www.planeur.net | www.netcoupe.net | www.volavoile.net
Jump to content

Les Ailes Molles Du Pégase


PaquetteL
 Share

Recommended Posts

Bonjour!

Je suis depuis peu l'heureux co-propriétaire d'un Pégase 101AP, le seul à ma connaissance au Canada. La prise en main s'effectue agréablement mais une caractéristique propre à ce planeur me laisse un peu perplexe; j'ai constaté que les sensations transmises par son entrée en thermique sont très différentes de tout ce que j'ai connu à ce jour, me laissant par moment un peu désarmé. Il s'ébroue brièvement, mais la mollesse de ses ailes transmettent peu de quel coté le thermique se trouve, un peu comme si la rencontre s'effectuait toujours en plein par le centre, ce qui est bien improbable. Résultat: le temps mis à bien centrer la bête dans son thermique se prolonge plus qu'il le devrait, mais la chose faite, c'est le bonheur, je l'avoue.

 

J'ai pensé adresser cette question sur un forum français, sans doute là où se trouve le plus d'usagers de ce planeur et sûrement les plus aguerris d'entre eux:

 

Pilotes expérimentés sur cet appareil, avez-vous des astuces pour mieux décoder les signaux de cet animal?

 

Luc

Link to comment
Share on other sites

Alors, les ailes du Peg ne sont pas molles: elles sont souples. C'est un peu différent.

 

En fait, il faut s'y habituer. C'est un peu comme les ASW20, 19, ASH25 ... Il y a les fans, et les détracteurs. Je n'arrive pas à savoir si c'est mieux que des ailes rigides (Astir,, Lak 17, Janus ...).

 

J'ai quelques heures sur Peg (dans les 1500 je pense) et je le trouve extrêmement efficace. En fait, c'est le planeur dans lequel je me sent le mieux.

Les ailes souples vont devenir une extension de tes épaules. Tu apprendras à y lire tous les mouvements de la masse d'air. Et il renvoie très bien ces informations.

 

Il est très possible que les Peg 90 aient vu leurs ailes se rigidifier. Je n'ai plus d'anciens modèles pour comparer, et à l'époque où les 90 sont arrivés et les anciens sont partis, je n'y vais pas fait attention. J'ai toujours préféré le pilotage des anciens Peg : le manche était plus long (plus le manche est long, plus l'homme est fort !) et ils me semblaient plus vifs en roulis.

 

ça fait longtemps que j'ai constaté qu'un Peg chargé oblige un pilote plus propre. Les mises en virage avec une vitesse un peu plus soutenue se doivent d'être bien plus peaufinées qu'à vide, où le Peg accepte vraiment n'importe quoi (mais est il efficace ?).

 

Des fois, je rêve d'un Peg avec des Winglets, ou en 16,60 ou 18 m. Là, il faudrait sans doute renforce le longeron avec du carbone. Que devoindrait la souplesse de ces belles ailes ?

 

 

Mon dernier vol en Peg: on voit bien que le bout des ailes bouge

Edited by Godzilla

Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à se tromper qu'ils ont raison.

Link to comment
Share on other sites

Les ailes souples, comme l'ASW17, ASW20, L'ASH25 , et le pégase sont particuliers à prendre en main à cause de leurs ailes souples .Les ailes souples ont leur langage, lorsqu'on entre dans une ascendance on sent bien l'aile qui ce lève du côté de la pompe, contrairement aux ailes rigides ou le planeur vibre et secoue....

Tu as compris que je fais partit des amoureux des ailes souples!!!!

Ils ne savaient pas que c'était impossible, ils l'ont fait.....
Link to comment
Share on other sites

Comme Thierry la sensation en ailes souples est plus agréable

plus on vole plus on apprend

aprés 300 ou 400 heures avec le pégase tu appréciera

facile pour faire des circuit de 500 à 600 km

en plus les pennes ont l ' avantage de stabiliser le roulis

Link to comment
Share on other sites

Les pegases 90 ont effectivement, à mon avis, les ailes plus rigides que les premiers Pégase (que je préfère)

J'ai eu fait du F-CGBG à la montagne noire, très très agréable. Je me souviens très bien de son tableau de bord rouge ...
Là, les ailes était encore plus souple, bien plus qu'un 101A première génération, c'etait je crois un C101BC, croisé l'année dernière dans un hangar du coté de Narbonne...

