www.planeur.net | www.netcoupe.net | www.volavoile.net
Jump to content

Retour D'expérience M-200 Foehn


EchoVictor
 Share

Recommended Posts

Bonjour,

 

Je suis en train de considérer l'achat d'un M-200 avec quelques copains.

 

Quelques uns ont-ils une expérience avec cette machine (qualités défauts) comportement au treuil, et surtout la possibilité de le banaliser.

Je crois savoir qu'il est orphelin, et donc des difficultés de ce coté.

 

Eric

Un pigeon, c'est plus con qu'un dauphin, d'accord... mais ça vole... (Audiard)

http://www.touraine-planeur.org

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 54
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Au treuil, je ne sais pas.

 

Par contre, un biplace d'environ 120 de charge, faut pas mettre des gros ! La masse max de 570 à l'origine avait été réduite vers 500 ou 520 suite à des pbs.

 

Excellent voilier, où il faut beaucoup mettre de pied pour garder la bille au milieu : son gros fuselage associé à une faible longueur, tu as une faible efficacité en direction.

 

En solo, génial ! Il tient bien les 30 et quelques de finesse annoncés !

 

Petit détail : lors d'un vol de contrôle en sortie de GV, AF sortis, je n'ai jamais pu atteindre la Vne de 225 km/h !

 

Anecdote : un copain "un peu enveloppé" décollait (en solo) en place G (pour ne choquer personne ;) ) et se posait généralement en place D . Il avait changé de place aussitôt après le largage !

Edited by Bob
Link to comment
Share on other sites

Jean-Noël Violette

How many here and now, who slip off to this place for the fun of it,

slide gently across to fly on air vastly simpler than ours, in different

sunlight, to work on flying-machines that in our time don't exist,

to meet friends and loves they've missed here?

Richard Bach, Out of my mind (De l'autre côté du temps)

http://marque-en-ciel.blogspot.com/

Link to comment
Share on other sites

Au treuil, je ne sais pas.Par contre, un biplace d'environ 120 de charge, faut pas mettre des gros ! La masse max de 570 à l'origine avait été réduite vers 500 ou 520 suite à des pbs.Excellent voilier, où il faut beaucoup mettre de pied pour garder la bille au milieu : son gros fuselage associé à une faible longueur, tu as une faible efficacité en direction.En solo, génial ! Il tient bien les 30 et quelques de finesse annoncés !Petit détail : lors d'un vol de contrôle en sortie de GV, AF sortis, je n'ai jamais pu atteindre la Vne de 225 km/h !Anecdote : un copain "un peu enveloppé" décollait (en solo) en place G (pour ne choquer personne ;) ) et se posait généralement en place D . Il avait changé de place aussitôt après le largage !

Merci pour l'info Bob.

Toi qui connait bien les textes est-ce que tu sais quelque chose sur le fait qu'étant orphelin, on ne peut pas faire d'école dessus, j'ai rien trouvé sur le sujet

 

 

J'avais cherché, mais pas trouvé, merci

 

Eric

Edited by EchoVictor

Un pigeon, c'est plus con qu'un dauphin, d'accord... mais ça vole... (Audiard)

http://www.touraine-planeur.org

Link to comment
Share on other sites

Salut Eric,

 

L'association des planeurs anciens pourra peut être t'aider à avoir des infos.

 

http://www.dedale-planeur.org/

 

@+

http://planeur.phpnet.org/images/flarm_pixel.png

Vol à voile en région Centre >> Touraine Planeur

Link to comment
Share on other sites

Toi qui connait bien les textes est-ce que tu sais quelque chose sur le fait qu'étant orphelin, on ne peut pas faire d'école dessus, j'ai rien trouvé sur le sujet

 

Pour faire de l'école, il faut être dans un cadre agréé.

 

Nos Bijaves sont sous la responsabilité de notre Président qui s'est fait agréer pour eux et on continue l'école.

Link to comment
Share on other sites

Au treuil, je ne sais pas.Par contre, un biplace d'environ 120 de charge, faut pas mettre des gros ! La masse max de 570 à l'origine avait été réduite vers 500 ou 520 suite à des pbs.Excellent voilier, où il faut beaucoup mettre de pied pour garder la bille au milieu : son gros fuselage associé à une faible longueur, tu as une faible efficacité en direction.En solo, génial ! Il tient bien les 30 et quelques de finesse annoncés !Petit détail : lors d'un vol de contrôle en sortie de GV, AF sortis, je n'ai jamais pu atteindre la Vne de 225 km/h !Anecdote : un copain "un peu enveloppé" décollait (en solo) en place G (pour ne choquer personne ;) ) et se posait généralement en place D . Il avait changé de place aussitôt après le largage !

