www.planeur.net | www.netcoupe.net | www.volavoile.net
Jump to content

Itp Sur 4 Semaines


Thierry
 Share

Recommended Posts

  • Replies 51
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Vos remarques plus haut sont pertinentes, toutes :

- c'est du bénévolat

- oui mais ça demande une formation sérieuse

- c'est possible en région et ça ne prend pas moins de 4 semaines

 

Par expérience, le soucis est :

- le niveau d'entrée du candidat en stage...

 

Trop de candidats arrivant à St-Auban sont loin de ce qu'on peut faire en région, avec le dialogue local qui permet d'amener gentiment vers le niveau nécessaire, les lectures pour revoir les fondamentaux, etc... La faute à qui? Un peu tout le monde :

- les clubs n'ont pas beaucoup de choix dans les candidats potentiels, donc même un peu "frais", on envoie le pilote en stage et là ça coince

- St-Auban, je me bats depuis des années pour qu'une relation soit nouée bien en amont du stage avec dialogue avec le formateur, travail à la maison, lien avec le cadre technique local ou un formateur de formateur local pour évaluer "l'élève" en "vrai"...

- les vélivoles font de moins en moins d'heures : on regarde topmeteo et si c'est pas bon on ne se déplace même plus donc on ne vole plus...

 

Le serpent se mord la queue ! Moins de candidats, moins d'heures, moins d'entraînement, moins d'élèves bien formés, moins de potentiels candidats instructeurs dans les années à venir...

 

Sur quoi jouer d'après vous?

- prix du stage : la FFVV étudie toute demande d'un club pour une aide au développement, contactez vos cadres techniques

- dispo : modulaire, pas une baguette magique mais déjà bien, mixé avec région possible si relation se fait entre les formateurs, tout doit être personnalisable dans une si petite famille!

- niveau : un club doit être conscient qu'on envoie son pilote à un niveau où il ne sera pas mis en difficulté sur le pilotage analytique et la sécurité des vols notamment, sinon les tensions commencent... et ce sera toujours la faute de l'organisme formateur (St-Auban par exemple...)

- préparation et suivi : des cadres techniques sont là pour aider les candidats à se former, une semaine de stage avec eux c'est beaucoup de choses apprises, revues, du suivi personnalisé, de quoi être prêt pour se lancer dans la formation. 600€ la semaine c'est un investissement mais si un club ne peut pas le faire (alors que la présence du cadre technique sera aussi productrice pour les autres pilotes du club, preuve avérée) alors on continuera à se mordre la queue AMHA, et des aides locales permettent souvent de descendre la note si c'est dans le cadre d'un projet réfléchi du club.

 

Tant que j'y suis à proposer :

- vos sites web (en général) ne sont pas clairs : contact difficile à trouver, si contact souvent pas de réponse, accès à l'aérodrome et us et coutumes pas trouvés, tarifs obscures pour le non vélivole de père en fils, propositions de pratiques pas claires (VI, journée découverte, stage découverte, stage intensif, pratique annuelle)

- votre salle de briefing est-elle claire : rangée, cartes et alertes bien visibles (voir Nicolas Vaunois qui a fait un excellent travail dessus), le club-house donne-t-il envie de venir même quand il fait moche (coin cuisine/bar pour se faire un café, coin cosy avec de la lecture sympa, un petit fond de musique possible, du wifi,...)?

- vous vous plaignez que personne ne vient en hiver pour aider à la mécanique : l'avez-vous seulement proposé publiquement, marier l'utile à l'agréable en organisant une journée mixte : méca, manger ensemble, cours d'hiver sur un domaine demandé par vos licenciés, l'esprit club quoi...

