Aller au contenu


Photo

Flarm Dans Les Alpes Du Sud


  • Veuillez vous connecter pour répondre
53 réponses à ce sujet

#41 Stéphane

Stéphane

    Badge Or

  • Membres
  • PipPipPipPip
  • 1 323 messages
  • Genre:Homme
  • Localisation:Gand (Belgique)
  • NetCoupeur:Oui
  • Instructeur:ITV

Posté 11 septembre 2013 - 09:53

Alors, c'est moi qui n'ai pas compris le système. Si tu ne prends que des satellites proches de la verticale, il me semble que l'imprécision augmente, puisqu'il s'agit alors de calculer l'intersection de différentes droites qui se coupent sous des angles très aigus. Une petite erreur d'angle entraîne alors une grosse erreur de position du point d'intersection... Évidemment, je ne sais pas si ce qui est vrai en radiogoniométrie classique vaut aussi pour le GPS.


Stéphane Vander Veken

#42 JMP

JMP

    En vol local

  • Membres
  • PipPip
  • 209 messages
  • Genre:Homme
  • NetCoupeur:Oui
  • Instructeur:Non

Posté 11 septembre 2013 - 17:24

Je croyais que l'altitude utilisée par le Flarm était celle du baro et non pas celle du GPS (si je me souviens bien, les premières versions de Flarm n'avaient pas de  capsule baro, et suite à un manque de précision verticale avec le GPS, ils avaient intégré cette capsule dans la dernière version). Aurais-je mal compris ?



#43 deal

deal

    En Ecole Biplace

  • Membres
  • Pip
  • 41 messages
  • NetCoupeur:Oui
  • Instructeur:ITV

Posté 11 septembre 2013 - 17:49

L'altitude utilisée par le Flarm est bien celle donnée par la GPS. La capsule barométrique est utilisée pour apprécier les différences d'altitude afin de savoir si la route suivie par l'aéronef est montante, descendante ou horizontale.

 

En effet, les altitudes données par le GPS sont entachées d'une incertitude de plusieurs mètres, ce qui fait que d'une seconde à l'autre (fréquence de rafraîchissement des mesures GPS), le Flarm ne peut pas connaitre la tendance (montante ou descendante) de la trajectoire. Même si le planeur vole à une altitude constante, le GPS peut donner des écarts significatifs autour de la valeur moyenne de l'altitude. Par contre, le capteur barométrique donnera une valeur constante. De même si la trajectoire est, par exemple, montante, la pression mesurée par le capteur barométrique va diminuer régulièrement.



#44 Robert Ehrlich

Robert Ehrlich

    Badge 3 Diamants

  • Membres
  • PipPipPipPipPip
  • 2 136 messages
  • Genre:Homme
  • NetCoupeur:Oui
  • Instructeur:ITV

Posté 15 septembre 2013 - 17:06

Alors, c'est moi qui n'ai pas compris le système. Si tu ne prends que des satellites proches de la verticale, il me semble que l'imprécision augmente, puisqu'il s'agit alors de calculer l'intersection de différentes droites qui se coupent sous des angles très aigus. Une petite erreur d'angle entraîne alors une grosse erreur de position du point d'intersection... Évidemment, je ne sais pas si ce qui est vrai en radiogoniométrie classique vaut aussi pour le GPS.

Non, d'après ce que j'en sais, le GPS ne marche pas du tout comme la radiogoniométrie. En radiogoniométrie on détermine une direction qui situe le récepteur sur une droite issue de l'émetteur. Le GPS, lui, détermine une distance entre l'émetteur et le récepteur par la mesure du temps de propagation du signal. Le signal issu de chaque satellite situe donc le récepteur sur une sphère centrée sur l'émetteur. Les satellites proche de la verticale situent donc l'émetteur sur une sphère qui localement est proche d'un plan horizontal, ce qui donne une altitude plutôt qu'un position horizontale.

#45 Rembard

Rembard

    BPP

  • Membres
  • PipPip
  • 254 messages
  • Genre:Homme
  • Localisation:Bernissart (Belgique)
  • NetCoupeur:Oui
  • Instructeur:Non

Posté 16 septembre 2013 - 06:11

Je pensais avoir compris comme Stéphane.