Merci pour l'info Bob.

Toi qui connait bien les textes est-ce que tu sais quelque chose sur le fait qu'étant orphelin, on ne peut pas faire d'école dessus, j'ai rien trouvé sur le sujet

 

 

J'avais cherché, mais pas trouvé, merci

 

Eric

 

Bonjour

 

Tu trouveras la réponse dans le RP 22-30 . voici un extrait :

 

TITRE V

UTILISATION

Article 10

Les aéronefs titulaires du CDNR ne peuvent effectuer :

a) Des vols à but lucratif ;

:noel: Des baptêmes de l'air dans le cadre des dispositions du décret n° 98-884 du 28 septembre 1998 complétant le livre V du code de l'aviation civile (troisième partie : Décrets) et relatif aux aéroclubs, article 1er ;

c) La formation d'élèves pilotes ne disposant d'aucun titre aéronautique au sens du livre IV du code de l'aviation civile, sauf si l'aéronef est entretenu dans un organisme d'entretien agréé.

 

Voir dans quelle situation tu te trouves.

 

J-P D

Link to comment
Share on other sites

Merci pour les infos.

 

Maintenant va falloir étudier ça.

 

Eric

 

Tu peux contacter Didier Pataille (président de l'association Dédale) et propriétaire d'un superbe M200 entièrement restauré

<didier.pataille@orange.fr> qui te donneras toutes les infos

Link to comment
Share on other sites

[

Bonjour

 

Tu trouveras la réponse dans le RP 22-30 . voici un extrait :

 

TITRE V

UTILISATION

Article 10

Les aéronefs titulaires du CDNR ne peuvent effectuer :

a) Des vols à but lucratif ;

;) Des baptêmes de l'air dans le cadre des dispositions du décret n° 98-884 du 28 septembre 1998 complétant le livre V du code de l'aviation civile (troisième partie : Décrets) et relatif aux aéroclubs, article 1er ;

c) La formation d'élèves pilotes ne disposant d'aucun titre aéronautique au sens du livre IV du code de l'aviation civile, sauf si l'aéronef est entretenu dans un organisme d'entretien agréé.

 

Voir dans quelle situation tu te trouves.

 

J-P D

 

Oui mais la réglementation ayant légèrement changée depuis, les UEA n'existant plus, faut t'il faire faire l'entretien par un atelier agrée part F?

 

Ou, les planeurs orphelins étant aussi des ELA 1 (- de 1000 kg), peut être qu'un entretien assuré par un mécanicien titulaire de la LNMA serait possible, puisque pour cette catégorie, il peut faire le même entretien que dans l'ancien cadre agrée.

 

ML

Link to comment
Share on other sites

A Pont-sur-Yonne, on en a eu quatre:

 

http://img685.imageshack.us/img685/926/img212.th.jpg

Le F-CDKN, aujourd'hui stocké à Gap

 

http://img685.imageshack.us/img685/893/m200dho.th.jpg

Le F-CDHO, en restauration à Angoulème après avoir pris le toît sur la tête il y a dix ans, lors de la mémorable tempête.

 

http://img683.imageshack.us/img683/8609/eetdhp1.th.jpg

Le F-CDHP, fuselage cassé sur un atterrissage aux vaches dans une culture haute. Jamais réparé, mais nous avons les ailes qui peuvent dépanner quelqu'un.

 

http://img97.imageshack.us/img97/2141/m200nitra.th.jpg

Le F-CDDU, en état de vol, à l'état collection, et qui est depuis quelques mois propriété de Pascal CHEREAU: cherpasc@numericable.fr

 

Le planeur est basé à Serres-La Batie.

 

Le M200, moyennant une petite prise en main - lacet inverse, efforts aux palonniers, position latérale du pilote- offre bien des plaisirs, dont le moindre n'est pas la visibilité exceptionnelle sous une bulle généreuse.

 

Nous avions effectué quelques petites modifications, comme une triangulation des palonniers, sous le plancher, ce qui évitait de reprendre le jeu chronique de ce type de palonnier tous les 3 ou 400 h. Problème résolu définitivement.

