www.planeur.net | www.netcoupe.net | www.volavoile.net
Jump to content

Et Vous, Comment Recrutez Vous Vos Pilotes ?


ludesert
 Share

Recommended Posts

Salut à tous, tout est dans le titre !

Je suis passé il y a bientôt 2 ans d'une structure assez grosse à 150 membres à quelque chose de plus petit (environs 80 et avec le covid, c'est pire cette année).

 

Dans mon ancien club, il y avait toujours du monde grace à la proximité de la ville. Dans mon nouveau club, c'est un peu plus compliqué, et d'après ce que j'ai compris, la tendance à la baisse dure depuis plusieurs années. Dans les deux cas, un problème persiste : les gens s'inscrivent (quand ils s'inscrivent !) mais ne reviennent pas forcément d'une année sur l'autre. Une fois le brevet en poche, peu continuent ...

 

Du coup je me tourne vers vous avec 3 questions :

 

- Comment ça se passe dans vos clubs ?

- Comment recrutez-vous vos nouveaux pilotes ?

- Où allez-vous chercher les motivés qui deviendront des vélivoles et ne passeront pas à une autre activité au bout d'une saison ? (en termes de com par exemple, vous faites quoi ?)

 

 

Au niveau de l'âge des recrues, je ne parle pas spécialement des jeunes/étudiants : on en a (et c'est bien !), mais malheureusement ils partent souvent ailleurs pour continuer leurs études, pour travailler ... etc. Ce qui manque, ce sont des gens stables qui vont faire vivre le club dans la durée.

 

 

N'hésitez pas à diffuser dans vos clubs, un petit brainstorming général nous donnera peut-être à tous des idées !

 

Merci :)

 

Ludo

Edited by ludesert
Link to comment
Share on other sites

Coucou Ludovic, une solution qui aiderait probablement beaucoup de clubs et assez simple serait de rendre quasiment obligatoire, à condition dy mettre les formes, un vol sur la campagne. Tu montrerais à lélève ce quil y a derrière le brevet. Inutile de faire un vol de plusieurs centaines de km, mais un joli vol, un beau vol où le local est abandonné, pour aller se mettre en local dun champ. Quelque chose de percutant, un vol dont il se souvienne pendant sa formation qui lui donne le sentiment de goûter à autre chose quune formation longue et fastidieuse. Voilà, en espérant que ce soit solution parmi les autres, tant que lhémorragie sarrête...Vélivolement.
Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

 

Quand on peut, on essaie effectivement de faire un vol campagne, pas trop long, juste pour laisser l'appétit faire le reste. Ce n'est pas toujours évident car il faut trouver un créneau pour chaque élève, des conditions météo, etc...

 

On insiste finalement beaucoup plus sur l'esprit d'équipe, l'ambiance. De telle sorte que les vols ne soient pas les seuls choses qui "manquent"

 

C'est un tout. Le site internet, les VI, les forfaits découvertes dans lesquels on considère la personne "comme si elle était au club depuis 20 ans", les BIA, les parents d'élèves, qu'on emmène parfois pour leur montrer ce que fait leur enfant chez nous, leur femme, etc... On encourage bien sûr les bonnes volontés avec tous les moyens du bord, un peu de reconnaissance, un vol en SF gratos entre 2 saisons, etc...

 

On a un membre également formateur BIA dans 2 lycées, qui "recrute" chaque année 3 ou 4 motivés.

Edited by Filjet

Philippe.

Link to comment
Share on other sites

Former moins, former mieux.

Stage 3 jours découverte obligatoire.

Inscription comme élève soumise à l'évaluation des instructeurs ayant fait le forfait découverte.

Si inscription comme élève c'est que motivé et que ça ira au bout de la formation.

 

Exemple cette année (nous sommes un club de 80 membres environ) :

9 formation de début.

Dont 6 brevetés, 1 lâché solo, et les deux restants il manquait une fin de saison pour le lâché.

Et 5 SPL (lâché campagne).

 

On voit que former moins mais mieux permet un meilleur taux de transformation => les lâchés campagnes restent plusieurs années au club. Cette année on à donc un ratio de 5 SPL pour 6 brevets.

Pour les années prochaines on passe en formation SPL complète. Donc le mode de calcul sera plus optimiser le ratio SPL / lâchés solo. Mais le concept reste le même : prendre le temps de s'occuper des nouveaux, les intégrer dans la vie associative, les fidéliser, et ne pas faire "du chiffre" (un troupeau d'élèves est strictement sans intérêt).

 

Bons vols

mes photos aéro sur EchoMike.free.fr

Parceque le ciel est merveilleux

Pour que voler soit toujours un plaisir

Link to comment
Share on other sites

Les gens viennent dans une association qui leur propose une activité qui les tentent et ils y restent si ils trouvent une ambiance conviviale qui leur convient
Ils ne savaient pas que c'était impossible, ils l'ont fait.....
Link to comment
Share on other sites

Le recrutement et la fidélisation, ce sont des problèmes universels!

