Aller au contenu


Photo

École Et Motoplaneur Ulm


  • Veuillez vous connecter pour répondre
28 réponses à ce sujet

#21 Yurek

Yurek

    Badge Or

  • Membres
  • PipPipPipPip
  • 1 374 messages
  • Genre:Homme
  • Localisation:Strasbourg
  • NetCoupeur:Non
  • Instructeur:Non

Posté 30 mai 2008 - 21:04

Ca se discute... Quand on considère le nombre des Falke en vol, on comprend que ce moto-planeur (j'allais dire : cette mobylette) n'a pas beaucoup vieilli.
Et, pour l'instant, il n'y a pas de remplaçant (en dehors des ULM).

JdM l'a déjà remarqué : on ne peut pas fabriquer aujourd'hui un avion bois et toile (et même un tube et toile) moins cher qu'un aéronef en composites. D'ailleurs, il suffit de voir le prix de la rémanufacturation du SF-25 R : c'est la moitié du prix du neuf, à condition d'avoir son vieux Falke, bien sûr...
Dans l'un, comme dans l'autre cas, c'est le marché qui décidera : s'il y a assez des clients intéressés, la production des Falke continuera chez Scheibe et la rénovation continuera chez Loravia.
Sinon, cela s'arrêtera, tout simplement, les deux entreprises vivant essentiellement de leur activité de services aéronautiques.
Mais il est vrai qu'en regardant de l'autre côté du Rhin, on peut être tranquille : les Falke ont encore des décennies devant eux... :unsure:

Yurek
http://www.yankee-romeo.com
If God meant man to fly, He'd have given him more money.
Honni soit qui mal y pense ! sms_04.gif


#22 JdeM

JdeM

    Badge Argent

  • Membres
  • PipPipPip
  • 705 messages
  • Genre:Homme
  • NetCoupeur:Oui
  • Instructeur:Non

Posté 31 mai 2008 - 14:59

Comme convenu je te communique l'étude que j’ai faite en 2004 et qui est aussi bien valable maintenant. J’attire l’attention sur le fait qu’elle a été faite sur la base des prix de Fayence en 2004 et qu’elle ne reflète que les tarifs payés par le pilote et non les prix de revient pour le club.


Merci ! C'est très intéressant.

Reste une inconnue :

> en fait pour nous à Fayence, ce qui notre but, seul compte le bilan financier de formation ab initio des 5 premières heures d'école qui est divisé par 4 par rapport au Rallye ou par deux comparé à celui de Dimona.
exemple pour le tarif moins de 25ans :
80 euros 1heure K13 dont 3 remorqués Rallye de 8mn (100 euros pour un +25ans)
40 euros 1heure Dimona en 3 vols de 20 minutes dont 3 moteurs de 7mn chacun (50euros +25ans)
20 euros 1heure Lambada cellule plus 10 minutes moteur avec 3 montées (5m/s) à 1000m (tarif officiel St-Auban 15 euros 1heure cellule et 25 euros l'heure moteur) . . .
>>>>>au treuil :
35 euros 1heure K13 dont 3 treuillées à 5 euros (3 vols de 20mn à condition d’accrocher) (46euros +25ans)
YAPAS photo


Voilà : est-il réaliste pour un club d'offrir le temps cellule d'un Lambada au même tarif que celui d'un ASK13 ?

Un ASK13 à 25 ou 30 k€ sur le marché de l'occasion va probablement offrir un potentiel équivalent, ou sinon supérieur à celui d'un Lambada. Les coûts d'entretien pourraient être plus élevés, mais ceux de l'amortissement et l'assurance seront beaucoup moindres.

L'élève y gagne énormément en progression, confort et rapidité et peu importe s'il a perdu quelques heures sur son carnet planeur puisque de toute façon il ne fera jamais son BPP au minimum d'heures requises (dixit GDF) . Par contre il sera plus vite au niveau et plus intéressé à progresser dans un confort indéniable autant pour l'élève que pour l'instructeur.


Au Canada, la question du carnet de vol ne se pose pas. Il y a un Pipistrel Sinus 15 mètres et il est considéré comme planeur.

Nom commun: Pipistrel
Nom du modèle: SINUS
Base d'éligibilité pour l'immatriculation: Aéronef sans certificat de type comprenants les aéronefs démilitarisés - Norme du RAC 507.03(5)(:rolleyes:
Catégorie: Planeur
Masse maximale de: 560,19 kg
Moteur: 1, Piston
Planeur motorisé: Oui


Ce serait donc la même chose pour un Lambada ou un Taurus. Et notez bien la masse maximale...

