www.planeur.net | www.netcoupe.net | www.volavoile.net
Jump to content

Thierry Nauleau

Membres
  • Posts

    88
  • Joined

  • Last visited

About Thierry Nauleau

  • Birthday 05/27/1965

Contact Methods

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Localisation
    Margny-les-Compiègne

Profil pilote

  • NetCoupeur
    Non
  • Badge FAI
    Badge Or
  • Région de vol
    hauts de France
  • Instructor
    FE(S)
  • Voltige
    Non
  • Planeurs préférés
    LS8 18, ASW 24
  1. Bonjour à tous, Pour vous faire avancer dans vos projets de vol handi-planeur, CAP ENVOL et la FFVP proposent un webinaire de partage d'expériences avec les dirigeants de clubs et de comités. Mercredi 29 juin, de 19 à 20h. Vous pourrez dialoguer en direct avec les pilotes et des dirigeants de clubs, français et espagnols, qui ont réussi à monter leur projet. Aperçu du programme prévu par la @ffvolenplaneur: • Par quoi commencer ? • Comment organiser les VI handi ? • Comment les accueillir ? Vous pourrez ainsi faire remonter vos besoins et vos difficultés. Pour participer, vous pouvez vous inscrire sur cette page >> https://forms.gle/y2dLMWQY7VbtWFXEA Comme dit le sage : « La connaissance est la seule chose qui s'accroit lorsqu'on la partage.»
  2. Salut Georges, tout à fait ok avec toi, les progrès sont bien plus rapides au cours d'un stage de plusieurs jours. Et le progrès et la chose qui détermine la fidélisation pour la plupart d'entre nous. Bons vols.
  3. L'article code zéro indiqué par Daniel parle de prospective, pour nous sensibiliser et anticiper ce que peut être le sport de demain. C'est souvent copieux mais utile à un président. Solutions Intermédiaires il en existe depuis des années auprès des CDOS et parfois de quelques instructeurs de vol à voile qui vous parle de la façon de gérer les bénévoles. Voir la série de sujets que j'ai publié dans les deux dernières années sur mon blog avec le mot clé bénévole : http://www.nauleausport.fr/ce-qui-donne-envie-de-devenir-benevole/ et http://www.nauleausport.fr/recruter-des-entraineurs-benevoles/ ou encore http://www.nauleausport.fr/la-fidelisation-des-cadres-benevoles/ Maintenant se lancer en indépendant dans le vol à voile, économiquement c'est gonflé. La saisonnalité est trop aléatoire, à mois de s'expatrier l'hiver aux antipodes. Humainement, il faut composer avec les dirigeants, les bénévoles et les pilotes. J'ai le souvenir d'un chef de centre qui me disait "on a 140 adhérents, j'ai 140 patrons !" Je pense que si nous nous attachons à bien faire chacune de nos tâches, on peut s'améliorer énormément. Là où ça coince, c'est que le nombre de cadres bénévoles ou salariés dans les clubs s'est tellement réduit au cours des 20 dernières années que partout la situation est tendue. Au plaisir de revoir ceux qui seront présent à la réunion FFVV de samedi prochain. Thierry
  4. Merci à tous pour vos contributions. à bientôt et bons vols.
  5. Bonjour Les premiers flarms ne disposent pas de lecteur de cartes SD. Ce sont ceux qui ne disposent que de la barre de led horizontale. Je cherche à comprendre s'il est possible de récupérer les enregistrements sur un flarm des premières séries (2004, F4XXXX) ? le manuel d'utilisation dit bien qu'il est possible de coupler un flarm à un enregistreur de vol mais il ne dit pas s'il la récupération d'un fichier est possible. Ni comment ? Qui a une expérience sur la question ? d'avance merci.
  6. Bonjour à tous, la communication, qu'elle soit interne ou externe, n'est pas qu'une question de canal. C'est avant tout la qualité du contenu qui fera que vos destinataires y porteront attention. Pour mémoire, voyez cet article qui traite de la communication interne de Buno : Fidélisez vos adhérents par la communication interneBons vols à tous.
  7. Bonjour à tous, Désolé pour ceux qui m'ont demandé le support via planeur.net, je n'y passe pas souvent ces derniers temps. Vous pouvez me joindre à mon adresse habituelle info@nauleausport.fr
