit à la première épreuve, ou hors compétition. Il y n'a pas, à ma connaissance, d'analyse statistique qui permette de quantifier le risque en fonction du nombre de jours de vol consécutifs, du nombre d'heures de vol récentes, des vols en compétition ou non, et du niveau d'expérience montagne du pilote. Dans toute compétition, tu peux avoir des épreuves plus ou moins difficiles en terme de fatigue et de tension nerveuse des équipages. Une quatrième épreuve en Montagne par météo capricieuse peut parfois être bien plus éprouvante qu'une 6ème épreuve en plaine par belle météo. La règle des 6 jours a donc été abandonnée pour laisser place à plus de jugement de la part de l'organisation et des pilotes eux mêmes. Je reconnais que ce n'est pas simple, mais il y a du bon sens dans ce choix. Je rappelle aussi qu'on a déjà eu des accidents à une première ou deuxième épreuve, alors quoi dire et quoi faire ? Un règlement, aussi pensé soit il, ne peut répondre à tout.... Le bon sens... cette chose dont les humains en sont si souvent dépourvus... Denis a raison, c'est l'IGC qui aurait du s'aligner, et non l'inverse! Un septième jour, un pilote sera plus fatigué qu'un premier. Ce qui est interdit dans le domaine du travail devrait peut-être aussi l'être dans le domaine sportif!
  2. ...arrêter de parler pour ne rien dire....!!! Cela dit, le fait de spiraler sous les crêtes est vraiment très accidentogène!!! Il me semble qu'il y a encore peu de temps, on était limité à 6 jours de compétitions d'affilées? Pourquoi ne pas se fixer cette règle dans les compétitions à venir?
  3. Le fait de placer des vols, avec les noms des pilotes, sans leur accord, sous prétexte que ce n'est pas interdit (déjà vu dans un grand club en cinq lettres vers Aix!) c'est sûrement limite légale, et quand bien même, question respect de la vie privée, mise à part le fait que cela n'est pas très correct, cela pourrais aussi causer des problèmes (imaginez qu'ils aient racontés à leur famille qu'ils sont en déplacement pour le travail à Aix ou Cannes :lol: (déjà vu!!!), quel bazar si elle tombe sur le vol en cherchant le nom du pilote sur internet . C'est écrit dans le règlement de la Netcoupe, comme nous l'a très justement rappelé Régis, que le pilote "peut" saisir son vol, cela sous entend tout de même assez clairement qu'il soit au courant qu'il y participent!!! Pour résumer, une autorisation écrite devrait être nécessaire.
  4. J'ai été plusieurs années dans une situation similaire. L'année où j'ai gagné un FLARM par tirage au sort parmi les 10 premiers rookies, il est parti dans le grand club quand le plus petit en avait probablement plus besoin et alors qu'il avait assuré le gros de ma formation. Pour la petite histoire, je suis allé chercher les infos pour les inscriptions et remis les formulaires aux responsables du petit club (inscription du club et renouvellement pour les commissaires sportifs). Rien n'a été rempli, alors de là à aller chercher les vols des membres pour les poser sur la netcoupe... Autres injustices déjà évoquées sur ce forum, le climat, les moyens de lancement, le parc machines, les cadres, etc.. : un club qui volerait au treuil dans le Finistère avec des bois et toile aurait peut-être un handicap par rapport à un autre avec des faces est en bout de remorquée et des recordmen dans ses effectifs. Quel que soit le règlement, il avantagera toujours une tranche de club et de personnes, au premier rang desquels figureront probablement ceux qui se donnent la peine de l'exploiter. Il manque pas mal de places de premiers dans un classement, ce qui est une source fréquente de frustration. Mon propos concernait uniquement le fait que des pilotes sont, je suppose, inscrits sans qu'ils soient mis au courant. Un document écrit (en vrai papier :rolleyes: ) serait une bonne idée.
  5. La gueguerre que ce font les grands clubs pour la Netcoupe est tout de même visible, même si tout se fait dans les règles. EMC : "De loin on se dit, tiens les copains que je connais ont volé." Certes, mais connais tu vraiment Hans, Dieter et autres Günter ? Je soupçonne qu'il y a des responsables Netcoupe qui s'enquiquine (donc "CONTRAIGNANT") à chercher sur l'OLC les vols des pilotes volant sur leur terrain, sûrement pas pour faire "profiter" les copains des conditions du jour, mais sûrement plus pour les classements (voir le top 5 ), afin d'avoir une plus grosse médaille en chocolat ! Si Wilfried et FrIedrich mettent leurs vols eux-mêmes, alors ce serait plus clair, et ils pourraient même faire "profiter" les copains en nous mettant des commentaires (ils en mettent parfois sur l'OLC, jamais sur la Netcoupe ) ! Cela étant dit, longue vie à la Netcoupe qui est effectivement très bien.
  6. C'est amusant le nombre de pilote (souvent allemands) qui participent à la Netcoupe uniquement une ou deux semaines par an (et qui mettent leurs vols toute l'année sur l'OLC) lorsqu'ils sont en stage (souvent en région PACA ou lors de concours sur le sol français). Sont ils tous au courant qu'ils y participent :rolleyes: ??? Ou bien cela sert il à faire du chiffre (ou du kilomètres) ???
×
×
  • Create New...