Pour moi le fonctionnement d'un GPS est basé sur un calcul de temps (à savoir la différences de temps qui sépare les différents signaux reçus des satellites).  Et par conséquent un satellite à la verticale du récepteur est normalement d'office éliminé car de manière statistique ses données sont considérées comme fausses étant donnée qu'entre 2 émissions d'un signal le delta est null ou quasi null.

 

Maintenant, je ne suis qu'un petit ingénieur en électromécanique, je n'y connais peut-être rien en signal GPS et fonctionnement des satellites, mais, en ce qui concerne les math je crois avoir une base assez importante pour dire que plus les signaux sont proches, plus le delta est faible et plus le delta est faible, plus le risque d'erreur est grand.

 

Petit lien expliquant le fonctionnement d'un récepteur satellite : http://fr.wikipedia....itioning_System et plus particulièrement les chapitres "Calcul de position" et "Résolution de l'équation de navigation".  Ca peut paraître complexe, mais, pas tant que cela.

 

Bons vols.

 

Philippe


Modifié par Rembard, 16 septembre 2013 - 06:21.

Cirrus pilote does it better

#46 rimaroc

rimaroc

    Badge Or

  • Membres
  • PipPipPipPip
  • 1 011 messages
  • Genre:Homme
  • Localisation:Rouen Boos
  • NetCoupeur:Oui
  • Instructeur:Non

Posté 16 septembre 2013 - 11:58

le GPS est basé sur le temps mais pas sur deux "mesures" successives avec un même satellite.

la position de tous les satellites est connus du récepteur mais il ne connait pas l'heure (ou pas assez bien).

il résout donc un équation à quatre inconnues: x, y, et z pour la position et t pour le temps.

Je pense donc qu'un satellite à la verticale n'est pas pénalisant sauf s'ils le sont tous...

et je ne sais si j('ai été très clair.


Image IPB

#47 Robert Ehrlich

Robert Ehrlich

    Badge 3 Diamants

  • Membres
  • PipPipPipPipPip
  • 2 136 messages
  • Genre:Homme
  • NetCoupeur:Oui
  • Instructeur:ITV

Posté 20 septembre 2013 - 00:04

le GPS est basé sur le temps mais pas sur deux "mesures" successives avec un même satellite.
la position de tous les satellites est connus du récepteur mais il ne connait pas l'heure (ou pas assez bien).
il résout donc un équation à quatre inconnues: x, y, et z pour la position et t pour le temps.
Je pense donc qu'un satellite à la verticale n'est pas pénalisant sauf s'ils le sont tous...
et je ne sais si j('ai été très clair.

En fait ce n'est pas une équation qu'il faut résoudre mais 4 ou plus, les inconnues étant au nombre de 4. Chaque satellite reçu correctement fournit une équation et en général le récepteur en reçoit plus de 4, le système d'équations est donc surdéterminé. Dans un monde parfait, il devrait néanmoins (i.e. bien qu'il y ait plus d'équations que d'inconnues) y avoir une solution puisque la position x, y, z, t existe. Dans la pratique compte tenu des diverses erreurs de mesure possibles, le système n'a pas de solution exacte et on cherche une solution qui satisfait approximativement "au mieux" toute les équations, par exemple les valeurs qui rendent minimum la somme des carrés des ecarts entre les 2 membres de chaque équation (méthode des moindres carrés) mais d'autres méthodes plus subtiles peuvent prendre en compte la qualité de réception de chaque satellite.
L'interprétation géométrique consiste à dire qu'avec l'heure comme inconnue supplémentaire (ou plutôt le décalage entre l'heure du récepteur et celle des satellites) chaque satellite reçu situe le récepteur sur une sphère de rayon variable avec ce décalage. En général 4 sphères ou plus n'ont aucun point commun, seule une valeur adéquate du décalage donnera des rayons tels que ce point commun existe dans l'hypothèse de mesures parfaites, dans la pratique un choix approprié de ce décalage donnera des sphères pour lesquelles il existe un point situé "très près" de ces sphères.
Il n'en demeure pas moins que ce sont les sphères dont le centre est proche de la verticale qui donnent la précision en altitude.

Modifié par Robert Ehrlich, 20 septembre 2013 - 00:04.


#48 LimaMike

LimaMike

    En vol local

  • Membres
  • PipPip
  • 170 messages
  • Instructeur:Non

Posté 20 septembre 2013 - 09:33

Bonjour,

lorsque les FLARM ont été introduits, le prospectus annonçait une capsule barométrique de grande précision calibrée à vie.  Toutes les capsules étant calées sur le même QNH (1013.2?), la mesure d'altitude est la même pour tous les appareils, comme quand on travaille en niveaux de vol.