Et puis, nous avions agrandi le volet tab de profondeur, qui est souvent bien insuffisant sans cela.

La fermeture de verrière de certains, style fermeture de bocaux est à virer sans arrière-pensée, remplacée par un système comme la plupart des planeurs modernes, nettement plus fiable.

 

C'est un planeur attachant, avec plein de particularités pas toujours à son avantage:

Frein de roue à tambour minuscule, donc, quasiment inefficace, mais un patin sur lequel on peut compter...

Queue relativement fragile, certes, mais pas autant que la Mésange du même concepteur.

AF d'une grande efficacité, rendant effectivement difficile la recherche de Vne AF sortis, mais pour la précision à l'atterrissage, particulièrement aux vaches, c'est super.

Position de pilotage pas terrible, fatigante pour les (nombreux) abîmés du dos, avec en particulier une mauvaise implantation de la manette des AF à gauche, rendant délicat le dernier virage par la gauche avec le genou gauche du pilote de gauche, coincé entre le manche et cette foutue manette, vous voyez ? La modif est là aussi conseillée.

Les fuselages, d'origine, ne sont pas marouflés. Il est conseillé de le faire. C'est un plus pour la solidité de la queue et pour la longévité générale du fuselage (contre-plaqué enroulé "en hélice")

Le départ au treuil n'est pas son point fort, comme il a été dit, alors, pouquoi tenter le diable, compte-tenu des limitations de masse et du vieillissement ?

Il y a des mauvaises langues qui ont prétendu que des vols en triplace avec enfants avaient été effectués, mais évidemment, toute ressemblance avec des personnages ayant existé........

 

En tout cas, après 42 ans de présence de ces planeurs chez nous, il a laissé pas mal de nostalgiques.

 

Si vous en trouvez un à restaurer, il saura vous rendre en plaisir la sueur que vous lui aurez consacrée.

Edited by THEO
Link to comment
Share on other sites

Merci pour toutes vos infos.

 

Maintenant se pose une autre grande interrogation:

 

La machine est belge (OO).

 

Quy a-t-il de mieux, la laisser belge, ou la faire passer en F-Cxxx ?

 

Dans la seconde hypothèse en CDNS ou CDNR ?

 

Merci

 

Eric

Un pigeon, c'est plus con qu'un dauphin, d'accord... mais ça vole... (Audiard)

http://www.touraine-planeur.org

Link to comment
Share on other sites

Au treuil, je ne sais pas.Par contre, un biplace d'environ 120 de charge, faut pas mettre des gros ! La masse max de 570 à l'origine avait été réduite vers 500 ou 520 suite à des pbs.Excellent voilier, où il faut beaucoup mettre de pied pour garder la bille au milieu : son gros fuselage associé à une faible longueur, tu as une faible efficacité en direction.En solo, génial ! Il tient bien les 30 et quelques de finesse annoncés !Petit détail : lors d'un vol de contrôle en sortie de GV, AF sortis, je n'ai jamais pu atteindre la Vne de 225 km/h !Anecdote : un copain "un peu enveloppé" décollait (en solo) en place G (pour ne choquer personne ;) ) et se posait généralement en place D . Il avait changé de place aussitôt après le largage !

Merci pour l'info Bob.

Toi qui connait bien les textes est-ce que tu sais quelque chose sur le fait qu'étant orphelin, on ne peut pas faire d'école dessus, j'ai rien trouvé sur le sujet

 

 

J'avais cherché, mais pas trouvé, merci

 

Eric

le grand gag c'était de changer de place en vol, la légende dit qu'il y a eu des vols à 3 (2 adultes un enfant sur la plage arriere)

caractéristique notable les AF en siege de jardin

Horizon pas net reste à la buvette (marin Breton)
Link to comment
Share on other sites

Salut Eric. A mon avis un M200, de nos jours, ce n'est valable que dans un strict esprit "collection". Dans ce cadre-là, c'est génial.

Mais pour un bon vieux bois et toile en utilisation de tous les jours, rien ne vaut un K13. Amitiés. JMP (PS - Il n'est pas bien le K13 de Romans ?)

Link to comment
Share on other sites

C'est un planeur attachant, avec plein de particularités

Le départ au treuil n'est pas son point fort, comme il a été dit, alors, pourquoi tenter le diable, compte-tenu des limitations de masse et du vieillissement ?