Edited by SAGA
Link to comment
Share on other sites

La réponse à la question initiale semble unanime : un tout petit peu d'entrainement devrait balayer cette mauvaise sensation.

 

Par contre, j'ai eu l'occasion de piloter des Pegs typés "champions du monde", au CNVV, avec des varios de guerre (Badin type 100 ...) et des calculos de fous. Je n'ai jamais réussi à en tirer quoi que ce soit.

Pour moi, l'équipement idéal du Peg est celui que livrait la Centrair : un bon vario Winter et cet excellent SB8.

 

PaquetteL, comment est équipé ton Peg ? Il a encore ses Winglets ? Si oui, tu as un collector (youngtimer) qui va prendre la valeur ! Sur un planeur pareil, àa doit valoir la peine de monter des Winglets Maughmer comme sur les ASW20.

https://www.planeur.net/index.php/articles-par-section-mainmenuleft-85/23-matriel/735-asw20-stc-winglets

 

Et je ne parle pas du BC de Saga, si il a encore ses ballasts en 160l, c'est carrément une pépite !

Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à se tromper qu'ils ont raison.

Link to comment
Share on other sites

La souplesse des ailes de Pégase n’est pas identique d’un Peg à l’autre. Probablement des aléas de construction..

Les plus souples ont le centre de la plaque d’AF qui dépasse en spirale, ce qui ne les empêchent pas de bien monter... Car ceux là prennent plus de dièdre, ce qui les rend plus stables en roulis et plus confort. Si ce planeur avait été conçu avec plus de dièdre, le décollage, surtout ballasté, aurait été plus facile, type LS4.

Les ressorts de palonniers sont trop costauds, la profondeur nécessite parfois une rondelle de 2mm sous le nez pour éviter de forcer sur les ferrures en serrant la vis.

Parfois nécéssaire de passer une lame de scie à métaux à l’emplanture des ailerons quand la partie intérieure frotte en flexion.
Un super planeur qui a beaucoup fait pour le Vol à voile français. Merci aux géniteurs.

Link to comment
Share on other sites

Sur les "BC" avant certification,il y avait 2 X30l en arrière du longeron ,et un reservoir intégré dans le dossier (5l de mémoire) avec une pompe électrique envoyant tous ça dans la queue fonction spirale/croisière et des mini pennes (aprox.30cms) .vu à l'usine avant achat !!!

 

tout ça déposé à la livraison et remis à un standard le plus proche d'un 101 A sauf les horribles saumons et un CDN spécial ......et 289kgs à vide ! SN curieux 507?

d'accord avec fredhoy dans le milieu des 80' les clubs proposaient aux mieux une trentaine de LS4 ,l'arrivée massive de Peg. a permis un renouveau marquant :

monotype Pegase ,CDF std gros effectifs, CDF -25ans ou le Peg. était quasi le monotype et le bond en kilométrage à la coupe féderale les 600kms en plaine accessible à un pilote moyen entrainé ; avant ? une cinquantaine de Cirrus et autant de LS1 tous modèles (hors privés ) je ne parle que de standard parce qu'à l'époque dans 90% des clubs on ne trouvait pas de course ou de libre . après CENTRAIR a été bien aidé par les prêts de l'état et une FFVV bien visionnaire (pdt :R.Gros,le DTN...)

c'est hors sujet mais j'espère que les acteurs de l'époque nous écrirons ça pour la postérité.....

Link to comment
Share on other sites

Et le Peg a été le premier aéronef équipé de Winglets, invention de Mr Ranjon, qui n'avait pas anticipé les effets sur la mania et a été agréablement surpris.

 

Y a un beau bouquin à écrire sur ce magnifique planeur !

Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à se tromper qu'ils ont raison.