Je pense donc que la mesure de l'altitude par cette capsule est suffisamment précise pour l'anticollision.

 

Bonne journée,

Jean-Pierre



#49 Philoo

Philoo

    Badge Argent

  • Membres
  • PipPipPip
  • 580 messages
  • Genre:Homme
  • Localisation:Le Havre St Romain (LFOY)
  • NetCoupeur:Oui
  • Instructeur:Non

Posté 20 septembre 2013 - 14:39

...

Je pense donc que la mesure de l'altitude par cette capsule est suffisamment précise pour l'anticollision.

...

Comme précisé dans une autre discussion, c'est l'altitude GPS qui est utilisée pour l'anticollision (la capsule du flarm n'étant pas reliée à la prise statique, la pression cabine peut varier d'un planeur à l'autre)


Modifié par Philoo, 20 septembre 2013 - 14:40.

Philoo
A.C.E.S. @ LFOY

#50 LimaMike

LimaMike

    En vol local

  • Membres
  • PipPip
  • 170 messages
  • Instructeur:Non

Posté 21 septembre 2013 - 10:24

...

Je pense donc que la mesure de l'altitude par cette capsule est suffisamment précise pour l'anticollision.

...

Comme précisé dans une autre discussion, c'est l'altitude GPS qui est utilisée pour l'anticollision (la capsule du flarm n'étant pas reliée à la prise statique, la pression cabine peut varier d'un planeur à l'autre)

C'est juste, j'avais zappé ça...

 

Jean-Pierre



#51 Romeo Charlie

Romeo Charlie

    En vol local

  • Membres
  • PipPip
  • 231 messages
  • Genre:Homme
  • Localisation:LFMG
  • Intérêt(s):J'aime les nuages, dessous, dedans, dessus !
  • NetCoupeur:Oui
  • Instructeur:Non

Posté 24 septembre 2013 - 17:58

Ayant récemment volé dans les Alpes du sud, j'ai été surpris par la difficulté de voir certains planeurs au flarm (j'ai un LX9000 et un flarmview). 

 

Bien sur cela est lié principalement à la position de l'antenne.

 

Je ne vois qu'une solution, car c'est dommage de ne pas pouvoir avoir confiance dans les flarms, c'est de mettre deux antennes flarm, une au dessus du fuselage et l'autre en dessous.

 

Je ne sais pas si il y a une solution technique fiable de couplage des deux antennes, je ferrais moi même des essais lors de mes prochains vols avec le splitter vendu notamment par Strekenflug

.


Briefing-MTO         par           MicroClimat


#52 Philoo

Philoo

    Badge Argent

  • Membres
  • PipPipPip
  • 580 messages
  • Genre:Homme
  • Localisation:Le Havre St Romain (LFOY)
  • NetCoupeur:Oui
  • Instructeur:Non

Posté 25 septembre 2013 - 20:52

On peut aussi demander aux constructeurs de mettre une antenne Flarm intégrée dans les futurs planeurs (comme il y a une antenne radio VHF)... Ca évitera les bricolages :huh:


Philoo
A.C.E.S. @ LFOY

#53 Bruno J

Bruno J

    BPP

  • Membres
  • PipPip
  • 275 messages
  • Genre:Homme
  • Localisation:LYON
  • NetCoupeur:Oui
  • Instructeur:ITV

Posté 26 septembre 2013 - 06:38

Oui, et aussi des câbles permettant d'alimenter des flashs LED en bouts d'ailes et sur la dérive.

BJ



#54 SVE

SVE

    Badge Or

  • Membres
  • PipPipPipPip
  • 1 163 messages
  • Genre:Homme
  • Intérêt(s):Vol a voile, Ski, Rando
  • NetCoupeur:Oui
  • Instructeur:ITV

Posté 26 septembre 2013 - 08:28

Vu cet été un flarm installé sur un planeur neuf par le constructeur (très connu), j'aimerais bien voit le diagramme d'émission, je suis pas sur que ce soit très top, vu ou est placé l'antenne.







Copyright © 2000 - 2015 www.volavoile.net - Powered by www.planeur.net
Association loi 1908, déclarée au tribunal d'instance de Strasbourg N° 79/66 et à la CNIL