- vous vous plaignez que le vol à voile n'est pas connu : avez-vous un nom de club clair lié à la localité où vous êtes, l'agglo? avez-vous une plaquette qui donne envie à l'office de tourisme/mairie du coin? Avez-vous pris contact avec le pigiste de la feuille de choux du coin pour le faire voler? envoyez-vous systématiquement vos performances sportives à ce pigiste (lâché, brevet, 50km, 300km, grand vol Netcoupe, compétiteur)? Avez-vous contacté le maître d'école local pour faire venir les minots du cours primaire une journée sur le terrain et visiter la mécanique, leur apprendre les rudiments (les modélistes sont souvent bons pour cela)

- votre club n'accueille pas les tout jeunes : "ah non, trop jeune madame, revenez dans 2 ans..." il ne reviendra pas, avez-vous une section modélisme qui cherche un toit quand il fait froid et un coin de mécanique pour construire et réparer... non, ils sont de l'autre côté de l'aérodrome et on ne se parle pas... dommage ils savent accueillir les plus jeunes et on partage la même passion et en plus ils feraient bien un tour de planeur de temps en temps et nous on ferait bien joujou avec des modèles basiques quand la météo ne permet plus de voler... (le complément d'une activité ULM sera également un point intéressant pour les ULMistes et les vélivoles pour allonger les journées, les multiplier quand la MTO n'est pas vélivole, allonger la saison de vol en début et fin).

- le CNVV c'est nul, n'y va pas c'est des cons : oui, y'a des cons partout, parfois on ne sait plus trop pourquoi on les traite de cons (et ils nous le renvoient d'ailleurs bien), mais c'est un super spot, des instructeurs montagnes affûtés, un panorama de rêve. M'enfin c'est pas une raison pour le proposer à mes adhérents de faire un stage là-bas, ce qu'ils mettront comme budget sur ce stage ils ne le mettront plus dans le club... sauf que comme vous ne leur proposez pas, ils tournent en rond, ne voient plus rien à découvrir, et donc arrêtent la pratique. Les stages avec déplacements et mini compétitions ou pratiques sportives locales (OLC, Netcoupe) FIDELISENT, PROPOSEZ-LES, vos pilotes se PROJETTERONT sur un OBJECTIF sur la SAISON et vous leur PROPOSEREZ un PROGRAMME de vols pour s'y PREPARER (c'est ce qu'on apprend chez les PROFS DE SPORT et les BEES). Et PENSEZ aux DEBUTANTS fin de formation SOLO et CAMPAGNE, on voit trop souvent ces stages réservés aux habitués du club... eux ils sont déjà fidélisés et bien plus autonomes dans l'orientation de leur pratique...

 

Ceci n'est pas un programme politique, mais pragmatique, je ne suis qu'un technicien, avec des choses qui restent simples à mon sens et applicables sur le terrain. HALTE aux machines à gaz, FAISONS dans nos clubs ce que nous savons faire.

 

Pour VU DU CIEL, demandez l'aide de la fédé avec un cadre technique pour assurer la présentation, SIMPLIFIEZ VOUS LA VIE !

 

Benj, benjamin.neglais à ffvv.org

bon bilan .

+1

 

Luc Bocci

Edited by TXII
Link to comment
Share on other sites

Avis d'un vélivole élémentaire :

je reste un peu perplexe sur vos commentaires...

J'ai en mémoire le "parcours du combattant" pour devenir instructeur (pardon maitre feu Biagi pour reprendre ton expression), avec le PITP, puis l'ITP, le tout sur plus d'un an, avec un taux de réussite bien faible. Pourtant, cela fait des années que j'aurais voulu être proposé comme ITP, et on m'a ignoré alors que les élèves foutaient le camp ailleurs par manque d'instructeur...

quand j'ai voulu forcer le destin, on m'a fait comprendre que j'étais indispensable à la boite à clou, et que sans moi "patatra" le club...(je dois vraiment être encore un -très- gros gland)

Aussi, je comprends la démotivation des éventuels et potentiels candidats...dont je fais parti à ce jour...

Je pense que la FFVV n'a pas réagit assez vite à cette pénurie, et aujourd'hui, elle se rend compte que si elle ne fait pas une action "coup de poing" le monde du vol à voile français va s'écrouler...Il faut donc pérenisé, et pour cela il faut passer par la case instructeur.