Link to comment
Share on other sites

Si la sous traitance de la grosse aéronautique vacille, peut être La Centrair pourrait elle faire moins la fine bouche et se mettre a dépoussiérer quelques dossiers planeur dans le style planeur electrique financé par la FrenchTech ?

Edited by SAGA
Link to comment
Share on other sites

Ben non, c'était l'ASW19 de l'Akaflieg Braunschweig.

 

Et le Peg a été le premier aéronef équipé de Winglets, invention de Mr Ranjon, qui n'avait pas anticipé les effets sur la mania et a été agréablement surpris.

 

Y a un beau bouquin à écrire sur ce magnifique planeur !

Bert

Link to comment
Share on other sites

faut pas rêver, la NASA avait commencé sur un LEAR JET en bout de bidon ,Whitcomb ? à 3 ailettes .

 

 

...et Richard Whitcomb ce n'était pas un jambon-beurre ... !!!

Il a théorisé la loi des aires de par laquelle l'un des plus beau chasseur au monde, fut conçu je veux parler du Mirage III et de sa taille de guêpe.

Vous noterez que sur ce sujet, je suis parfaitement objectif :speeeeed:

 

Ses travaux sur les profils d'ailes et les winglets firent également référence.

Merci Monsieur Whitcomb d'avoir apporté efficacité ét élégance à nos engins volants :)

 

Concernant le Pégase à ailes cornues, je me souviens d'une blagues des années 80/90 qui disait que l'on pouvait faire du Pégase avec pennes ou sans peine.

 

La première version de ces appendices avait, semble-t-il, une réputation assez moyenne ... je ne sais pas si la trainée générée par le manque de symétrie n'était pas exagérée par la hauteur des pennes (les armoires normandes aux dires de certains ...).

 

J'ai eu l'occasion de voler sur un des Pégase BC préparé dans sa configuration "championnats du monde" (Rieti 1985 ???) avec la pompe électrique permettant un transfert entre les réservoir avant et arrière pour le centrage. Dans mes souvenirs, il s'agissait d'une bête pompe d'aquarium ... ce que devenait le baquet lorsque fuite il y avait !

Les ailes étaient effectivement fort rigides comparées au B10 familial de ma jeunesse.

Edited by 1bnd
BN powered !
Link to comment
Share on other sites

Merci à tous ceux qui m'ont fait part de solutions sur ce fil. D'abord, le terme "souples" est plus approprié que "molles", j'en conviens et j'en ferai dorénavant usage.

 

Ce Pégase, construit en 1985 est équipé de ses pennes originales optionnelles (ouais ouais, les rames de drakkar, mais je les aime bien quand même :) ), je l'ai volé avec et sans. Les différences sont minimes, mais notables. J'ai surtout constaté qu'elles permettent d'abaisser de beaucoup la vitesse de décrochage, ce qui s'avère utile dans mon environnement de plaines où les thermiques sont la plupart du temps de faibles à modérés, parcimonieusement distribués et peu turbulents. Je suis avisé de ne voler à ces vitesses lentes (75-80 km/h) que lorsque l'altitude est sécuritaire et j'ai comme plan de ne faire usage des pennes que par journées de conditions légères. Sans les pennes, il enroule mieux à 85-90 km/h. Son comportement est sain, il accélère bien, son habitacle est exceptionnellement silencieux et son taux de chute n'est vraiment handicapé qu'a des vitesses supérieures à 130 km/h. Un premier planeur idéal quoi, et en plus il est joli.

 

Bien sûr, les heures s'accumulant, je vais acquérir les sensations fines particulières à ce planeur qui permettent d'en maximiser les performances, mais j'aurais bien aimé être aiguillé vers des astuces ouvrant la porte à une prise en main plus rapide. Entre temps, je le vole tout de même bien même si le polissage des habilités reste à faire. Néanmoins, il est tout de même étrange de sentir que le planeur s'ébranle en entrée de thermique, mais que la sensation d'aile qui se soulève ne se transmette pas ou peu à l'habitacle. Je m'y ferai.