  8. Bonsoir, Un nouveau site web pour le projet Big Days. (http://bigdays.eu) Plus clair et avec toujours plus de témoignages de réalisateurs. Le projet entre cet hiver dans sa dimension européenne, avec un premier sujet in english dès demain d'un réalisateur pro. Vous en avez eu un avant-goût hier avec le sujet à propos de Paul Pintard et de ses potes, des planeurs de Puivert. Le projet Big Days consiste à vous donner toujours plus de conseils pour réaliser vos vidéos de planeur en sécurité, mais aussi pour faire de beaux films qui serviront la promotion du vol à voile, de votre club, ou tout simplement pour partager votre passion. Vos commentaires et vos expériences sont les bienvenues. Et pour les clubs ou les comités qui voudraient traiter du sujet, une présentation existe, qui peut se doubler d'un travail sur un planeur en statique. Me consulter pour plus de précision. Bons vols pour ceux qui le peuvent encore ... ou à ceux qui sont overseas !
  9. Demain je mets en ligne le dernier épisode de ce beau projet vidéo, en attendant le suivant....
  10. Vous trouvez ça normal ? Encore un gaspillage d'argent public ! On peut faire savoir notre opinion. Pour moi c'est NON!
  11. Épisode 9 consacré à la communication. Et on s'est bien amusé à le faire avec l'équipe du BC de la Balme de Sillingy. Allez, la communication c'est aussi un truc à prendre au sérieux pour lé développement du club ; ça vaut le coup d'y consacrer 99 secondes.
  12. Oui, demain, avec la mascotte des Blue Goats, je vous parlerai de la communication sur les projets de développement. Et au Basket Club de la Balme de Sillingy, on sait ce que communication veut dire !
  13. Avalanche de bonnes images ce matin !
  14. Merci Daniel ; ) Cher JMA, votre article est fort bien documenté et bien écrit, mais on ressens à sa lecture, qu'il est le fruit de luttes et de tensions internes. Comme l'a dit plus tôt dans ce forum Philippe Chiossone, rien n'oppose les privés et les adhérents associatifs, ils sont bien complémentaires. Pour m'être intéressé depuis plusieurs années à l'économie des clubs, j'ai constaté que presque chaque fois qu'une mutualisation était contractualisée, cela devenait source de tensions, finalement néfastes à l'image et au développement du club. Autrement dit je pense que l'achat d'une machine doit être parfaitement assumé par son propriétaire. Le prêt n'en reste pas moins interdit. Entre personnes de confiance, c'est même une forme de reconnaissance qui est la plupart du temps très appréciée. Au vu du nombre d'Arcus et d'ASW29, désormais acquis neufs par des clubs, il est clair que les structures capables de dépasser 100 licenciés à l'année pourront continuer à le faire. Une beau planeur est aussi un élément de motivation et de fidélisation des pilotes. Mais l'on n'apprend pas à piloter sur une formule 1. La formation des pilotes est en général précédée d'une étape que n'a pas évoqué JMA, à savoir le recrutement des adhérents, voire la fidélisation. Si le club est bien organisé et que la formation permet de former des pilotes satisfaits, alors le bouche à oreille fait le reste. Les effectifs augmentent et l'association à la possibilité de salarié un premier instructeur. Au passage, ne négligeons pas l'étape d'un premier instructeur saisonnier. Plus que la réglementation, c'est l'économie des clubs qui impose le choix de professionnaliser ou pas. Notre activité est dépendante de la météo et pour cette raison il est plus que dangereux d'établir des prévisions de profit. C'est, je crois, la raison pour laquelle, le vol à voile sous forme d'entreprise ne peut pas fonctionner en France, hormis dans les régions qui voient le soleil plus de 300 jours par an. La forme associative, dans sa diversité, à encore de beaux jours devant elle. Elle doit continuer à évoluer pour survivre.
×
×
  • Create New...