Alors, l'argument le plus intéressant, c'est la souplesse et le confort d'utilisation, bien plus que les coûts. Et pour le club, il faut ajouter la capacité : un Lambada comme machine d'école peut probablement remplacer deux biplaces conventionnels, ne serait-ce que par l'élimination des temps morts. Le biplace qui, après chaque atterrissage, se retrouve en fin de queue pour le redécollage n'est pas au maximum de son utilisation.

Résumé perso :
C'est sans doute le virage à prendre pour aider à la formation planeur en faisant aussi venir de nouveaux adeptes (il y a la demande chez les Deltistes) par la qualité et le coût réduit sans parler de la facilité à commencer cette école de début difficile tant pour l'élève que pour les instructeurs.


De plus en plus d'adeptes regardent dans cette direction...

#23 JdeM

JdeM

    Badge Argent

  • Membres
  • PipPipPip
  • 705 messages
  • Genre:Homme
  • NetCoupeur:Oui
  • Instructeur:Non

Posté 16 juin 2008 - 22:23

Surprise !

Je ne savais pas qu'il y avait un Lambada au Canada et voilà que dimanche matin, il y en a un qui se pose sur notre aérodrome.

J'ai eu droit à un vol de courtoisie...

Super ! Cette petite machine est maniable, agréable, et peut s'appeler planeur sans choquer qui que ce soit, sinon les... Quand l'hélice est stoppée et que l'aiguille du vario affiche 7 nœuds, on sait qu'il n'y a pas que le moteur pour la faire grimper.

Et j'ai pu inscrire ce vol à mon carnet planeur car la machine est immatriculée comme planeur, avec certificat de navigabilité spécial.

Son potentiel pour l'école ? Jusqu'à preuve du contraire, il est réel et évident.

#24 D.CRUETTE

D.CRUETTE

    Laché

  • Membres
  • PipPip
  • 50 messages
  • Genre:Femme
  • NetCoupeur:Oui
  • Instructeur:ITV

Posté 18 juin 2008 - 07:24

Quelqu'un a une idée du prix de vente d'un SF25C équipé d'un Rotax (celui de 60 kW est bien suffisant car l'option remorqueur n'est pas un atout si l'école est la vocation principale d'un tel planeur) ?
Et construit-on vraiment de nouveaux planeurs à partir de zéro ou se contente-t-on de rajeunir d'anciens SF25 ?
Un bois et toile construit en Allemagne en 2008, ça peut difficilement être compétitif car trouver des pièces de bois de qualité aéronautique, c'est devenu de plus en plus difficile, et construire en bois demande une main d'œuvre importante (beaucoup plus que pour les composites).

Comme l'a justement remarqué Stéphane, la société nouvelle Scheibe Aircraft construit des nouveaux SF-25C.
La version de base, avec un Rotax 912 de 80 ch, va coûter en France environ 130 000 € TTC, et il faudra patienter 6 à 7 mois pour en avoir un...
Ce sont des machines neuves qui peuvent recevoir aussi d'autres motorisations : Limbach L-2000, Rotax de 100 ch ou encore Sauer-2100.
Les options de remorqueur sont particulièrement bien développées, avec un enrouleur et guillotine (Feuerstein), hélice pas variable électrique ou hydraulique. Equipé ainsi, il peut remorquer les planeurs jusqu'à 550 kg avec le Rotax 80 ch, et jusqu'à 600 kg avec le Rotax 100 ch et l'hélice à pas variable.
Consommation : 12 l/h. :cold:

La ré-construction des Falke est toujours pratiquée (de plus en France) par Loravia à Yutz. Avec un moteur neuf Limbach L-2400 de 95 ch, une hélice neuve Hoffman (pas variable) et un ré-entoilage complet, cela vaut 54 000 € (on ne sait pas, si c'est HT ou TTC). Mais il faut, évidemment, disposer d'un ancien Falke.



SF-25C. comme carbone :lol:
130 000 euros ca fait cher pour une machine de 40ans de conception !!!