Et cette formation en 4 semaines me laisse totalement pantois, car comment peut-on faire pour donner l'aptitude à un pilote sur un éventail aussi important de connaissance en si peu de temps ?? avec de si grande responsabilité ?

Finalement je pense que le destin veut que je quitte ce loisir...rapidement...

 

Bons vols, Bonnes pompes,

A bientôt sur les ondes,

Puissance et truculence,

jeannot de Valence...

Link to comment
Share on other sites

Souvenirs

Dans les années 70/71 j'ai fait les 2 stages instructeur (2 x 2 semaines) à St Auban, , avec Daniel Quéméré, Roger Biaggi, Branswick, Daniel Barbera... et même Jules Landi!

Que de souvenirs , et d'honneur pour moi d'avoir volé avec Eux!!

J'ai formé des élèves à Angers en 71/72 pendant mon service militaire à Tours, puis au Plessis-Belleville (72/73), ayant quitté mon club d'origine (Meaux) qui avait TROP d'instructeurs et ne voulait pas me donner d'instruction à faire ....

 

Et en 2010, quand j'ai revolé après 25 ans d'arrêt pour cause de responsabilité de père de famille, ho là là impossible de redevenir instructeur : "oh mon pauvre, tout à changé, maintenant c'est le livre bleu .... " ... Bref, il paraît maintenant qu'un planeur ça se pilote comme un Airbus ... alors il aurait fallu que je me paie des stages à rallonge (pas grave j'étais à la retraite) mais surtout très cher pour moi .... et pour le club ... pourtant j'aurais pu faire de l'instruction en semaine et "ouvrir" le club .... mais bon, je crois aussi que n'étant pas originaire de la région, je n'étais pas vraiment intégré, et puis les instructeurs sur place se faisaient déjà un peu la guéguerre pour avoir des élèves ...alors j'ai RENONCE !

 

Qui a dit qu'on manque d'instructeurs ? je crois plutôt que le vol à voile français manque d'élèves ...

 

mais mes souvenirs me laissent aussi l'impression d'un beau gâchis de savoir-faire, je ne dois pas être le seul dans mon cas; car en définitive, les élèves que j'ai formé ne se sont pas tués et savaient piloter un planeur ... enfin, je crois ... et les Landi et autres Barbera n'étaient pas des idiots !!

Link to comment
Share on other sites

En 1985, l'ISVV était en 4 semaines insécables et obligatoirement à St Auban.

Il me semble que c'est beaucoup plus souple maintenant (et tant mieux).

 

Pour ce qui est de la formation : j'étais avec un instructeur qui ne cherchait pas à aller le plus loin, le plus haut, le plus vite. Mais qui se préoccupait de ce qu'on allait réellement faire ensuite dans son club.

Mon expérience en campagne était modeste, mais ça ne l'a pas traumatisé : il m'a dit : "De toute façon, en rentrant, qu'est-ce que tu vas faire ? Du Bijave ! Donc que tu ne sois pas très bon pour aller tourner à dache ne changera rien à tes qualités d'instructeur de début..."

Link to comment
Share on other sites

ah oui, petit détail, à Angers j'ai "instructionné" sur C800 (si si le Caudron affreux avec des mats et en côte à côte décalé...très peu fin et très peu d'AF) ... et à Meaux, ma dernière année là bas, c'est moi qui briefait les lachés sur Edelweiss pour leur éviter un décollage dauphin ... (ou dauphiné ?)

Link to comment
Share on other sites

Je crois que l'on mélange aisément politique interne de club (choix des candidats à pousser, moyens à y mettre, choix des candidats à relancer, projet de club) et politique fédérale (choix de durée en fonction des objectifs de qualité d'encadrement, souplesse pour ne fermer la porte à personne).


Je ne pense pas que tout soit lié aux décisions fédérales, vos décisions internes sont des décisions de terrain, ce sont elles qui font votre politique d'encadrement, de choix de matériel, d'accueil, de service à vos licenciés...