 

 

Savez vous que le M200 possède un indicateur d'incidence .... naturel. :unsure:

Ne vous pénalisez pas avec des instrum tels que ceux décrits dans un post précedent,ou avec des fils de laine latéraux...

Le M200 possède un dos de chat,(c'est la tôle qui couvre l'espace entre les deux ailes). Aux grands angles ou en spirale serrée,ce dos de chat vibre ou bat avec un grand bruit ,qui vous incite à mettre du manche avant!!!.

J'ai souvenir d'un vol partagé avec Bertoncelli,grand spécialiste du M200 à Romans, le long des falaises de Tourniol ,il me dit avec son accent italien "Tou voles trrrop vite", il prend les cds et on à gratté les cailloux à 60/65km/h indiqué, dans un bruit d'enfer ,augmenté de mes tremblements ! ;)

Dans les années 70 où les Bijaves étaient interdits de vol ,les M200 ont bien rendu service pour la double,mais c'est pas un planeur pour l'école de début.

A la même époque j'ai du faire à Valence une centaines de treuillées (avec un treuil Ford) mais ça m'a pas laissé un souvenir impérissable ! Le M200 montait mal au treuil (crochet Aerazur à l'avant) , comme Theo, je déconseillerai ce lancement .

Par contre pour faire des bornes à l'époque c'était un planeur de perfo.

Souvenirs de vieux combattant .

Globule

Challes c'est de la balle !!!
Link to comment
Share on other sites

Les dos de chat de nos M200 ne vibraient pas car les attaches avant étaient bien réglées et, de plus, on glissait une petite mousse dessous.Gratter les cailloux à 60/65 km/h, c'est pas un bon plan: on est en buffeting, manche et trim à fond, et pas vraiment à taux de chute mini. Et qu'est-ce qu'il me reste comme efficacité aux commandes si une de mes ailes décroche sur rafale ? Il y a intérêt à ne pas être fénéant aux pieds.Moi, je suis plus pour un petit 100 en vol de pente et 80/85 en spirale (à deux à bord)Mais, bon, puisque Bertoncelli a survécu...Ceci étant, ils n'étaient pas tous de performance équivalente. Mon préféré était feu le CDHP, qui grattait systématiquement ses frangins.Pour info, nous avions classé le CDDU en CDNS, à notre grande satisfaction, ainsi que de celle de son proprio actuel, à Serres.
Salut Eric. A mon avis un M200, de nos jours, ce n'est valable que dans un strict esprit "collection". Dans ce cadre-là, c'est génial.Mais pour un bon vieux bois et toile en utilisation de tous les jours, rien ne vaut un K13. Amitiés. JMP (PS - Il n'est pas bien le K13 de Romans ?)
Bien d'accord.
Link to comment
Share on other sites

Les dos de chat de nos M200 ne vibraient pas car les attaches avant étaient bien réglées et, de plus, on glissait une petite mousse dessous.Gratter les cailloux à 60/65 km/h, c'est pas un bon plan: on est en buffeting, manche et trim à fond, et pas vraiment à taux de chute mini. Et qu'est-ce qu'il me reste comme efficacité aux commandes si une de mes ailes décroche sur rafale ? Il y a intérêt à ne pas être fénéant aux pieds.Moi, je suis plus pour un petit 100 en vol de pente et 80/85 en spirale (à deux à bord)Mais, bon, puisque Bertoncelli a survécu...Ceci étant, ils n'étaient pas tous de performance équivalente. Mon préféré était feu le CDHP, qui grattait systématiquement ses frangins.Pour info, nous avions classé le CDDU en CDNS, à notre grande satisfaction, ainsi que de celle de son proprio actuel, à Serres.
Salut Eric. A mon avis un M200, de nos jours, ce n'est valable que dans un strict esprit "collection". Dans ce cadre-là, c'est génial.Mais pour un bon vieux bois et toile en utilisation de tous les jours, rien ne vaut un K13. Amitiés. JMP (PS - Il n'est pas bien le K13 de Romans ?)
Bien d'accord.

 

 

Bertoncelli a peut etre survécu mais le M200 (F-CDHM Aéronef radié le : 25/09/1968 pour le motif : DETRUIT ) est resté émiétté contre la pente de Léoncel : volait certainement Troooo vite !

