Aller au contenu


Photo

Votez Ayatollahs


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 DLT

DLT

    Laché

  • Membres
  • PipPip
  • 90 messages
  • Genre:Homme
  • Localisation:centre
  • NetCoupeur:Non
  • Instructeur:Non

Posté 03 avril 2021 - 19:17

de mieux en mieux dans les attaques contre l'aviation générale et de facto contre le vol a voile

 

""

Anthony Berthelier
·Journaliste au HuffPost
sam. 3 avril 2021 à 11:45 AM·1 min de lecture

POLITIQUE - Il n’est plus question de mosquée à Strasbourg, mais d’avions à Poitiers. Après Jeanne Barseghian en Alsace, une autre maire écologiste s’attire les foudres d’un ministre, en l’occurrence celui des Transports Jean-Baptiste Djebbari.

L’ancien pilote de ligne n’a pas apprécié la prise de position de Léonore Moncond’huy sur l’aviation lors du conseil municipal qui s’est déroulé lundi 29 mars dernier. Dans un extrait vidéo que pouvez trouver en tête d’article
et qui trouve un écho particulier sur les réseaux sociaux, l’édile EELV
justifie son “choix difficile” de ne plus subventionner les aéroclubs
de Poitiers, entre autres, pour “protéger l’avenir des enfants.”

“Mettre
dans la même phrase ‘rêve d’enfants’ et le fait de sauver des clubs
aériens, je trouve que ça a quelque chose d’indécent”, a-t-elle d’abord
répondu à l’opposition qui mettait en avant le rôle ”éducatif” de ces
structures, en ajoutant: “c’était mon rêve d’enfant de prendre l’avion
pour aller à l’autre bout du monde. Mais je pense que vous ne vous
rendez pas compte des rêves dont on doit préserver les enfants.
L’aérien, c’est triste, mais ne doit plus faire partie des rêves
d’enfants aujourd’hui.”

Djebbari invoque Saint-Exupéry, la droite réagit

Des
”élucubrations autoritaires et moribondes” pour Jean-Baptiste Djebbari
qui s’est fendu d’un tweet vendredi 2 avril, accompagnant l’extrait
vidéo d’une citation bien connue de l’écrivain -et aviateur- Antoine de
Saint-Exupér...







Copyright © 2000 - 2015 www.volavoile.net - Powered by www.planeur.net
Association loi 1908, déclarée au tribunal d'instance de Strasbourg N° 79/66 et à la CNIL