 

Enfin, à ceux qui me suggèrent de faire usage de la scie et de la lime, sachez qu'ici, il est interdit d'apporter à un aéronef quelque transformation que ce soit, non-approuvé par son fabricant et autre que cosmétique ou pouvant avoir une incidence sur les caractéristiques de vol, sous peine de voir son certificat invalidé et son planeur être transformé en nain de jardin par Transport Canada, l'autorité en matière d'aviation au pays. Je mets donc vos propositions à l'incinérateur.

 

Luc

 

Link to comment
Share on other sites

La scie et la lime servent une action purement cosmétique ... celle de rendre plus jolie la tranche de l'aileron :speeeeed: :speeeeed: :speeeeed:

En fait il ne s'agit pas de faire une modif mais d'amoindrir une épaisseur trop conséquente de gel-coat ....

 

Bon vol maudzit couzin :super:

BN powered !
Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

 

Lorsque tu voleras fortement ballasté, il y a un inconvénient, le manche est très en arrière selon le centrage.

Il peut être utile d'avancer le manche en réglant la biellette située au pied du manche

Vérifier qu'un "petit pilote" peut mettre le manche en butée avant tout de même....

 

Un vrai pesée faite dans les règles de l'art est le premier point à traiter, bien sur.

http://www.volavoile.net/index.php?showtopic=8883&page=1&&do=findComment&comment=74737

 

il y a un outil fait par JP Petit bien utile aussi que j'ai vu passer sur ce forum

http://www.volavoile.net/index.php?showtopic=13454&hl=

Edited by vincent jouvet

2 options ? prends la mauvaise, comme ça si tu te trompes...

 

vincent.jvt01"xxx"free.fr

Link to comment
Share on other sites

Cette histoire d'ailes souples me laisse froid. Je n'ai jamais remarqué de différence avec d'autres réputées plus raides. Il faut dire que je n'ai pas non plus prêté attention à la chose. Par contre ce que je ressens bien, sans avoir besoin de me concentrer là-dessus c'est l'effet du très faible dièdre, qui oblige à bien travailler des pieds pour garder la symétrie, alors qu'un LS4 par exemple fait très bien ça tout seul. Mais il est vrai que le Pégase est un mal aimé chez nous; le président veut vendre nos deux Pégase 90 parce qu'ils ne volent pas assez. Il faut dire qu'il y a là un cercle vicieux, ils se retrouvent toujours au fond du hangar et tout le monde préfère évidemment voler sur ceux qui sont devant plutôt que de les sortir juste pour pouvoir sortir un Pégase. Il n'en demeure pas moins que c'est sur un Pégase que j'ai fait mon plus long circuit cette année (https://netcoupe.net/Download/DownloadIGC.aspx?FileID=17591). Pas bien grand pour un jour fumant, parti tard, donc il n'y en avait plus d'autre devant... et donc je n'avais pas d'autre choix, mais je ne regrette pas.

Link to comment
Share on other sites

Godzilla, on 29 Sep 2020 - 19:01, said:

Et le Peg a été le premier aéronef équipé de Winglets, invention de Mr Ranjon, qui n'avait pas anticipé les effets sur la mania et a été agréablement surpris.

 

Y a un beau bouquin à écrire sur ce magnifique planeur !

 

Effectivement,

on avait le B177 à Romo.

 

4OnYl.jpg

 

Pas vraiment le type de winglets que l'on rencontre aujourd'hui...

Avec ça, on se sent beaucoup plus sur des rails qu'avec un Pégase normal.

Certains les ont essayé; en compétition, à; l'époque. En championnat classe club, plus que de la performance, ils apportaient de la visibilité;. Pas vraiment l'outil idéal pour se faire discret au milieu d'une meute...

Mais bon, leur avantage était qu'on pouvait très rapidement passer d'une version avec winglets à sans.

 

PZ1Aq.jpg

Edited by Pierre
Gliders pilots do it better
Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Les plans de stratification sont différents entre les 2 générations. Au Mans, il y avait 1 pégase de chaque génération. A l'époque, le responsable technique disait qu'il y avait une couche de tissus en plus sur le 90. Je n'ai jamais vérifié...

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
 Share