 

La fédé essaie de donner le choix le plus large possible AUX CLUBS dans différents domaines :

- moyens de lancements : TREUILS, REMORQUEURS, ULMR

- formation : animateurs, ITP, ITV, formateur de cadre, stages en régions, stages modulaires, CTF locaux pour préparer un candidat

- sécurité : GNAV, instructeurs, stages voltige-sécu dans les clubs, réunions sécu

- développement : licences adaptées aux envies des licenciés, vu du ciel avec aide d'un cadre fédéral, animateur découverte,...

 

Mais elle ne pourra prendre des décisions à votre place.

J'ai encore eu des CRVV récemment concernant les stages ETR à St-Auban, réponse "les pdts de clubs ne semblaient pas emballés"... ok, mais ont-ils le droit de ne pas diffuser l'info à leurs licenciés sous prétexte que eux, personnellement, ça ne les intéresse pas? Je ne pense sincèrement pas que c'est comme cela qu'on garde ses pilotes à moyen terme.

Qui propose des demi-journées de vol à ses licenciés qui n'ont pas le temps de débuter à 9h pour finir à 20h (avec prix plus élevé bien sûr)?

Qui propose aux modélistes de son aérodrome qui n'ont pas de local de venir dans son clubhouse pour s'offrir de l'encadrement des 9-13 ans et des licenciés futurs?...

 

Si vos clubs ne vous permettent pas de participer à l'encadrement malgré vos compétences, tout ça ne sert donc... à rien (et moi non plus, autant que je change de fédération sportive)

 

en espérant ne choquer personne sur ce forum parfois un peu "hérissé"...

 

Vélvolement

si vous arrivez à lire, dommage, rien d'intéressant

Link to comment
Share on other sites

OK Benji pour la formation en 4 semaines, mais je trouve que les formations en région doivent être gardés et renforcer. Nous avons formés 3 instructeurs en région sur ces 5 dernières années. Si ces formations en Région n'existaient pas ou si elles étaient concentrés sur saint AUBAN nous en n'aurions eu 0. Les candidats sont volontaires pour être formé mais pas que cette formation soit un sacrifice. Les bénévoles ne peuvent donner que ce qu'ils veulent bien . Si cette formation en région doit durer 2 ans ce sera toujours préférable que de faire 1000 kms et 4 semaines. La souplesse permettant un choix des 2 modes doit être conservé.
Ce n'est qu'un avis de président de club partagé par les clubs de ma région .

 

Laurent

CAEN FALAISE PLANEURS.

Link to comment
Share on other sites

OK Benji pour la formation en 4 semaines, mais je trouve que les formations en région doivent être gardés et renforcer. Nous avons formés 3 instructeurs en région sur ces 5 dernières années. Si ces formations en Région n'existaient pas ou si elles étaient concentrés sur saint AUBAN nous en n'aurions eu 0. Les candidats sont volontaires pour être formé mais pas que cette formation soit un sacrifice. Les bénévoles ne peuvent donner que ce qu'ils veulent bien . Si cette formation en région doit durer 2 ans ce sera toujours préférable que de faire 1000 kms et 4 semaines. La souplesse permettant un choix des 2 modes doit être conservé.

Ce n'est qu'un avis de président de club partagé par les clubs de ma région .

 

Laurent

CAEN FALAISE PLANEURS.

 

+ 1, c'est la même chose dans toutes les regions

 

Un des roles fondamentaux d'une federation sportive est de mettre en œuvre un cadre règlementaire qui facilite la vie des clubs sur tous les plans.

Benj cite les ULMR. Mauvais exemple : je suis tombé recemment sur le manex du pilote ULMR que la FD a fait approuver par la DGAC : il faut avoir le brevet + 50 heures en cdb planeur pour être pilote remorqueur ULM. Donc certains excellents pilotes remorqueurs avion ayant quelques milliers de remorqués à leur actif, mais pas ces 50hdv planeur ne peuvent pas remorquer en ULM. Merci pour l'aide aux clubs !