Au club, nous avons fini par constater que nous avions "trop" d'élèves, je mets des guillemets car c'est presque un luxe. Oui, mais... une partie de ces élèves sont des personnes qui viennent essayer une activité, comme ils iraient essayer le kite surf ou le padel tennis. Du coup, on les voit 3-4 mois, ils font une dizaine d'heures, ils reviennent peut-être l'année d'après... Nous avons plus d'élèves qu'à Angers, nous en refusons régulièrement, mais nous n'arrivons pas à les "transformer" en vélivoles. En plus de la fidélisation des pilotes brevetés, il faut en plus trouver les élèves qui sont vraiment motivés et impliqués dans leur formation car le nombre et la disponibilité des instructeurs va en diminuant.

Nous avons opté pour un système de paiement en "forfait", c'est à dire que l'élève paie une sorte de forfait brevet dès son inscription en 3x. C'est dommage d'en arriver là mais pour le pilote motivé, cela ne change rien, mais ça fera réfléchir celui ou celle qui viendrait en dilettante.

Reste le souci de fidéliser et de faire progresser les pilotes brevetés. Quand on a 3 ou 4 élèves d'inscrits au planning, c'est difficile de leur dire de ne pas venir pour faire voler un pilote breveté en montagne par exemple. Et pourtant, je pense que du point de vue fidélisation, c'est beaucoup mieux!

Ce n'est qu'en essayant continuellement, que l'on finit par réussir. Ou, en d'autres termes : plus ça rate, plus on a de chance que ça marche ...

Link to comment
Share on other sites

A Serres à l'issue de ma formation de pilote en 2008, le stage prévoyez un grand vol avec Klaus Ohlmann. Ce qui fut fait en Nimbus 4D. Une expérience inoubliable avec un grand vol sur les Alpes et, tout juste breveté, les commandes d'un Nimbus 4D pendant une bonne heure :)
ça ça motive sec pour continuer. Et ça a marché puisque 12 ans après je vole toujours à bord de mon Calif.
Malheureusement à Serres depuis quelques années il n'y a plus d'école :(
Je me suis toujours étonné du fait que dans cette belle région pour le vol à voile il n'y quasiment aucun pilote local à Aspres ou à Gap ! Sisteron je ne sais pas si il y a beaucoup de locaux.

Le temps ne respecte pas ce qui se fait sans lui.
https://www.youtube.com/user/cherpasc?app=desktop
Cordialement
Pascal

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Merci pour les réponses !

 

Coucou Ludovic, une solution qui aiderait probablement beaucoup de clubs et assez simple serait de rendre quasiment obligatoire, à condition dy mettre les formes, un vol sur la campagne. Tu montrerais à lélève ce quil y a derrière le brevet. Inutile de faire un vol de plusieurs centaines de km, mais un joli vol, un beau vol où le local est abandonné, pour aller se mettre en local dun champ. Quelque chose de percutant, un vol dont il se souvienne pendant sa formation qui lui donne le sentiment de goûter à autre chose quune formation longue et fastidieuse. Voilà, en espérant que ce soit solution parmi les autres, tant que lhémorragie sarrête...Vélivolement.

 

 

A Serres à l'issue de ma formation de pilote en 2008, le stage prévoyez un grand vol avec Klaus Ohlmann. Ce qui fut fait en Nimbus 4D. Une expérience inoubliable avec un grand vol sur les Alpes et, tout juste breveté, les commandes d'un Nimbus 4D pendant une bonne heure :)
ça ça motive sec pour continuer. Et ça a marché puisque 12 ans après je vole toujours à bord de mon Calif.
Malheureusement à Serres depuis quelques années il n'y a plus d'école :(
Je me suis toujours étonné du fait que dans cette belle région pour le vol à voile il n'y quasiment aucun pilote local à Aspres ou à Gap ! Sisteron je ne sais pas si il y a beaucoup de locaux.

 

C'est vrai que pendant ma formation je me suis retrouvé un peu par hasard en ASH et j'ai bien apprécié, bien que pas tout compris. Ca paraît tellement évident comme idée qu'on l'oublie parfois ... Je note !

 

 

 

Mais sinon, plus simplement, commente faites-vous pour faire connaître notre sport et attiser la curiosité des non initiés afin qu'ils viennent découvrir ? Panneaux ? Flyers ? Ou juste par le bouche à oreilles ?

Link to comment
Share on other sites

A Moret, les cours BIA gratuits dans les lycées et collèges sont un gros moteur pour apporter des élèves..quant à la transformation de l'essai vers la campagne, l'ambiance est un élément clef, la cohésion, les compétitions (!) et surtout la transmission entre les anciens et les plus jeunes :)

Centre de Vol à Voile de Fontainebleau et sa Région.

-www.cvvfr.org

-https://www.facebook.com/CvvfrPlaneurMoret?fref=ts

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
 Share

×
×
  • Create New...