Bonjour,
Je suis peut-être un peu hors sujet, mais avez-vous vu l'étude de la commission remorqueur de la FFFVV ?
On peut la trouver à la rubrique téléchargements de planeur.net, ainsi qu'une étude sur le coût des remorqueurs.
Le dernier n° de la revue "Vol à Voile" (n° 131) donne également des informations sur l'avion fédéral français destiné, à terme, à remplacer nos bons vieux MS 893 bien gourmands en essence.
Bonne lecture !
Denise Cruette

#25 silentpilot

silentpilot

    Vols d'initiation

  • Membres
  • 4 messages
  • NetCoupeur:Oui
  • Instructeur:Non

Posté 21 octobre 2008 - 12:18

[quoteJ
Le Lambada est annoncé à +4g/-2g. Si on compare aux machines certifiés, la catégorie Normale exige +3,8 g avec 40 % de cette valeur en négatif et la catégorie Utilitaire exige +4,4 g avec également 40 % en négatif. Bien des appareils seront certifiés en Utilitaire avec restrictions (par exemple, certains quadriplaces ne seront en Utilitaire qu'avec un maximum de deux personnes à bord).
[/quote]


Sinus:
max load factor permitted ( x 1,8) + 4 g - 2 g
max load factor tested + 7,2 g - 7,2 g

Lambada???

SF???

#26 Jean-Philippe Rogier

Jean-Philippe Rogier

    BPP

  • Membres
  • PipPip
  • 263 messages
  • NetCoupeur:Oui
  • Instructeur:ITP

Posté 21 octobre 2008 - 18:10

[quote name='silentpilot' post='60726' date='mardi 21 octobre 2008 - 13:18'][quoteJ
Le Lambada est annoncé à +4g/-2g. Si on compare aux machines certifiés, la catégorie Normale exige +3,8 g avec 40 % de cette valeur en négatif et la catégorie Utilitaire exige +4,4 g avec également 40 % en négatif. Bien des appareils seront certifiés en Utilitaire avec restrictions (par exemple, certains quadriplaces ne seront en Utilitaire qu'avec un maximum de deux personnes à bord).
Sinus:
max load factor permitted ( x 1,8) + 4 g - 2 g
max load factor tested + 7,2 g - 7,2 g
Lambada???
SF???[/quote]

Ben , la différence c'est le mot "certifié".
c'est ç à dire non seulement déclaré , mais vérifié, à la conception , à la fabrication, et en vol, etc...

Si les facteurs de charge " déclaré" sont aussi fiables que les finesse "déclarées" par les mêmes, ça craint....... :lol:

Et quand les bidules fantastiques auront 40 ans comme les vieux Rallyes , on verra, pour tirer des G combien y a encore de volontaires. (J'en serai pas)
Pour certains appareils ça ne posera aucun problème mais pour d'autres ?? :)

#27 JdeM

JdeM

    Badge Argent

  • Membres
  • PipPipPip
  • 705 messages
  • Genre:Homme
  • NetCoupeur:Oui
  • Instructeur:Non

Posté 21 octobre 2008 - 18:29

Ben , la différence c'est le mot "certifié".
c'est ç à dire non seulement déclaré , mais vérifié, à la conception , à la fabrication, et en vol, etc...


Attention à ne pas donner à ce mot “certifié” plus de valeur qu'il en a.

Tout d'abord, les appareils de Pipistrel (Sinus, Virus, Taurus, Apis) ne sont pas exempts de toute certification. Ils ont bel et bien un certificat de conformité émis par les autorités aéronautiques slovènes. Ils n'ont pas celui de l'agence européenne et les critères de la JAR22 n'ont pas tous été retenus.

Quand on voit sortir des consignes de navigabilité touchant des appareils certifiés, on s'aperçoit que cette certification n'est pas une garantie d'infaillibilité. Bien des appareils certifiés affichent des erreurs de conception qui sautent aux yeux - et on n'a plus la liberté de rectifier la chose.

Et si le léger vous fait peur...

Alors que les standards des années 70 et 80 se tapaient des 250 à 275 kilos, avec bien de la résine pas toujours utile, les Libelle (fin des années 60) se tenaient sous les 200, des masses à vide comparables à celles des Ka-8 ou Ka-6 par exemple. Plusieurs de ces Libelle volent encore aujourd'hui, avec des milliers d'heures dans les ailes.

Côté avions, il y a encore des dizaines ou même des centaines de J3, Aeronca et autres tubes et toiles des années 40 qui volent encore aujourd'hui, et dont la masse à vide était à peine plus élevée que celle des ULM multiaxes d'aujourd'hui.