Edited by 5 X

Daniel

Link to comment
Share on other sites

@5 X

 

Il existe des commissions fédérales, un directoire, il prend des décision en soupesant beaucoup de facteurs.

Il faut se rappeler du contexte : les ULM R ne sortaient pas, ça bloquait "en haut lieu". Les choix sont difficiles, même s'ils paraissent purement technique (sur ce genre de dossier ils ne le sont hélas pas).

Le mouvement vol à voile peut remorqueur avec les ULMR car il a argumenté sur le fait que ce serait des vélivoles qui remorquent des vélivoles. Sinon on y serait encore probablement, ne nous voilons pas la face.

La question que vous posez est au final celle de l'indépendance du mouvement vol à voile des pilotes avions, c'est là tout un autre débat auquel je ne me risquerais pas.

Le soucis réel et actuel est de former des vélivoles remorqueurs et là je pense qu'on (nous tous) est mauvais pour le moment mais la FFVV investit sur la formation ULM de ses cadres, probablement pour démultiplier en région dans quelques temps.

 

Cordialement

si vous arrivez à lire, dommage, rien d'intéressant

Link to comment
Share on other sites

@

Le souci réel et actuel est de former des vélivoles remorqueurs et là je pense qu'on (nous tous) est mauvais pour le moment mais la FFVV investit sur la formation ULM de ses cadres, probablement pour démultiplier en région dans quelques temps.

Stage instructeur ULM au CNVV sur 5 jours, on en trouve sur 2 jours ailleurs !

Je n'ai pas comparé les prix....

(Je ne suis pas hérissé.)

 

La philanthropie de l'ouvrier Charpentier est bien connue !Tout en avance d'un jour Une même passion, 4 sites :

https://aerologic.monsite-orange.fr/ -_-_- https://bia-z.monsite-orange.fr/

0-logo.jpghttps://lfnf-vinon.monsite-orange.fr

https://promet.monsite-orange.fr/

Link to comment
Share on other sites

@5 X

 

Il existe des commissions fédérales, un directoire, il prend des décision en soupesant beaucoup de facteurs.

Il faut se rappeler du contexte : les ULM R ne sortaient pas, ça bloquait "en haut lieu". Les choix sont difficiles, même s'ils paraissent purement technique (sur ce genre de dossier ils ne le sont hélas pas).

Le mouvement vol à voile peut remorqueur avec les ULMR car il a argumenté sur le fait que ce serait des vélivoles qui remorquent des vélivoles. Sinon on y serait encore probablement, ne nous voilons pas la face.

La question que vous posez est au final celle de l'indépendance du mouvement vol à voile des pilotes avions, c'est là tout un autre débat auquel je ne me risquerais pas.

Le soucis réel et actuel est de former des vélivoles remorqueurs et là je pense qu'on (nous tous) est mauvais pour le moment mais la FFVV investit sur la formation ULM de ses cadres, probablement pour démultiplier en région dans quelques temps.

 

Cordialement

 

C'est vraiment du grand n'importe quoi, de la théorie pure, comme si on partait de zéro et que l'on devait se lancer dans la formation de pilotes remorqueur en partant de rien.

La réalité des choses est qu'il y a, dans les clubs, une multitude de pilotes remorqueur avion qui ont des centaines ou milliers de remorqués à leur actif, et donc une grande expérience de la chose, et qui ne demandent qu'à remorquer en ULM, la bonne chose à vendre à la DGAC eut été de valoriser leur expérience pour en faire des pilotes ULM remorqueur. Ca aurait vraiment aidé les clubs à faire décoller le remorquage en ULM.

Rajouter des contraintes supplémentaires, ou a-t-on vu que ça va nous aider ???