Donnons des ailes à nos rèves !

Link to comment
Share on other sites

Merci pour toutes vos infos.

 

Maintenant se pose une autre grande interrogation:

 

La machine est belge (OO).

 

Quy a-t-il de mieux, la laisser belge, ou la faire passer en F-Cxxx ?

 

Dans la seconde hypothèse en CDNS ou CDNR ?

 

Merci

 

Eric

 

La première chose à faire, c'est de vérifier s'il a bien été passé en Belgique au régime de CDN EASA (jusqu'à récemment, les CDN pour les planeurs venaient de l'Aéroclub). Le M-200 est orphelin, et il y a peu de ces machines pour lesquelles le transfert a été demandé (dans mes clubs, aucune - on a vendu le Squale et le Bijave en Lithuanie, sans CDN).

 

S'il a un CDN EASA en état de validité, tu peux choisir, mais comme les choses ne sont pas claires en Belgique pour le futur des visites annuelles (modalités, prix,...), je suggérerais de franciser la machine.

 

S'il n'a pas de CDN EASA, renseigne-toi d'abord auprès de l'administration française pour savoir si une francisation est possible sous CDNS ou CDNR sans que tu aies à faire les formalités en Belgique d'abord! Sinon, tu risques d'avoir un planeur cloué au sol pendant pas mal de temps...

Edited by Stéphane
Stéphane Vander Veken
Link to comment
Share on other sites

Bertoncelli a peut etre survécu mais le M200 (F-CDHM Aéronef radié le : 25/09/1968 pour le motif : DETRUIT ) est resté émiétté contre la pente de Léoncel : volait certainement Troooo vite !

 

Ceci explique cela

Link to comment
Share on other sites

J'ai eu la chance d'être formé sur le M200 F-CDDT à Rennes. C'était l'unique biplace en état de vol pendant l'affaire Bijave!

 

Nous passions directement du M200 en biplace au Wa22 Super-javelot pour le premier lâché. Je faisais mes bons 49 kg et j'ai dû rouler seulement quelques 20 mètres et je me suis trouvé en l'air trés surpris!

 

Ceci dit, je n'ai jamais entendu le karman faire du bruit aux grands angles!

 

C'est un planeur beaucoup plus fin que beaucoup le croît! Il fallait seulement voler plus vite qu'avec les planeurs de l'époque .

 

Mais il est trés limité en charge utile. La fragilité de la queue est aussi une de ses caractéristiques.

 

J'ai refait du M200 en 1980 à Sisteron.

 

Je ne vois pas ce planeur décoller au treuil . Non pas qu'il en est incapable mais je ne me sentirai pas à l'aise. J'ai souvenir qu'il était possible de voir les ferrures d'ailes travailler en vol.

 

Bon Noel à tous,

Link to comment
Share on other sites

J'ai souvenir qu'il était possible de voir les ferrures d'ailes travailler en vol.

Voir travailler les ferrures d'ailes en vol, ce n'est pas normal.

Il existe un règlage facile des pions de fixation des ailes.

Il est bon aussi de vérifier le serrage des boulons de fixation des plaques sur le longeron à l'endroit où l'on introduit les broches.

Enfin, bien sur, pas de jeu dans les broches elles-mêmes.

 

A noter que ces planeurs, plus encore que les autres, étaient fabriqués à l'unité avec des différences quelquefois importantes: Nous avons un jour voulu monter les ailes du DHP sur le DDU. Impossible sans refaire complètement les fixations de pions d'ailes. C'était une question non de centièmes, ni de millimètres, mais de centimètres!

Nous y avons évidemment renoncé.

Link to comment
Share on other sites

Merci pour toutes vos infos.

 

Maintenant se pose une autre grande interrogation:

 

La machine est belge (OO).

 

Quy a-t-il de mieux, la laisser belge, ou la faire passer en F-Cxxx ?

 

Dans la seconde hypothèse en CDNS ou CDNR ?

 

Merci

 

Eric

 

 

Un OO ? , c'est lequel ?

 

Juste pour savoir, J'en ai connu plusieurs.... :rolleyes:

 

http://www.faucheurs.com/faucheurs/images/...7/hiver2007.htm

The aeroplane flies high. Turns left, looks right. (The Smashing Pumpkins)

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
 Share


×
×
  • Create New...