Oui, il faudra voir si dans 20 ou 30 ans, les Taurus et Sinus tiennent encore le coup. Mais il faudra voir aussi si le vol à voile tient encore le coup ou s'il n'aura pas été tué par des excès de certification rendant les coûts d'entretien prohibitifs. Nous alignerons alors des centaines de beaux bolides certifiés avec un potentiel cellule devenu inutile.

#28 Jean-Philippe Rogier

Jean-Philippe Rogier

    BPP

  • Membres
  • PipPip
  • 263 messages
  • NetCoupeur:Oui
  • Instructeur:ITP

Posté 24 octobre 2008 - 06:44

Ben , la différence c'est le mot "certifié".
c'est ç à dire non seulement déclaré , mais vérifié, à la conception , à la fabrication, et en vol, etc...


Attention à ne pas donner à ce mot “certifié” plus de valeur qu'il en a.

Tout d'abord, les appareils de Pipistrel (Sinus, Virus, Taurus, Apis) ne sont pas exempts de toute certification. Ils ont bel et bien un certificat de conformité émis par les autorités aéronautiques slovènes. Ils n'ont pas celui de l'agence européenne et les critères de la JAR22 n'ont pas tous été retenus.

Quand on voit sortir des consignes de navigabilité touchant des appareils certifiés, on s'aperçoit que cette certification n'est pas une garantie d'infaillibilité. Bien des appareils certifiés affichent des erreurs de conception qui sautent aux yeux - et on n'a plus la liberté de rectifier la chose.

Et si le léger vous fait peur...

Alors que les standards des années 70 et 80 se tapaient des 250 à 275 kilos, avec bien de la résine pas toujours utile, les Libelle (fin des années 60) se tenaient sous les 200, des masses à vide comparables à celles des Ka-8 ou Ka-6 par exemple. Plusieurs de ces Libelle volent encore aujourd'hui, avec des milliers d'heures dans les ailes.

Côté avions, il y a encore des dizaines ou même des centaines de J3, Aeronca et autres tubes et toiles des années 40 qui volent encore aujourd'hui, et dont la masse à vide était à peine plus élevée que celle des ULM multiaxes d'aujourd'hui.

Oui, il faudra voir si dans 20 ou 30 ans, les Taurus et Sinus tiennent encore le coup. Mais il faudra voir aussi si le vol à voile tient encore le coup ou s'il n'aura pas été tué par des excès de certification rendant les coûts d'entretien prohibitifs. Nous alignerons alors des centaines de beaux bolides certifiés avec un potentiel cellule devenu inutile.



Bon d'abord, tu causes pas des Libelle , :lol: , j'en ai une :lol:

Plus sérieusement. Le certifé n'est pas une garantie absolue d'accord. Mais c'est parce que il est certifé qu'il est surveillé et de ce fait qu'il y a des AD/CN aussi.

Il ya assez longtemps que je ne me fait plus d'illusions sur la "gentillesse" et l'honnêteté des constructeurs.
Ils ont aussi besoin de gagner de l'argent.
Donc au départ, tout le monde est plein de bonnes intentions. et après..................
Et après il y a des gardes fous ou il n'y a en a pas .

Donc exprimé différemment , ce n'est pas l'aspect "non certifié " en soi qui peut poser problème , c'est le fait que il faut se fier à la bonne tête du type que te dis que son truc est formidable, qu'il est très bien fabriqué , que le suivant aussi, etc...........


Maintenant, quand je parle des Rallyes que beaucoup dénigrent, certains ont du faire dans des clubs plus de 100 000 atterros plus ou moins réussis. et je ne compte pas , parce que par définition , ce n'est pas possible, le nombre d'accidents qu'il a évité, même avec les pilotes les plus maladroits, de par ses caractéristiques exceptionnelles.
Et ça aussi , c'est une vraie économie.

#29 jojo38

jojo38

    En vol local

  • Membres
  • PipPip
  • 215 messages
  • Genre:Homme
  • Localisation:est
  • NetCoupeur:Non
  • Instructeur:ITV

Posté 24 octobre 2008 - 09:42

Prétextant une plus grande fragilité dans le temps, certaines Sociétés d'assurances refusent les ULM de plus de 5 ans en assurance "CASSE", ce qui n'est pas le cas pour les planeurs ou autres aéronefs certifiés en CDN,

En connaissez-vous qui n'appliquent pas cette restriction?





Copyright © 2000 - 2015 www.volavoile.net - Powered by www.planeur.net
Association loi 1908, déclarée au tribunal d'instance de Strasbourg N° 79/66 et à la CNIL