Daniel

Link to comment
Share on other sites

Je t'invite à contacter la commission remorqueur pour faire évoluer les règlements, vous êtes les décideurs de terrain, c'est à vous de faire remonter vos besoins à votre fédération. Le cas particulier des pilotes remorqueurs "professionnels" (entendre non vélivoles mais avec grosse expérience de pilote remorqueur) avions est à poser sur la table et sans animosité, point.

email : info@ffvv.org et demandez le contact du Directeur Luc Guillot pour qu'il en discute avec les intéressés de la commission, et proposez votre aide pour participer au dossier.



@CPT : je pense que la formation ULM est personnalisée selon le profil du pilote... nous sommes tous différents.

Et le monde ULM propose des choses sur le papier, "devenez instructeur ULM en 2 jours!"... hum, à oui c'est vrai que le débat portait sur la formation ULM planeur qui prend elle... 4 semaines ! L'approche n'est pas tout à fait la même que la nôtre lorsqu'il s'agit d'appâter le client (là c'est vraiment le mot), c'est peut être le tord du CNVV d'être un peu plus sur la réserve.

Une fois de plus, je pense que la démultiplication en région permettra au moins d'évaluer les pilotes avant qu'ils ne s'engagent sur un stage donc c'est un mieux.

si vous arrivez à lire, dommage, rien d'intéressant

Link to comment
Share on other sites

on remarquera de ces 50 hdv planeur sont déjà demandées pour les pilotes "non pro" qui représentent la quasi totalité des remorqueurs pérennes (qui sont vélivoles et donc qui vont rester là).

Les pilotes pro ne veulent pas d'hdv ulm sur leur carnet mais des "varies" heures avion (qui ont tous les beaux tampons qu'il faut).

ccl perso: ces 50 hdv ne sont pas un problème.

Link to comment
Share on other sites

@rimaroc, fédérer est rassembler, fermer la porte est toujours dommage donc je peux comprendre la réaction de @5 X, penser large puis s'occuper des niches, mais cette niche est peut-être importante (majoritaire) dans certains clubs.

Donc ne généralisons pas (c'est tout le problème d'équilibriste de la fédé : s'occuper de la majorité et des minorités...)

si vous arrivez à lire, dommage, rien d'intéressant

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

Nous sommes passé au remorquage par ULM. Cela s'est fait sans problèmes administratifs. Manuel déposé à la FFVV avec retour approuvé en moins d'une semaine. Pour les pilotes remorqueurs "avion", titulaires d'un brevet ULM, la conversion s'est faite en une journée. La formation pratique est allégée pour les pilotes déjà remorqueurs.

Allez sur le site internet FFVV/espace Dirigeants/Informations/Notes permanantes/NP 10.0 remorquage par des ULMs

Ouvrez la Manuel de remorquage par ULM. A lire particulièrement le Point 3 Pilotes remorqueurs et l'annexe C.

Vous trouverez réponses à vos questions.

Bonne conversion remorqueur ULM. Vous verrez c'est bluffant !

Link to comment
Share on other sites

Bah oui, mais le cnvv contacté au mois de décembre 2013 dit qu'il ne peut valider la formation....

Ils ne savaient pas que c'était impossible, ils l'ont fait.....
Link to comment
Share on other sites

Bah oui, mais le cnvv contacté au mois de décembre 2013 dit qu'il ne peut valider la formation....

Pour tester un IULM en fin de stage, il faut un formateur qui soit IULM dans 3 classes différentes (sur les 5 : pendulaire, multiaxe, autogire, paramoteur, aérostat léger).

Link to comment
Share on other sites

Nos pilotes sont aussi vieux que nos avions.

Pas la peine de prendre le risque de compléxifier une réglementation naissante en essayant de capitaliser sur leur savoir faire.

 

ça pique hein ?

Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à se tromper qu'ils ont raison.

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir

Il est surprenant qu'un cadre technique (CTN) alimente des discussions pour le moins approximatives sur le remorquage par ULM au lieu de nous donner les textes de références.

Sans polémique aucune Benj mais au moins ça ferait avancer le schmilblick

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
 Share


×
×
  • Create New...